Toutes les vidéos et images incluses sur ce blogs sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs. Elles peuvent être retirées du blog à tout moment par simple demande d'un ayant-droit. Tous les articles dont la source est mentionnée peuvent aussi être retirés par simple demande de l’auteur.

vendredi 31 mars 2017

GOLDMAN - 1982

http://www.forum-labas.com/viewtopic.php?t=4786

GOLDMAN - (décembre 1981)

GOLDMAN - Octobre 1981

Daniel Balavoine vu par sa fille Joana - 2016

JJ Goldman - Champs Elysees - 1988

GOLDMAN Champs Elysées - 1985-1986

GOLDMAN - Champs Elysées 1982-1984

JJ Goldman Il suffira d'un signe - 1982

jeudi 30 mars 2017

Bon Jovi at Xcel March 27, 2017 - les photos

http://www.92kqrs.com/2017/03/29/photos-bon-jovi-at-xcel-march-27-2017/

Pierre Desproges sur Cohn Bendit

SURVIVOR Caugh in the game - 1983


 Caught in the Game est un album du groupe Survivor sorti en 1983 avec Dave Biclker comme chanteur. Écrits et composés par Jim Peterik et Frankie Sullivan Caught in the Game - 4:46 Jackie Don't Go - 4:04 I Never Stopped Loving You - 4:07 It Doesn't Have to Be This Way - 3:59 Ready For the Real Thing - 3:55 Half-Life - 5:06 What Do You Really Think? - (Peterik) - 3:48 Slander - 5:18 Santa Ana Winds - 6:35

mercredi 29 mars 2017

Adeline - version studio - Johnny Hallyday

Rock in Black - Queen vs. AC/DC

Stayin' Alive In The Wall (Pink Floyd vs Bee Gees Mashup

Daft Punk vs. Queen - Another One Bites Da Funk

Michael Jackson vs The Doors - Billie Jean on the Storm

Nirvana vs Rick Astley - Never Gonna Give Your Teen Spirit up

Nirvana vs Dead or Alive - Spins like teen spirit -

Gotye - Somebody That I Used To Know

Gotye - Somebody That I Used To Know

mardi 28 mars 2017

PATRICIA Et dire 1968 - Michel BERGER

David Feta - Made in Groland

OPHELIE WINTER premier disque - 1984

existentialisme des années 66 (1966)

JEAN SARRUS raconte les CHARLOTS

Au mois de juin 1966 commence la folle histoire des Charlots. Luis Rego, Gérard Rinaldi, Gérard Filipelli, Donald Rieubon et Jean Sarrus entourent Antoine et forment les « Problèmes ». Ainsi naît le « premier groupe de rhythm’n’blues 100% français ». Leur humour franchouillard, leur accent berrichon, leur petit air de musette font mouche ! Ces véritables showmen entament leur premier tour de France et font mourir de rire des millions de spectateurs avant de connaître la consécration au cinéma et sur disques. Les années 1970 voient le groupe se consacrer massivement au cinéma, avec quinze films tournés en à peine plus de vingt ans.
Insatiables, Les Charlots présentent également durant de nombreux mois certains objets hilarants dans le magazine « Pif Gadget ». En 1984, ils publient leurs souvenirs « 120 ans de conneries » et se produisent en 1988 à l’Olympia avec Antoine pour un baroud d’honneur. En 1992, Les Charlots déposent définitivement le bilan.
Jean Sarrus nous retrace dans un récent ouvrage avec verve et verbe les trépidantes aventures des Charlots… leurs voyages, leurs films, leurs rencontres d’exception (Louis de Funès, Mick Jagger…), leurs délires, leurs coups durs aussi. Il sera le président du jury lors du Festival Saveurs & Légendes du 5 au 7 mai 2016 et nous a révélé 2-3 anecdotes.
Bonjour Jean ! Les Charlots ont été créé au milieu des années 1960 sous le nom « Les Problèmes ». Pourquoi ce nom ? C’était un présage finalement ?
Bonjour! Un présage pour la suite ? Oui, peut-être. On était très fans des groupes anglais. On aimait Bob Dylan et c’était le temps des chansons engagées. Les « Protest Songs » avaient la cote. Du coup on s’est dit que les « Problèmes » pouvaient être aussi les « Problems » (ndlr : avec l’accent anglais) et qu’on serait ainsi dans le vent. Il faut se remettre dans le contexte de l’époque. Dans les années 1960 ce n’était pas rien de porter les cheveux longs et de vouloir être artiste à temps plein. Donc forcément des fois, ça attirait des « problèmes ».
Vous assurez les premières parties de Françoise Hardy (1965), Johnny Hallyday (1967) ou encore Claude François (1968), mais vous êtes aussi un des deux groupes français avec Téléphone, quelques années plus tard, à faire la première partie d’un concert des Rolling Stones. Quelles sont les rencontres qui t’ont marquées toi personnellement ?
Il y en a eu énormément. Je garde un très bon souvenir des différentes tournées qu’on a pu faire. Nous étions les musiciens d’Antoine et on a terminé la tournée par une belle date à l’Olympia. Puis, nous sommes partis en tournée en tête d’affiche avec une autre date à l’Olympia. Nous avons joué avant Chuck Berry aussi. Nous n’avions jamais vraiment l’occasion de parler avec les groupes anglophones à l’époque. Déjà parce que j’avais un anglais plutôt scolaire et que je n’avais pas envie d’avoir l’air con et que deuxièmement les groupes arrivaient souvent très en retard aux concerts. Ce n’était pas rare qu’on fasse la première partie et que le directeur de la salle nous dise de continuer de jouer parce que les têtes d’affiche n’étaient pas encore arrivées. On prolongeait notre set jusqu’à ce qu’on doive faire de la place au groupe arrivant après. Tu imagines ? On jouait même « Satisfaction » avant les Rolling Stones ! Aujourd’hui c’est impensable mais c’était comme ça à l’époque. De nos jours tout est réglé comme du papier à musique, c’est un peu dommage.
Avec Antoine, sur sa tournée et avec ses « Elucubrations », tu as dit que ça n’était pas triste et que ça finissait souvent en baston. Peux-tu nous raconter ?
Oui, là aussi pour l’époque les paroles d’Antoine dans ses « Elucubrations » étaient très provocatrices et très controversées. Il disait notamment que la pilule contraceptive devait être mise en vente dans les Monoprix et qu’il fallait enfermer Johnny Hallyday dans une cage au cirque Médrano. Les fans de Johnny Hallyday venaient pour nous frapper et pour nous tondre à la fin du concert. Des fois même pendant les concerts. On essayait de sortir en convoi et de ne pas trop se faire remarquer mais la soirée se terminait souvent au poste de police, dans un panier à salade ou encore à l’hôpital. Finalement ce sont ces mêmes fans et ces mêmes personnes qui viendront nous voir à nos concerts, quand on sera en tête d’affiche et qui nous trouveront sympathiques. Les temps changent !
C’est après une tournée avec Antoine, que vous décidez alors de vous spécialiser dans la chanson humoristique qui deviendra par la suite grivoise. Peux-tu nous raconter ?
Antoine avait une chanson où il disait « Je dis ce que je pense, je vis comme je veux ». Suite à une blague on a voulu la tourner en dérision en la réécrivant avec des paroles amusantes. C’est devenu « Je dis n’importe quoi, je fais tout ça qu’on me dit ». C’est dans cette même chanson qu’on inclura le fameux « Chauffe Marcel ! » qui est rentré dans le langage commun aujourd’hui ! C’est devenu une vraie expression populaire. Même Brel l’avait reprise !
J’ai longtemps cherché un lien entre les Charlots et le Luxembourg. Je l’ai trouvé ici : Au milieu des années 1980, alors que leurs films ne rencontrent plus autant de succès, Antenne 2 vous propose d’animer l’émission de variétés « Demain c’est dimanche » aux côtés de Désirée Nosbusch, qui est luxembourgeoise.
Effectivement ! Cette émission a permis à Gérard Rinaldi de se voir offrir des opportunités, dans le doublage et à la télévision, l’incitant à entamer une carrière en solo. Ensuite on lui a proposé « Marc et Sophie » et ça a cartonné pour lui. Je suis souvent passé par le Luxembourg dans ma carrière. Dernièrement il me semble que c’était pour une pièce de théâtre. Oui, Désirée ! Comment va-t-elle ? Elle s’est mariée et  a eu des enfants ?
Il va falloir l’inviter au festival à Mondorf, tiens ! Tu vas être le président du jury lors du Festival Saveurs & Légendes à Mondorf-les-Bains. Quelles sont tes attentes ?
Il n’y a pas vraiment d’attentes de ma part. J’ai envie de m’amuser. Toute la tournée pour les 50 ans des Charlots doit être comme ça : amusante et sans prise de tête. On a eu envie de fêter cet anniversaire dignement. Jean-Guy Fechner et Richard Bonnot seront aussi présents et nous serons accompagnés par sept musiciens. Concernant le concours et le jury, j’espère faire de belles rencontres musicales.
Enfin notre question rituelle : Beatles ou Rolling Stones ? Et pourquoi ?
Je choisirais Les Beatles sans hésitations, même si j’admire le jusqu’auboutisme des Rolling Stones. Ils sont quand même des dinosaures ! Ils sont planétairement connus et ils ont même chanté pour le Président Obama, ce n’est pas rien ! S’il y a une attaque nucléaire, je suis persuadé qu’il restera les Stones.
http://www.vacarm.net/interview-entretien/interview-avec-jean-sarrus-les-charlots-les-fans-de-johnny-hallyday-venaient-pour-nous-frapper-et-pour-nous-tondre-a-la-fin-du-concert/

lundi 27 mars 2017

Thierry LE LURON (1983)

MARC LAVOINE dans le groupe YOUR VICE - 1980-1982

 Ne nous demandez pas les noms de tous les autres, mais celui qui a (déjà) les yeux revolver se nomme Marc Lavoine. De passage dans ce groupe métalleux lyonnais pendant quelques mois, 1980/82. 


source de l'info
http://www.steviedixon.com/Rockalyon/YourVice.html

ça change de son premier 45 tours

ARTE - PINK FLOYD The story of "Wish You Were

arte - Lemmy - french Français

Chuck Berry live at BBC Theatre 1972 - ARTE

mercredi 15 mars 2017

BETTY’Z BOOB


Un cocktail détonnant de Rock-Rythm and Blues-Fun, dont l’abus est conseillé : c’est BETTY’Z BOOB. Six musiciens : chant, guitare, basse, batterie et trois sax qui sont la basse du son du groupe. Ils sont là pour vous faire bouger et pour s’éclater. Autant dire que l’on ne s’ennuie pas ! Un look pas possible qui va du costard au pyjama en passant par le blouson noir. Un super jeu de scène et un très bon contact avec le public. Des textes marrants et une adaptation originale du "Cocaïne" de J.J.Cale, des influences du côté de Au Bonheur des Dames. BETTY’Z BOOB ne se prend pas au sérieux et délire bien sans tomber dans des créneaux trop bordéliques. C’est vraiment un groupe à voir sur scène.
http://www.caes-centre-autonome-experimentation-sociale.org/spip.php?article132

Propaganda - p Machinery

Propaganda est un groupe allemand new wave doté de consonances dark wave formé à Düsseldorf (Rhénanie-du-Nord-Westphalie) en 1982 par Ralf Dörper après son départ du groupe EBM Die Krupps. Le groupe s'est fait un nom vers le milieu des années 1980 grâce, notamment, aux titres p:Machinery (chanté par Claudia Brücken), son medley avec Relax de Frankie Goes to Hollywood ainsi que Dr. Mabuse et Duel extraits de l'album A secret wish. À noter que p:Machinery était le jingle de la radio Skyrock et de la chaîne La Cinq.

Yazoo - Only Yazoo The Best Of

Yazoo (ou Yaz aux États-Unis) est un groupe britannique de musique new wave formé en avril 1982 par Vince Clarke, qui était auparavant l'un des membres fondateurs du groupe Depeche Mode, et Alison Moyet, une jeune punkette à la voix soul.

Missing Persons - 1980-1986

Missing Persons est un groupe américain fondé en 1980 à Los Angeles par le guitariste Warren Cuccurullo, la chanteuse Dale Bozzio et le batteur Terry Bozzio. Dale et Terry Bozzio se sont rencontrés alors qu'ils étaient membres du groupe de scène de Frank Zappa et se sont mariés en 1979

mardi 14 mars 2017

IAM, le retour - C à vous - 09/03/2017

Mort ou vif » Histoire de la traque d’Oussama Ben Laden

En mai 2011, sous la présidence de Barack Obama, les USA mettaient fin à une traque de près de dix ans à la recherche du commanditaire des attentats du 11-Septembre. « Après de nombreuses discussions avec les principaux concernés, il était clair pour moi que ça allait être notre meilleure chance d’avoir Ben Laden. Si ce n’était pas lui, le coût allait surpasser les bénéfices. Nous allions perdre la face aux yeux du monde, car il aurait été très difficile de garder le secret une fois l’opération lancée ». C’est ainsi qu’en mai 2016 le président américain Barack Obama confie son souvenir de la nuit du 1er au 2 mai 2011 où il allait mettre fin à une traque de près de dix ans à la recherche du commanditaire du 11 septembre.

vendredi 10 mars 2017

THOMAS VDB - télérama - février 2017

Et si Thomas VDB chantait PNL ?

je me vois racheter des vinyles que j'ai revendus il y a vingt ans, ça n'a vraiment aucun sens (rires). J'ai souvent l'impression de remplir mon temps avec des occupations de fan de musique complètement futiles. Je me dis : « C'est ça que je vais laisser à mon fils : une collection de disques ? » Quand il sera grand, il va se foutre de moi, car tout ça tient sur une clé USB !

 Il y a quatre ou cinq ans, j'ai commencé à numériser l'intégralité de ma collection de cd. J'en ai des milliers. J'y ai passé des mois, j'ai même payé un menuisier pour fabriquer des étagères sur-mesure. Deezer s'est lancé deux semaines après... Et là ça m'a explosé à la tête : « Mais qu'est ce que tu fais de ta vie ? Alors on peut écouter gratos comme ça tous les cd que je viens de numériser ? Vous l'avez pris chez moi le catalogue en fait ? » (rires)

 Un jour, j'ai interviewé Steve Harris, le bassiste d'Iron Maiden avec mon magnéto-cassette pourri. J'avais 45 minutes de bande pour l'enregistrer. Je vais en Angleterre, je branche le truc, et au bout de quarante minutes d'une interview hyper intéressante, je me rends compte que je n'ai pas appuyé sur le bouton « record » mais sur « play »... Ça m'est arrivé au moins quinze fois, avec des énormes stars comme Eddie Vedder de Pearl Jam.
http://www.telerama.fr/sortir/thomas-vdb-pourquoi-aller-voir-une-expo-t-as-tout-sur-google-images,153519.php

Love and Money - Strange Kind Of Love


Love and Money are a rock/soul/funk band formed in 1985 in Glasgow, Scotland. The band was formed by three former members of Friends Again (singer-songwriter and guitarist James Grant, drummer Stuart Kerr and keyboardist Paul McGeechan) along with bassist Bobby Paterson, who replaced Friends Again's Neil Cunningham and who had been a member of Set The Tone, a band previously signed to Island Records in 1983 In their initial nine years together they recorded four moderately successful albums, three of which were released in the United States, and had six chart hits in the United Kingdom.[2]

BIRKIN GAINSBOURG le symphonique - nouvel album

Jane Birkin nous offre un album de reprise Le symphonique (sortie le 24 mars), en hommage à Serge Gainsbourg, avec une nouvelle lecture des titres incontournable du génial artiste, le tout en version symphonique
.

mardi 7 mars 2017

Thomas VDB avec Philippe VANDEL - France info

Thomas Vandenberghe a quitté le magazine Rocksound en 2005, à un moment où la presse musicale "commençait à se casser la gueule" selon ses mots. Il a trouvé refuge très rapidement à la radio et à la télévision où il a pu se faire connaître notamment dans l’édition spéciale de Canal + et plus dernièrement dans Actuality sur France 2. Il est aussi un pilier de l’émission de France Inter Si tu écoutes, j’annule tout et se produit également toujours sur scène avec son nouveau spectacle Bon chien chien
.

IAM - Le live du 03/03– CANAL+ LGJ

IAM Le concert - Alcaline- mars 2017 - France 2

ELVIS live Las Vegas 1974

mercredi 1 mars 2017

Denise Glaser - DISCORAMA - podcast

Pendant plus de 15 ans (de 1959 à 1975), Discorama, émission phare de l’actualité du disque, a séduit les téléspectateurs. Un succès lié à la personnalité hors du commun de son animatrice : Denise Glaser. Un documentaire de Jérôme Sandlarz, réalisé par Véronique Samouiloff
Tout au long des années 60 et jusqu’au milieu des années 70, des millions de Français ont regardé avec assiduité Discorama. Une émission dite de variétés qui a vu défiler les "monstres sacrés" de la chanson française : Piaf, Aznavour, Trénet, Gréco, Montand, Brel, Brassens, Ferré... mais aussi les jeunes talents de l'époque - Barbara, Serge Gainsbourg, Dick Annegarn, Nino Ferrer, Georges Moustaki, Maxime Le Forestier, Françoise Hardy, Catherine Lara ou encore Eddy Mitchell et Michel Polnareff. A sa tête, Denise Glaser. Une petite femme discrète, au regard mélancolique et auréolée d’un certain mystère. Une femme qui n’avait rien pour être une star, mais qui au fil des années va devenir une icône avant de sombrer dans l'oubli.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...