Toutes les vidéos et images incluses sur ce blogs sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs. Elles peuvent être retirées du blog à tout moment par simple demande d'un ayant-droit. Tous les articles dont la source est mentionnée peuvent aussi être retirés par simple demande de l’auteur.

mercredi 8 février 2017

Le CD inusable n'existe pas ?

Si vous possédez des CDs depuis plus de 10 ans, vous feriez bien d’y jeter un coup d’oeil. Malgré l’argument de vente des années 1980 qui garantissait leur qualité impérissable, il semble que les CDs eux aussi, comme nous tous, connaissent une fin tragique. La newsletter Tedium a mené sa petite enquête sur cette triste nouvelle. 
Il s’agit d’une espèce de corrosion à la surface des disques, qui apparaîtrait après plusieurs années d’utilisation. Elle peut prendre “la forme d’une tâche de café, une décoloration que l’on ne peut pas effacer. Parfois, ce sont plusieurs minuscules tâches à la surface. Et parfois, le disque tout entier change de couleur”, détaille Tedium. Impossible de les lire après ça.

“Indestructible”

Le Compact Disc a été accueilli dans les années 1980 comme un médium permettant de conserver indéfiniment des données. Pourtant, en 1988 déjà, la maison de disques britannique Nimbus avait fait ses propres recherches et déterminé que les CDs s’auto-détruisaient après huit à dix ans. Nimbus expliquait alors que l’encre utilisée pour indiquer le titre et l’artiste, imprimée sur la partie recouverte de plastique du disque, amenuisaient sa qualité et sa durée de vie, car elle attaquait la surface en aluminium. “Une fois l’aluminium touché, le disque ne peut plus refléter le laser des lecteurs de CD et la musique s’en trouve déformée”, expliquait Michael Lee, le directeur commercial de Nimbus Records, en 1988.
Si à l’époque les Sony et autres Phillips ont balayé d’un revers de main les allégations de la maison de disques britannique (qui était par ailleurs la première à publier des CDs au Royaume-Uni), il s’est avéré que celle n’était pas si éloignée de la vérité.

La musique, mais aussi l’archivage 

On sait, vous êtes déjà tout tourneboulés par l’annonce de la mort imminente de votre discographie. Mais il y a pire. La totalité des archives conservées sur CD est susceptible de disparaître. Pour se rassurer, Tedium a interviewé une conservatrice à la Librairie du Congrès américain. Régulièrement confrontée à ce problème de “destruction silencieuse”, elle signale le fait qu’avec le temps, les fabricants ont utilisé des composants plus sophistiqués, et que certains disques ne rencontrent pas ce problème. Elle note d’ailleurs qu’un CD “bien pressé peut tenir plusieurs décennies s’il est bien conservé, dans un endroit frais et sec”. Une bonne occasion de ressortir vos CDs de la cave (et d’assumer vos goûts d’adolescent).

http://www.novaplanet.com/novamag/71180/et-si-on-avait-mieux-fait-d-en-rester-au-vinyle

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...