Toutes les vidéos et images incluses sur ce blogs sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs. Elles peuvent être retirées du blog à tout moment par simple demande d'un ayant-droit. Tous les articles dont la source est mentionnée peuvent aussi être retirés par simple demande de l’auteur.

lundi 25 janvier 2016

GEORGES HARRISON my sweet lord VS The Chiffons He's So Fine

Chiffons) He's So Fine - 1963 George Harrison-My Sweet Lord
 
 Une querelle juridique émergea peu après la parution de la chanson, basée sur des ressemblances harmoniques entre My Sweet Lord et la chanson des Chiffons He's So Fine (en). La décision de justice ridicule rendue par le tribunal conclut qu'Harrison aurait involontairement plagié .
En 1975, The Chiffons enregistra une nouvelle version de My Sweet Lord en essayant de capitaliser sur la publicité générée par le procès.....
En 1976 Georges Harrison composa This Song qui fut écrite en réaction aux controverses du procès pour plagiat.

mardi 19 janvier 2016

Mort du guitariste Glenn Frey, coauteur du tube des Eagles "Hotel California


Mort du guitariste Glenn Frey, coauteur du tube des Eagles "Hotel California" Glenn Frey, l'un des fondateurs et guitariste du groupe de rock américain Eagles, connu mondialement pour son tube Hotel California, est décédé lundi 18 janvier, a annoncé le groupe. "C'est avec le cœur lourd que nous annonçons le décès de notre camarade, fondateur des Eagles, Glenn Frey, à New York lundi", a écrit le groupe sur son site web.

http://www.francetvinfo.fr/culture/musique/mort-du-guitariste-glenn-frey-auteur-du-tube-des-eagles-hotel-california_1275935.html

lundi 18 janvier 2016

OTH Reportage Télé


OTH - L'Ecole De La Rue (Reportage)

OTH - Dominique Villebrun, guitariste d’OTH est mort

Dominique Villebrun, guitariste d’OTH. Il est décédé brutalement vendredi 15 janvier au matin. Il avait 55 ans Ce guitariste, né à Montpellier, était l'un des 5 membres de célèbre groupe « Rock alternatif » OTH, très en vogue entre 1978 et 1991. "On ne parlera plus de reformation d'OTH..." Didier Banon, alias “Beubeu”, est effondré. Son compagnon de flibuste rock'n'roll, son poteau, son frangin, et le grand frère de tant de gamins de Montpellier et d'au-delà dans les années 1980, Dominique Villebrun vient de mourir. Brutalement. À 55 ans. http://www.midilibre.fr/2016/01/16/montpellier-domi-villebrun-le-guitariste-d-oth-est-decede,1271258.php.
  http://www.rockmadeinfrance.com/actu/deces-du-guitariste-doth/17260/

jeudi 14 janvier 2016

LE LIVRE DE GILLE VERLANT sur Balavoine - interview 2002


Gilles Verlant parle de  - son livre sur DANIEL BALAVOINE
http://www.dbalavoine.com/hommages/interviews/gilles-verlant/

Daniel Balavoine Petit homme sur le pont - INEDIT

 Maquette pour Catherine Ferry pour son album produit par Balavoine en 1984.
Paroles et musique de Bernard Balavoine.

mardi 12 janvier 2016

Nick Lowe et son album BOWI en hommage à David BOWIE - 1976


En août 1976, Lowe réalise So It Goes/Heart of the City, son premier single pour le label Stiff Records. Son premier EP, l'année suivante, s'intitule Bowi en réponse à l'album Low de David Bowie2. Sur ce label et d'autres, Nick Lowe produira Damned Damned Damned de The Damned et plusieurs albums d'Elvis Costello, dont My Aim Is True, This Year's Model et Armed Forces.
.
 David Bowie quitte les États-Unis en 1976 pour s'installer à Berlin. Il y croise Iggy Pop et Brian Eno. C'est dans cette ville encore meurtrie par les souvenirs de la Seconde Guerre mondiale qu'il va produire les albums les plus singuliers de sa carrière. Low en est la première pierre. La pochette du disque montre une photo de David Bowie de profil. D'où la signification cachée : low profile (« profil bas »). Cette photo a été prise lors du tournage de L'Homme qui venait d'ailleurs. En réponse à cet album, Nick Lowe a publié un disque intitulé Bowi1. En 2003, l'album est classé 249e des 500 plus grands albums de tous les temps par le magazine Rolling Stone

lundi 11 janvier 2016

DAVID BOWIE 1947-2016


 David Bowie, de son vrai nom David Robert Jones, l’icône du rock britannique, est mort d’un cancer, dimanche 10 janvier, à l’âge de 69 ans. « David Bowie est mort paisiblement entouré de sa famille, après une bataille courageuse de dix-huit mois contre le cancer », fait savoir un communiqué publié sur son site officiel et les réseaux sociaux. « Très triste et désolé mais c’est vrai », a confirmé son fils, Duncan Jones, sur Twitter. Né dans une famille modeste du quartier de Brixton à Londres, David Bowie, David Robert Jones de son vrai nom, venait de sortir, le 8 janvier, à l’occasion de son 69e anniversaire, un nouvel album, « Blackstar ». L’artiste, qui a vendu plus de 140 millions d’albums dans le monde, s’est fait connaître avec le titre Space Oddity, en 1969. 
discographie selective
  http://www.lemonde.fr/culture/article/2016/01/11/david-bowie-est-mort_4844845_3246.html

jeudi 7 janvier 2016

MICHEL DELPECH Quand j'étais chanteur

Sur ses débuts
Faire le métier de mon père ? Même pas en rêve ! Non pas que je le méprisais, mais reprendre l’atelier de chromage sur métaux, ce métier fatigant, épuisant, salissant, ce n’était pas mon truc. Me lever comme lui tous les matins à 5 heures pour aller au boulot, non merci ! A 9 ans, j’invitais mes copains à la maison pour leur faire le spectacle. J’installais des rideaux rouges sur le poste de télé, je m’occupais du son et de la lumière pendant que ma sœur faisait la quête pour récolter le pognon. Je rêvais d’être artiste. Pour les filles plus que pour de l’argent. Je voulais être aimé, connu et reconnu. A 17 ans, interne au lycée de Pontoise, j’ai fondé un groupe dont j’étais interprète et parolier. C’est l’un de mes pions qui m’a présenté au directeur artistique de Vogue, célèbre maison de disques à l’époque. Nougaro, Aznavour, Bécaud ou Gainsbourg étaient mes idoles. Et là, on me remarque...

Sur son nom de scène
Je n’avais aucune raison de m’appeler Rodgers ou de me chercher un sobriquet. Je ne m’inscrivais pas dans le fantasme américain qui nécessitait des pseudonymes. J’ai juste changé mon prénom. En réalité, je m’appelle Jean-Michel.

"JE SAIS L'ISSUE FATALE"

Sur ses excès
J’aimais bien boire des gin-tonic, du whisky, du cognac... J’étais à deux paquets de cigarettes par jour. Cela me paraît tellement loin aujourd’hui. Le premier rail de coke, c’était en 1979 pour terminer l’album “5 000 kilomètres”. Divorce, faillite, j’accumulais les problèmes. J’étais au trente-sixième dessous, à bout de forces, mentalement, physiquement. Cela a fini par m’entraîner vers la chute, la dépression. J’avais l’impression d’avoir fait le tour de tout, je n’avais plus envie de rien. Mal dans ma peau, je m’emmerdais. J’ai même envisagé le suicide. De 1975 à 1985, pendant dix ans, j’ai usé de la coke – beaucoup trop à mon goût – comme d’un médicament, pour tenir, éviter de tomber dans la grisaille de la normalité. Je mélangeais avec de l’herbe, du haschisch, vivant dans la crainte de la descente. Cela m’a isolé du reste du monde... Et du showbiz. A partir de 1982, j’ai vécu une véritable traversée du désert. De mon seul fait. Le public, lui, ne m’a jamais lâché. Au contraire! Les fans me suppliaient de revenir. J’ai même connu un couple d’un certain âge qui n’a jamais raté un seul de mes concerts pendant vingt ans, jusqu’à la mort de l’un d’eux. C’était très touchant. Les regrets, je n’en ai pas eu beaucoup jusque-là. Depuis que je suis malade, ça commence. Ils jaillissent, resurgissent du plus profond de moi. [Son regard se voile, ses yeux s’embuent de larmes.] J’en ai surtout en ce qui concerne mes enfants, ma femme. Je le leur ai dit en tête à tête, de vive voix, avant de partir.
Sur sa maladie
Je l’ai acceptée dès le début, c’était une façon de lutter. Il y a d’abord la révolte, le stress, la tristesse et aussi l’inquiétude qui ne m’a jamais lâché. Je sais l’issue fatale, cela ne m’empêche pas de me battre, quoi que l’on me fasse, quoi que l’on me dise.

Sur sa mort
Dieu merci, je n’en sais rien! Mais j’y pense, obligatoirement. Davantage de- puis que je suis cloué sur ce lit d’hôpital. Je vis avec elle depuis trois ans. Elle est suspendue au-dessus de ma tête. [Il pleure.] J’ai peur, très peur. Comment me surprendra-t-elle ?    Qu’y a-t-il après ? Toutes ces questions me taraudent. Je ne veux pas quitter ce monde, ma famille, mes enfants. Ils ont encore besoin de moi. J’ai encore tellement à leur apprendre ! Je n’ai pas su les aimer, je ne leur ai pas assez dit combien je les aimais. J’ai sans doute été trop égocentrique. Comme je le regrette ! Je les aime tant...
http://www.parismatch.com/Culture/Musique/Michel-Delpech-ses-dernieres-confidences-891207
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...