Toutes les vidéos et images incluses sur ce blogs sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs. Elles peuvent être retirées du blog à tout moment par simple demande d'un ayant-droit. Tous les articles dont la source est mentionnée peuvent aussi être retirés par simple demande de l’auteur.

lundi 26 octobre 2015

CENTURY les albums


Créé en 1985 par Jean-Louis Milford, clavier-chanteur de pop et de rock et Jean Duperron (aka John Wesley), également clavier, Century est à l'origine composé, en plus de ses deux fondateurs, de Pierre Gauthé à la guitare, Jean-Yves Brard, à la basse et Christian Portes aux drums. C'est cette formation qui enregistre les deux premiers 45 t, Lover Why et Jane. Le premier deviendra un énorme tube de l'automne 1985 (7 semaines à la 1re place du Top 50, et toujours présent sur d'innombrables compilations des années 1980)
.
Lorsque John Wesley quitte Century au printemps 86, Jean-Do Sallaberry intègre le groupe comme guitariste. Pierre Gauthé est remplacé par Eric Traissard, et Jean-Yves Brard par Laurent Cokelaere, juste avant l'enregistrement du 1er album "And Soul It Goes...", en mai/juin 1986. L'album, entièrement écrit par Jean-Louis Milford (musiques) et Paul Ives (textes), est enregistré à Bruxelles puis mixé à Paris avant de sortir à l'automne 86. Trois chansons extraites de cet album, "Lover Why", "Jane" et " Gone with the Winner" font une excellente carrière de par le monde et sont devenues de très grands hits en Amérique Centrale et du Sud, notamment au Brésil.
En 1987, Century entreprend l'écriture et l'enregistrement de son second album "Is It Red ?". Au printemps, le groupe entreprend une tournée européenne, commençant par le Portugal, où le groupe est numéro 1 des charts. Malheureusement victime d'une escroquerie et d'une incompatibilité professionnelle de son manager, le groupe doit interrompre sa tournée et met à mal les finances de Jean-louis Milford, seul producteur du groupe. Ce dernier ne dépose pas le bilan et règle toutes les dettes professionnelles en nom propre, se privant ainsi de tout l'oxygène nécessaire à la survie du groupe. Les États-Unis sont intéressés pour signer le groupe, mais le nerf de la guerre étant affaibli, l'impossibilité d'enregistrer trois autres titres supplémentaires pour obtenir une signature définitive devient réelle et cruelle. Il faudra attendre un an de plus pour finir cet album "Is it red?" qui sera disque d'or au Portugal, et sortira également en Amérique du Sud, mais ne sortira jamais en France pour diverses raisons de politique commerciale et ne sera plus représenté aux États-Unis. En 1988, Laurent part vers d'autres horizons professionnels, et est remplacé par Fred Payonne. Christian s'en ira à son tour, remplacé par Jean-Jacques Grall.

mercredi 21 octobre 2015

PINK FLOYD en concert à POITIERS - novembre 1972


" Poitiers 1972 est un bootleg de Pink Floyd enregistré lors du concert du 29 novembre 1972 au Palais des Sports de Poitiers. Le groupe est de passage en France pour une fois et nous offre un bon concert avec trois classiques en seconde partie, ce qui devrait ravir tout le monde (la set-list est la même qu'à Lyon quelques jours plus tard). Le son, venons en, il est bon et rend ce bootleg attractif aux oreilles"

Ci dessous, le ticket du concert de juin 1974
source infos http://www.seedfloyd.fr/forum/index.php?topic=1164.0

mardi 20 octobre 2015

GAINSBOURG ANNEES HEROïQUES le livre de Stephane DESCHAMPS

 Il est arrivé depuis vendredi dernier, le nouveau livre de mon ami Stephane DESCHAMPS.
 Pour les Poitevins, sachez que Stephane sera en dédicaces le samedi 7 novembre prochain à la librairie GIBERT JOSEPH
Photos : copyright : Stephane DESCHAMPS

lundi 19 octobre 2015

MICHEL BERGER Un dimanche au bord de l'eau (inédit)


Une nouvelle chanson de Michel Berger a été dévoilée sur RTL ce lundi : "Un dimanche au bord de l'eau". Elle fera partie de la comédie musicale "Résiste" qui lui est dédié. au tout début des années 80, Michel Berger est en studio à Los Angeles avec des musiciens américains. Il enregistre ce titre qui aurait dû figurer dans un de ses albums, Beauséjour ou Beaurivage, mais faute de place sur le format vinyle, la chanson n'a jamais vu le jour. France Gall savait que ce titre existait, elle attendait simplement une belle opportunité pour l'offrir au public. Sa comédie musicale est l'écrin rêvé au printemps dernier, la chanson a été mixée, et, ce n'est pas rien, France Gall est retournée en studio pour enregistrer les chœurs, comme elle avait l'habitude de le faire sur les chansons de Michel. France Gall n'avait pas enregistré sa voix depuis 18 ans. Un dimanche au bord de l'eau sera donc l'inédit du spectacle Résiste, à l'affiche du Palais des Sports de Paris à partir du 4 novembre, puis en tournée l'année prochaine. Cette chanson a tout pour rejoindre les grands classiques de Michel Berger. Elle figurera sur l'album studio de la troupe, qui sort vendredi. 

les liens
http://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/un-dimanche-au-bord-de-l-eau-decouvrez-une-chanson-inedite-de-michel-berger-7780163280 

 http://www.nicematin.com/derniere-minute/la-veille-de-sa-mort-michel-berger-jouait-du-piano-a-lepi-plage-en-aout-92.2302946.html

vendredi 16 octobre 2015

JAMUL - 1968-1974



 Jamul est un bon petit groupe obscure de Heavy Blues Rock Américain formé en 1968 à San Diego, en Californie. Il était composé de Ron Armstrong, à la Baterie, de Bob Desnoyers à la guitare, deJohn Fergus à la Basse et de Steve Williams au chant et à l'harmonica. Armstrong jouait auparavant avec The Misfits, Desnoyers avec Joel Scott Hill, dans The Friendly Grin, et Williams avec Puzzle and The Voxmen. Aux États-Unis, le groupe Jamul a pourtant obtenu une certaine reconnaissance et il est surtout très respecté par les collectionneurs et les médias. Son histoire commence vers la fin de 1968 avec un guitariste chanteur nommé Bob Desnoyers qui avait une idée fixe: il avait un certain projet de groupe et il était à la recherche de la bonne personne qui pourrait l'aider à concrétiser ses aspirations. Assistant à un spectacle au College Inn de San Diego, il est médusé par un gars nommé John Fergus qui joue de la basse et qui possède un beau brin de voix. Il lui explique exactement ce qu'il cherche et Fergus accepte la proposition. Le bassiste connaissait un batteur, Ron Armstrong, qui faisait partie de l'un des groupes les plus chauds de San Diego, en 1965, The Misfits qui avaient eu le privilège d'ouvrir pour un concert des Rolling Stones dans la ville en 1965. Ce groupe fait partie de la généalogie de Moby Grape. À cette époque, en 68, il ne jouait pas, et Armstrong accepte volontier l'invitation et a le trio embryonaire de l'ensemble est formé. Initialement, le nom du groupe était Jamul City Marching and Funk Band. Après un certain temps, il fut transformé en Jamul City Funk Band. Le chanteur et harmoniciste Steve Williams voit ensuite le groupe jouer et il aime le son qu'il entend. Steve commence par les accompagner et après quelques semaines, il est intégré dans le groupe. Après huit mois d'activité, the Jamul City Funk Band signe un contrat avec le producteur Gabriel Mekler. Il décroche un contrat d'enregistrement avec un petit label et fait le déplacement pour enregistrer, mais la chose ne passe pas vraiment comme Bob l'aurait voulu. Le problème en question était avec le label Lizard Records, géré par Mekler, alors producteur exécutif de Steppenwolf, Three Dog Night, et Janis Joplin (Gabriel était aussi claviériste et a pu jouer sur quelques titres de l'album "I Got Dem Ol 'Kozmic Blues Again Mama!" de Janis). Le personnel de Lizard insiste pour que le groupe raccourcisse son nom, obtenant finalement le nom de Jamul (la prononciation correcte est "ra-mul" qui est le nom d'une ville dans l'est du comté de San Diego). S'étant installés à San Diego pendant quelques semaines jusqu'à ce qu'ils sonnent mieux, ils commencent les enregistrements. Finalement, après deux jours d'enregistrements en live, est né le premier album, signé à la production par Richard Podolor. Le quatuor estime que la production n'est pas exactement comme ils le voudraient, mais les musiciens ne trouvent rien à redire. Sorti en Février 1970, l'album contient principalement une musique Heavy Rock brillante avec quelques influences Blues, dominée par des guitares emballées, des vocaux extrêmement puissants et une section rythmique carrée, et une touche de Country Rock.
Sur les onze titres qui le composent, huit ont été écrites par le groupe, qui a, en plus du chanteur principal Steve Williams, deux autres bons chanteurs, Bob et Ron, et les trois autres sont d'excellentes reprises, plutôt des relectures de vraies chansons originales déstructurées, comme une interprétation assez brutale du Blues traditionnel "Tobbaco Road", avec un solo de guitare solide et de l'harmonica Blues, "Long Tall Sally" de Little Richard et une version Heavy de "Jumpin 'Jack Flash" des Rolling Stones. Leur version de "Long Tall Sally" est venue aux oreilles du compositeur, qui a été impressionné par ce qu'il a entendu et a invité le groupe à enregistrer une vidéo en jouant ladite chanson. Richard lui-même est venu participer au tournage, qui a eu lieu à Washington. 

Le son de cet album sale et plein de sensation crée une certaine atmosphère. Les compositions sont merveilleuses, la voix est parfois déchirée, parfois plus pure dans les ballades, les guitares sont féroces et la sonorité d'ensemble est totalement caractéristique de l'époque. Les meilleures chansons sont "Tobacco Road", "Ramblin Man" (qui n'a rien à voir avec la chanson des Allman Brothers) et l'apocalyptique "Valley Thunder". Cet enregistrement exceptionnellement bien produit ne peut être que recommandé, en particulier pour les fans de Frantic, Steppenwolf, Euclide et autres Yesterday's Children. Deux singles ont été édité "Sunrise Over Jamul / Tobacco Road" et "Movin' to the Country / Ramblin' Man", tous tirés du LP. Une version puissante de "Tobbaco Road" a été joué dans plusieurs stations de radio à travers le pays. Le groupe a surtout été très acclamé autour de Washington, où il avait l'habitude de beaucoup jouer. L'album avait été enregistré en 1970 et il fut publié la même année. Le groupe a réalisé une bonne reconnaissance aux États-Unis; Ils ont vendu à environ 75.000 exemplaires et atteint à le numéro 93 au Billboard, mais la percée après ce succès n'a pas suivi. L'album s'est également vendu en France en 71 et, la même année, le groupe se sépare d'avec le producteur Gabriel Mekler et finalement, Jamul est dissout. Après un certain temps, ils auraient enregistré en 1972 un deuxième album, "Jamul II", sans la participation de Ron Armstrong. Ce disque reste inédit jusqu'à aujourd'hui! Après cela, chaque est allé dans son coin. La seule chose sure que l'on sache, c'est que Ron Armstrong a continué dans la musique, en jouant aussi du piano avec divers musiciens de la région de San Diego et il est toujours actif en tant qu'artiste aujourd'hui. Source: Ronaldo Rodrigues

 Hard Rock Blues 1970 Tracklist: 01. Tobbaco Road 02. Long Tall Saly 03. Sunrise Over Jamul 04. Movin' to the Country 05. Hold the Line 06. Jumpin' Jack Flash 07. All You Have Left is Me 08. Nickel Thimble 09. I Can't Complain 10. Ramblin' Man 11. Valley Thunder *RON ARMSTRONG *BOB DESNOYERS *JOHN FERGUS *STEVE WILLIAMS

source des 'infos http://www.rock6070.com/forum/viewtopic.php?f=8&t=1613

mercredi 14 octobre 2015

PIERRE PAPILLAUD fan de TOTO ?


Mais pourquoi une eau minérale émergeant du Massif central s'appelle Rozana ? qu'elle est le rapport avec le groupe de rock californien TOTO ?
 la réponse est toute simple ! y'a aucun rapport ! c'est une marque d'eau minérale appartenant à Neptune, division Eaux du groupe français Castel
.
Les eaux de Rozana émergent dans le Massif central, au hameau de Rouzat (commune de Beauregard-Vendon) à 7 km au nord de Riomdans le Puy-de-Dôme en Auvergne.
"Pour ceux qui se posent la questionne, Pierre Papillaud, 77 ans, est bien le président de Rozana mais aussi d’un groupe bien plus large. Sa famille est ainsi la 71ème fortune française grâce à groupe un poids lourd de l’eau, numéro 3 français des eaux minérales avec un fleuron nommé Cristaline."

https://www.cyberbougnat.net/actus/impact-publicite-rozana-image-auvergne,6492.html http://www.challenges.fr/classements/fortune/fiche/pierre-papillaud-et-sa-famille;458.html
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...