Toutes les vidéos et images incluses sur ce blogs sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs. Elles peuvent être retirées du blog à tout moment par simple demande d'un ayant-droit. Tous les articles dont la source est mentionnée peuvent aussi être retirés par simple demande de l’auteur.

mercredi 28 mai 2014

LES PIRES ADAPTATIONS FRANCAISES Les adaptations impossibles mais sympathiques


Chapitre 4 : Les adaptations impossibles mais sympathiques 
Le duo Shuki levy et Aviva font une halte à l’ "Hotel california"  
 succès culte de 6 minutes 30 des Eagles pendant qu’OTH chante "Petite sœur"
  qui n’est autre que le "Little sister" du King Elvis Presley.  
 Pendant que Les Martin Circus réadaptent 2 titres cultes des Beach Boys : Barbara Ann en Marylène et I Get around en Bye bye cherie ,  
 les Rolling Stones sont eux aussi passés à la moulinette : leur "Paint it black" est repris par Marie Laforet en "Marie douceur -Marie colère" et de "Satisfaction" Eddy Mitchell n’en fait "Rien qu'un seul mot" 
.
 Les Beatles, dont le nombre de reprises en français est impressionnant sont à leur tour adaptés avec par exemple Frank Alamo "Je veux prendre ta main" du hit "I Want to Hold Your Hand"

 ou "Je me bats pour gagner " version française de "A Hard Day's Night"
.  
 Les Compagnons de la chanson sont dans "Le sous-marin vert" (Yellow Submarine) 
 
 James brown le roi de la soul et son " I feel good" deviendra pour le groupe Les Beethoven’s "Pour moi ça va" .
et...la liste est trop longue…la suite très bientôt

le billet sur les pires adaptations est disponible dans le STEADYZINE 4 (voir lien ci après)



LES PIRES ADAPTATIONS FRANCAISES_Les adaptations qui restent


Chapitre 3 du billet consacré aux pires adaptations françaises que vous retrouverez dans le steadyzine 4 
s
 Pour quelques "Pommes, poires et scoubidous" Sacha Distel reprend en 1959 "Apples Peaches & Cherries" des Smothers Brothers,
   
 plus tard ce sera " You Are The Sunshine Of My Life"
 et "Raindrops Keep Fallin' on My Head" sous le titre "Tu es le soleil de ma vie.
 
 et "Toute la pluie tombe sur moi" .
 "I'll be glad when you're dead You rascal you''  
 du jazzman Louis Prima a été popularisé en France par le duo Gainsbarre et Mr Eddy pour le 45t "Vieille Canaille".

 La chanson "Sur la route de Memphis " est l'adaptation française du titre "That's how I got to Memphis" écrite et composée par Tom T. Hall
.  
"Noir c’est noir " de Johnny Hallyday est une adaptation de Los Bravos "Black is black "
 et " Les Champs-Élysées" de JOE DASSIN une adaptation de Jason Crest "Waterloo Road"
 tout comme "L'amérique" l'est de "Yellow river" des Christies .
 Pour le reste, on les considérait perdues voir oubliées dans les tiroirs des maisons de disques fermés à double tours.
La suite très bientôt....

mardi 27 mai 2014

LES PIRES ADAPTATIONS FRANCAISES Un tube vaut mieux que deux tu l'auras




"... Du fantastique à l'horreur il n'y a qu'un pas ! Si la 4ème dimension vous évoque une série culte de la télévision, elle a aussi sa place dans l’industrie du disque. En effet, on n’imagine pas une seconde que des maisons de disques aient pu investir un centime dans des reprises, et même des adaptations plus qu’improbables voire impossibles. "


Impossible pas français ? Si si, d’ailleurs cette tendance à la reprise pourrie n’est pas récente… c’est même une tradition chez nous en France, on l’oublie trop souvent. Dans la années 60, c’était légion, " Les rois de la photocopieuse" s’appelaient Richard Anthony, Claude François, Sylvie Vartan ou Richard Anthony... Quand Claude François pillait les standards de la Motown, Eddy , Johnny sans oublier Dick (on n’oublie jamais Dick) eux se servaient chez Eddie Cochran et Gene Vincent… 

II Un tube vaut mieux que deux tu l'auras

mais le pire reste à venir. La concurrence était tellement rude, que parfois, deux adaptations de la même chanson sortaient dans les bacs.  
 Deux adaptations pour le prix d’un tube, c'est nos rockeurs français qui s'y engagent avec "C mon everybody" d’Eddie Cochran,
    
 qui devient pour Mr Eddy " Comment vas-tu mentir ? " et pour Johhny " Venez tous avec moi".  
 "No Milk Today" célèbre chanson du groupe de rock britannique Herman's Hermits
 se voit francisé par Elsa Martinelli sous le titre très négatif : "Non pas ce soir, ni demain" (ni jamais entendu d’ailleurs.
  
 et par Frank Alamo "A travers les carreaux"
.
 Autre standard, "When a Man Loves a Woman " de Percy Sledge ,
 Johnny Hallyday la transforme en " Quand un homme perd ses rêves"

 et Ricky Mason en "Tu prétends que tu l'aimes".  
Pierre Billon allias "Vance" adaptate "Stand by Me" de Ben E. King en "Reste ici "
 et Claude Michel avec "Je m’ennuie de toi".
 L'incontournable "The Sound of Silence"
 du duo de folk rock américain Simon et Garfunkel est remaniée par Richard Anthony mot pour mot " La voix du silence"
.  
 et Gérard Lenorman, lui, l’appelle la "Chanson d’innocence".
 "With a little help from my friends" des Beatles,

rendue célèbre par la reprise de Joe Cocker,
 a eue droit elle aussi à ses adaptations en français : Sacha Distel et Véronique Sanson chantant " Un coup de main des copains.
"
pendant que Donald Lautrec chantait " L’amour quand tu es là "
Hugues Aufray et Tino Rossi fredonnaient eux "Je croyais", reprise de "Yesterday"
.

La suite demain....


Le Steadyzine numéro 4, fanzine cinéma est dispo en ligne depuis lundi, voici le lien direct.  Vous pourrez lire en intégralité mon billet sur les pires adaptations françaises.....



bonus 2 adaptations improbables de Madonna pour le prix d'une, à la limite du supportable (niveau texte)

LES PIRES ADAPTATIONS FRANCAISES _ Quand les reprises sont meilleures que les originaux.


Le nouveau steadyzine, fanzine cinéma est dispo en ligne depuis lundi de cette semaine, voici le lien direct. 
Vous pourrez lire mon billet sur les pires adaptations françaises et retrouver cette semaine les liens vers ces trésors oubliés.


Les pires adaptations françaises. Durant les cinquante dernières années, on a eu droit à des reprises et adaptations parfaites de chansons américaines en chansons françaises, du moins, c’est ce que votre cerveau se souvient, mais la mémoire est sélective et puis une vie serait trop courte pour tout écouter. 

Il faut admettre que parfois, on est peut être passé à côté de véritables chef d’œuvres auditifs qui n’ont jamais trouvé le succès qu’ils méritaient. Des adaptations qui ont marqué l’histoire de la chanson. De la France vers l'étranger ça marche très bien. Petit rappel sur quelques bonnes adaptions ou : 
quand les reprises sont meilleures que les originaux.

   
 Par exemple Claude François et son fameux "Comme d’habitude" est devenu "My way" chanté par Sinatra,  
 de même que "Parce que je t'aime mon enfant" a été adaptée en anglais et reprise par Elvis Presley sous le titre magnifique "My Boy".
     
 De même "Je t'appartiens" de Mr 100 000 volts (ne pas confondre avec le chanteur précédent) Gilbert Becaud a été adaptée en anglais par Mann Curtis sous le titre "Let It Be Me",  
 l’adaptation est devenu un standard international grâce aux interprétations des Everly Brothers en 1960.  
 Les versions par Elvis Presley puis Bob Dylan ou Nina Simone ont contribué à populariser ce titre, devenant l'une des chansons de Gilbert Bécaud les plus chantées dans le monde avec "Et maintenant" ("What now my love").
 


La suite de l'article très bientôt... pour les impatients, il est dispo ici



lundi 26 mai 2014

TOP GUN la petite histoire sur la musique du film


 En 1986, le groupe TOTO est sollicité pour faire partie de la BOF du film TOP GUN, ils doivent jouer le titre DANGER ZONE. c’est Kenny Logins qui s’y colle suite à des conflits avec le producteur.
 TOTO écrit et compose le titre Only you qui devait être le titre phare de la musique du film (love theme)
 mais recalé une nouvelle fois, c’est BERLIN qui prendra sa place avec  « TAKE MY BREATH AWAY
 Bonus tracks
 

The alternate funhouse outtakes




Their epic second album, using different takes from the 'Complete Funhouse Sessions' boxset. No overdubs - some tracks are longer than the offical album cuts...more Stoogeness!

vendredi 23 mai 2014

DES ZONES LIBRES DE BONJOVI


"Un fan-club des Bills, a lancé une pétition en ligne qui vise de bannir les chansons de Bon Jovi. Le rockeur du New Jersey a été  associé à un hommes d'affaires de Toronto qui cherche à acheter une concession de la NFL - Les fondateurs du groupe appelé "12th Man Thunder" demandent aux bars de la région de Buffalo de cesser de faire entendre les chansons de Bon Jovi dans leurs établissements, que ce soit par l'entremise d'un disc-jockey, de musiciens en spectacle ou d'un juke-box. Ils affirment que jusqu'à maintenant, 28 entreprises se sont déclarées des "zones libres de Bon Jovi".

http://www.rds.ca/football/nfl/bon-jovi-n-est-pas-le-bienvenu-1.1149903


jeudi 22 mai 2014

LED ZEPPELIN vs SPIRIT


Led Zeppelin est (à nouveau) accusé de plagiat. Cela concerne “Stairway To Heaven”, pas moins. Le titre reprendrait un court passage d’une composition instrumentale, “Taurus”, composé par le guitariste Randy California du groupe psyché californien Spirit
En fait, l’histoire est vieille. Elle resurgit aujourd’hui après que le bassiste Mark Andes et les ayants-droits de Randy [...]

extrait wikipedia :
"Le groupe connut une audience importante avec ses quatre premiers albums Spirit (1968), Family that plays together (1969), Clear (1969) et surtout le mythiqueTwelve dreams of Dr.Sardonicus (1971) profondément teinté de rock psychédélique.
Spirit éclata en 1972, à l'apogée de son succès. Andes et Ferguson fondèrent le groupe Jo Jo Gunne et Randy California devint indisponible suite à une chute de cheval. L'album Feedback ne comprenait plus alors que deux membres originaux (Cassidy et Locke).
Une fois guéri, California remplaça pour quelques concerts au pied levé, un Richie Blackmore malade, pendant la tournée nord-américaine de 1972 de Deep Purplepuis s'attela à un album solo aux accents très hendrixien en compagnie du bassiste Noel Redding (sous le nom de "Clit McTorius") intitulé Kaptain Kopter and the (fabulous) twirly birds (1972). Le disque comprenait outre les reprises Day tripper et Rain des Beatles, le brûlot Downer aux distorsions hypnotiques.
Randy California reforma Spirit en 1974 et sortit le double album Spirit of 76 (1975) suivi par Son of Spirit (1975) et Farther along (1976) qui marqua la fin d'un nouveau cycle dans l'histoire du groupe."


 

mardi 20 mai 2014

ON A CHANTé du BONJOVI A The VOICE !!!!!!!

 mais ce n'était pas en FRANCE !
!

Bon Jovi - Sessions From the Vault (la set list)



Disc 1 (John Bongiovi and The Wild Ones demos) (John Bongiovi 'Power station' demos) 01. John Bongiovi & The Wild Ones - What You Want [Demo] 02. John Bongiovi & The Wild Ones - Runaway [Demo] 03. John Bongiovi & The Wild Ones - She Don't Know Me [Demo] 04. John Bongiovi & The Wild Ones - Shot Through The Heart [Demo] 05. John Bongiovi & The Wild Ones - Love Lies [Demo] 06. John Bongiovi - Heartbreak Eyes [Demo] 07. John Bongiovi - Hollywood Dreams [Demo] 08. John Bongiovi - Talkin 'In Your Sleep [Demo] 09. John Bongiovi - No Action [Demo] 10. John Bongiovi - Open Your Heart [Demo] 11. John Bongiovi - That Woman Is Dangerous [Demo] 12. John Bongiovi - Don't Do That To Me Anymore [Demo] 13. John Bongiovi - Same Old Lines [Demo] 14. John Bongiovi - More Than We Bargained For [Demo] 15. John Bongiovi - Head Over Heels [Demo] 16. John Bongiovi - Don't Keep Me Wondering [Demo] 17. John Bongiovi - Charlene [Demo] 18. John Bongiovi - Don't Leave Me Tonight [Demo] 19. John Bongiovi - Dorothea [Demo] 

 Disc 2 (Message demos) (Bon Jovi rehersal demos) 01. Message - Pessimistic Man [Demo] 02. Message - Swing [Demo] 03. Message - Lessons [Demo] 04. Message - It Won't Be Long [Demo] 05. Message - Is There Love [Demo] 06. Message - Any Other Girl [Demo] 07. Bon Jovi - Summertime Blues [Rehearsal Demo] 08. Bon Jovi - American Dream [Rehearsal Demo] 09. Bon Jovi - Tonight [Rehearsal Demo] # 1 10. Bon Jovi - Tonight [Rehearsal Demo] # 2 11. Bon Jovi - Promises [Rehearsal Demo] 12. Bon Jovi - Better Think Twice [Rehearsal Demo] # 1 13. Bon Jovi - Better Think Twice [Rehearsal Demo] # 2 14. Bon Jovi - Stay [Rehearsal Demo] 15. Bon Jovi - Jon's Guitar Doodle 16. Bon Jovi - Heartbreaker [Rehearsal Demo] 17. Bon Jovi - Head Over Heels [Rehearsal Demo] 18. Bon Jovi - Broke My Heart [Rehearsal Demo] 

 Disc 3 (Slippery When Wet basement demos) 01. Bon Jovi - Stand Up [Basement Demo] 02. Bon Jovi - Deep Cuts The Knife [Basement Demo] 03. Bon Jovi - Wild In The Streets [Basement Demo] 04. Bon Jovi - Never Say Goodbye [Basement Demo] 05. Bon Jovi - Walk Don't Run [Basement Demo] 06. Bon Jovi - Edge Of A Broken Heart [Basement Demo] 07. Bon Jovi - Right Side [Basement Demo] 08. Bon Jovi - The Promise [Basement Demo] 09. Bon Jovi - Lonely Is The Night [Basement Demo] 10. Bon Jovi - Raise Your Hands [Basement Demo] 11. Bon Jovi - Take Me Home [Basement Demo] 12. Bon Jovi - Never Enough [Basement Demo] 13. Bon Jovi - Wanted Dead Or Alive [Basement Demo] 

 Disc 4 (Slippery When Wet rehersal demos) 01. Bon Jovi - I'd Die For You [Preproduction Demo] 02. Bon Jovi - Let It Rock [Preproduction Demo] 03. Bon Jovi - Game Of The Heart [Preproduction Demo] 04. Bon Jovi - Borderline [Preproduction Demo] 05. Bon Jovi - Social Disease [Preproduction Demo] 06. Bon Jovi - Livin 'On A Prayer [Preproduction Demo] 07. Bon Jovi - Edge Of A Broken Heart [Preproduction Demo] 08. Bon Jovi - Without Love [Preproduction Demo] 09. Bon Jovi - Never Say Goodbye [Preproduction Demo] 10. Bon Jovi - Raise Your Hands [Preproduction Demo] # 1 11. Bon Jovi - Raise Your Hands [Preproduction Demo] # 2 12. Bon Jovi - Never Enough [preproduction Demo] 

 Disc 5 (Slippery When Wet studio demos) 01. Bon Jovi - You Give Love A Bad Name [Demo] 02. Bon Jovi - Without Love [Demo] 03. Bon Jovi - Wild In The Streets [Demo] 04. Bon Jovi - Wanted Dead Or Alive [Demo] 05. Bon Jovi - Raise Your Hands [Demo] 06. Bon Jovi - Never Enough [Demo] 07. Bon Jovi - Edge Of A Broken Heart [Demo] 08. Bon Jovi - Borderline [Demo] 09. Bon Jovi - Game Of The Heart [Demo] 10. Bon Jovi - Let It Rock [Demo] 11. Bon Jovi - Social Disease [Demo] 12. Bon Jovi - Livin 'On A Prayer [Demo] 13. Bon Jovi - Lonely Is The Night [Demo] 14. Bon Jovi - Deep Cuts The Knife [Demo] 15. Bon Jovi - Never Say Goodbye (featuring Richie Sambora on Vocals) [Demo] 16. Bon Jovi - I'd Die For You [Demo] 

 Disc 6 (New Jersey preproduction demos) 01. Bon Jovi - Rosie [Preproduction Demo] 02. Bon Jovi - 99 In The Shade [Preproduction Demo] 03. Bon Jovi - Backdoor To Heaven [Preproduction Demo] 04. Bon Jovi - Bad Medicine [Preproduction Demo] 05. Bon Jovi - Love Is War [Preproduction Demo] 06. Bon Jovi - Judgement Day [Preproduction Demo] 07. Bon Jovi - Wild Is The Wind [Preproduction Demo] 08. Bon Jovi - In America [Preproduction Demo] 09. Bon Jovi - Living In Sin [Preproduction Demo] 10. Bon Jovi - Love Hurts [preproduction Demo] 

 Disc 7 (New Jersey preproduction demos) 01. Bon Jovi - Blood On Blood [Preproduction Demo] 02. Bon Jovi - I'll Be There For You [Preproduction Demo] 03. Bon Jovi - Born To Be My Baby [Preproduction Demo] 04. Bon Jovi - Stick To Your Guns [Preproduction Demo] 05. Bon Jovi - Homebound Train [Preproduction Demo] 06. Bon Jovi - Diamond Ring [Preproduction Demo] 07. Bon Jovi - House Of Fire [Preproduction Demo] 08. Bon Jovi - Let's Make It Baby [preproduction Demo] 

 Disc 8 (New Jersey studio demos) 01. Bon Jovi - Love Is War [Original Demo] 02. Bon Jovi - Let's Make It Baby [Original Talkbox Demo] 03. Bon Jovi - Judgement Day [Studio Demo] 04. Bon Jovi - River Of Love (Come Alive) [Studio Demo] 05. Bon Jovi - Now And Forever [Studio Demo] 06. Bon Jovi - Growing Up The Hard Way [Studio Demo] 07. Bon Jovi - Does Anybody Really Fall In Love Anymore [Original Demo] 08. Bon Jovi - Rosie [Original Demo] 

 Disc 9 (New Jersey studio demos) 01. Bon Jovi - Homebound Train [Original Demo] 02. Bon Jovi - Wild Is The Wind [Original Demo] 03. Bon Jovi - Living In Sin [Original Demo] 04. Bon Jovi - Blood On Blood [Original Demo] 05. Bon Jovi - Backdoor To Heaven [Studio Demo] 06. Bon Jovi - Love Hurts [Studio Demo] 07. Bon Jovi - Stick To Your Guns [Original Demo] 08. Bon Jovi - Love For Sale [Original Demo] 

Disc 10 (Richie Sambora's 'Stranger in this town' rehersal demos) 01. Richie Sambora - Maybelline [Rehearsal Demo] 02. Richie Sambora - Rosie [Rehearsal Demo] 03. Richie Sambora - Stranger In This Town [Rehearsal Demo] 04. Richie Sambora - Rest In Peace [Rehearsal Demo] 05. Richie Sambora - Church Of Desire [Rehearsal Demo # 1] 06. Richie Sambora - Church Of Desire [Rehearsal Demo # 2] 07. Richie Sambora - Church Of Desire [Rehearsal Demo # 3] 08. Richie Sambora - Church Of Desire [Rehearsal Demo # 4] 09. Richie Sambora - Church Of Desire [Rehearsal Demo # 5] 10. Richie Sambora - Church Of Desire [Rehearsal Demo # 6] 11. Richie Sambora - Church Of Desire [Rehearsal Demo # 7] 12. Richie Sambora - Church Of Desire [Rehearsal Demo # 8] 13. Richie Sambora - Church Of Desire [Rehearsal Demo # 9] 14. Richie Sambora - Church Of Desire [Rehearsal Demo # 10] 15. Richie Sambora - If I Can not Have Your Love [Rehearsal Demo] Disc 11 (Richie Sambora's 'Stranger in this town' rehersal demos) 01. 

Richie Sambora - River Of Love [Rehearsal Demo # 1] 02. Richie Sambora - River Of Love [Rehearsal Demo # 2] 03. Richie Sambora - River Of Love [Rehearsal Demo # 3] 04. Richie Sambora - Richie Talks 05. Richie Sambora - Mr. Bluesman [Rehearsal Demo] 06. Richie Sambora - Father Time [Rehearsal Demo] 07. Richie Sambora - The Answer [Rehearsal Demo] 08. Richie Sambora - Broken Promises [Rehearsal Demo] 09. Richie Sambora - Prisoner Of Love [Rehearsal Demo] 10. Richie Sambora - Discipline [Rehearsal Demo] Read more at http://ebookee.org/Bon-Jovi-Sessions-From-the-Vault-1993-11-CD-BoxSet_1964704.html#cdvx4Y2j3tzmhVrv.99

lundi 19 mai 2014

MANU LEVY CONTRE FUN RADIO




"Animateur de Manu à la radio, sur Fun Radio, de septembre 2008 à juin 2011 entre 6h et 9h, Emmanuel Lévy était en désaccord avec la direction de la station depuis son départ pour NRJ. La justice a tranché.
Dans un communiqué publié lundi matin, Fun Radio se félicite des décisions du Tribunal de Grande Instance de Paris qui lui a donné raison sur plusieurs points face à Emmanuel Lévy. L'ancien animateur de la station qui a présenté, avec succès, la matinale durant trois ans demandait que ses créations de concepts, rubriques et formats lui reviennent. Fun Radio a obtenu du tribunal que tout ce qu'a pu développer Manu Lévy sur la station durant son contrat lui appartient à l'exception de la rubrique Ligne anti-relou .
«Comme Fun Radio le demandait, Emmanuel Lévy est condamné pour plusieurs dépôts frauduleux des marques des rubriques de la matinale Manu à la radio , peut-on lire dans le communiqué. Fun Radio conserve l'entière propriété de la marque de l'émission Manu à la radio, rejetant la demande d'Emmanuel Lévy.» Le conflit entre l'animateur et la station dure depuis 2011, année de son départ pour NRJ.
«Fun Radio n'essaye pas de me récupérer et (s'ils essayaient) je n'irais pas. Je n'aime pas le patron (Jérôme Fouqueray, ndlr), on est fâché, avait confié Manu Lévy le 3 mai dernier dans Le tube , sur Canal+. Quand je suis parti de Fun Radio, il m'avait promis, en me serrant la main, que jamais il ne prendrait mes idées. Et puis il les a reprise, je n'ai pas trouvé ça très gentil ni très fair-play.»"

http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/article/medias/81542/manu-levy-perd-son-proces-contre-fun-radio.html

auteur photo http://greggonzalezbook.com/?cat=&recherche=&height=undefined




Jethro Tull vs The Eagles

Le titre We Used To Know, écrit donc en 1969, a certainement inspiré le fameux Hotel California de The Eagles, créé sept ans plus tard. L'écoute consécutive des deux morceaux permet de constater une ressemblance musicale frappante.
 
 En 1976, le méga tube des Eagles "Hotel California" est sur toutes les platines tourne-disques. 
Ce morceau est inspiré de la chanson de Jethro Tull "We used to know"  en 1969, soit sept ans auparavant, composé par Ian Anderson, leader de Jethro Tull.  
 + d'infos ici

SANDRA


 Sandra Menges, née Sandra Ann Lauer le 18 mai 1962 à Sarrebruck en Allemagne (plus tard Sandra Cretu), est une chanteuse pop allemande plus connue en France uniquement par son prénom Sandra. 

Elle s'est rendue célèbre grâce à la chanson (I'll Never Be) Maria Magdalena, hommage à Marlène Dietrich, qui fut un succès international en 1985. 

 Sandra fait partie des artistes cultes des années 1980. Elle a vendu plus de 30 millions de disques dans le monde[1] et son plus grand succès demeure Maria Madgalena, écoulé à plus de cinq millions d'exemplaires (dont 404 000 en France). 

D'autres singles ont également eu un grand succès international : In the Heat of the Night, Innocent Love, Hi ! Hi ! Hi !, Everlasting Love, Heaven Can Wait, Secret Land, We'll Be Together, Around My Heart, Hiroshima, etc. 



 À noter que dans les années 1990, Sandra a également participé à la formation musicale Enigma, créée par son mari de l'époque Michael Cretu et au succès international majeur. On entend sa voix sur plusieurs singles d'Enigma, notamment les plus célèbres (Sadeness, Mea Culpa, Return to Innocence, etc.), où on peut l'entendre chanter quelques phrases, parfois en français.

plus d'infos ici

PATRICE GOURRIER MARCHE AVEC JEROME KERVIEL

Le père Patrice Gourrier, curé de Saint-Porchaire à Poitiers, accompagne Jérôme Kerviel dans sa marche en Italie


Le curé de Saint-Porchaire avait déclaré au micro de RMC où il est animateur dans " Les Grandes Gueules " vouloir rencontrer l'ex trader et le soutenir. Il l'a rejoint dans sa marche au retour du Vatican.


Patrice Gourrier chemine donc avec Jérôme Kerviel. Une belle rencontre dit ce dernier. Celle de deux univers qui auraient pu ne jamais se croiser. Un réconfort pour l'ancien trader.

Pour le père Patrice Gourrier, Jérôme Kerviel n'est pas le vrai coupable. Selon lui, "il a été poussé à la faute". "Kerviel est le fruit du capitalisme", a-t-il estimé. C'est la promesse des primes en fonction des résultats, pour gagner de l'argent, qui pousse à la faute, " il y a des centaines de Kerviel " cette affaire est "révélateur d'un système amoral".
A l'antenne de RMC dans son émission du 20 Mars, le curé de Saint-Porchaire regrettait que Jérôme Kerviel ne passe pas à Poitiers car il lui aurait ouvert son église. Et donc souhaitant le rencontrer il est allé à sa rencontre dans sa longue marche




Le trader condamné par la justice française dans l'affaire de la Société Générale s'est rendu au Vatican. Il a été reçu par le pape François le 19 février dernier. Il a décidé de rentrer à Paris à pied. En deux mois et demi, il a parcouru un peu plus de mille kilomètres.

Jérôme Kerviel a indiqué sur sa page Facebook qu'il franchirait la frontière italo-française le 17 mai et invité tous ceux qui le souhaitaient à l'accompagner ce jour-là. "Il me tarde de vous retrouver toutes et tous en France à partir du 17 mai, date à laquelle je passerai la frontière de Vintimille à Menton" (Alpes-Maritimes) , a-t-il posté sur la page consacrée à sa marche de Rome à Paris.

Rappel des faits:
Jérôme Kerviel a été condamné définitivement à cinq ans d'emprisonnement, dont trois ferme. La peine est désormais exécutoire et l'ancien opérateur de marché est susceptible d'être incarcéré à tout moment. La Cour de cassation a en revanche annulé, mi-février, la condamnation de l'ex-trader à verser 4,91 milliards d'euros de dommages et intérêts à son ancien employeur, la banque Société Générale.
Le volet civil de l'affaire fera l'objet d'un nouveau procès devant la cour d'appel de Versailles, dont la date n'est pas encore connue.



http://poitou-charentes.france3.fr/2014/05/09/le-pere-patrice-gourrier-cure-de-saint-porchaire-poitiers-accompagne-jerome-kerviel-dans-sa-marche-en-italie-473699.html

mercredi 14 mai 2014

COLUCHE AU TRIBUNAL DES FLAGRANTS DELIRES




Emission complète du 20 mai 1981 - France Inter.
Acte d'accusation: Claude Villers
Réquisitoire: Pierre Desproges
Plaidoirie: Luis Rego
Témoins: Guy Bedos, Professeur Choron
Le contexte pour le public... François Mitterrand vient d'être élu à la suite d'une campagne pendant laquelle la candidature de Coluche à la fonction présidentielle a troublé l'ordre intime des partis sous la robe austère de la patrie qui en a gémi des sondages déculotés et sué des frigidaires de ministères... Enfin convoqué devant la justice implacable de ses pairs au Tribunal des flagrants délires, le troublion des années 80 fait son Danton et tente effrontément de se disculper en révélant l'âge de sa mère, sa haine légitime des péages auto-routiers et en confessant aussi les ficelles spaghetineuses du complot publicitaire qu'il avait tenté de tisser avec Guy Bedos et qui faisait le buzz à l'époque des faits...
A des fins évidentes de diversion, l'on trouvera également dans les annales sombres et voluptueuses des minutes de ce procès mémorable le témoignage chanté à décharge vas-y vas-y c'est bon du professeur Choron: le ben Laaden libertaire de la franche poilade de cul dans la soupe à la grimace de ceux qui, tous, souriaient encore sur les affiches devant les mairies y'avait pas dix jours de cela.
Bref, un enregistrement audio à découvrir ou à se souvenir (mais pas de Brive La Gaillarde, parce que j'y suis allé un jour. Je me suis fait chier. Je préfère oublier...)

GENE VINCENT


lundi 12 mai 2014

XSCAPE de MICHAEL JACKSON


Cinq ans après la mort de Michael Jackson, sa maison de disques sort un deuxième album posthume. Alors que le premier n'avait pas rencontré le succès escompté ce nouvel opus promet, selon Sony, d'être plus fidèle à la légende de la pop. Qu'en disent les spécialistes et aficionados qui l'ont écouté? 

Emmanuel Marolle est également séduit par le titre Love Never Felt So Good, qui "rappelle les grandes heures du King of Pop". La suite? Xscape alterne "le bon et le moins bon, des morceaux noyés dans une production pseudo-moderne (Slave to the Rythm, Blue Gangsta), d'autres qui parviennent à garder l'intention de départ tel Loving You. En une phrase: "Pas de quoi s'emballer". 

 Olivier Cachin, spécialiste rap et hip-hop, prévient d'emblée que ses "pires craintes" ont été balayées par l'écoute de l'album: "Le son est donc très moderne, même si les morceaux, eux, sont tirés de toutes les périodes de la carrière de Michael Jackson." Une fois de plus, Love Never Felt So Good ne laisse pas le spécialiste indifférent qui juge que l'album "recèle de surprises". Et de conclure: "Logique, et pas illégitime. Le Roi ne reviendra pas, mais Xscape est un joli fantôme." 

La critique internationale, sévère avec Michael, s'est montrée plus clémente envers Xscape, sans pour autant crier au chef-d'oeuvre. "On ressent immédiatement que beaucoup de temps (et d'argent) a été passé sur ses chansons et qu'on a pris soin de les montrer sous la meilleure lumière possible", écrit le quotidien britannique The Guardian, qui juge que, "dans l'ensemble, ces chansons méritent d'être entendues".
En guise de conclusion: "Les huit pistes manquent de cohérence mais servent à vous rappeler pourquoi Jackson était un génie, aujourd'hui encore cité par Pharell Williams et Justin Timberlake." 

 "L. A. Reid et Timbaland se sont assurés que les atouts durables de Jackson en tant que chanteur soient préservés sur le disque, apportant des textures modernes sans noyer les parties vocales ou la structure générale des chansons", juge USA Today. "L'album est plus impressionnant qu'attendu", mais "une question se pose: si ces chansons n'étaient pas assez bonnes pour être publiées à l'époque, pourquoi le seraient-elles aujourd'hui?" demande la BBC.

LIO chante BANANA SPLIT et la version anglaise MARIE ANTOINETTE

FELIX MEYER Der Wind trägt uns davon . (Noir Désir)



FELIX MEYER chante Noir Désir en allemand

+ d'infos ici

TRACY HUANG chante Goldman

ON recycle chez les Hallyday


 En 1989, David propose à son père le titre Mirador pour l'album Cadillac
.
 David a l'idée (ahaha) de sortir sa propre version en 1990 en anglais,
un titre qui, n'ayons pas peur des mots passe très bien, presque mieux que la version de son père.
 En 2004, ni vu ni connu, David propose à sa maman un nouveau texte sur une de ses anciennes chansons

AXEL BAUER vs ROGER DALTREY : cargo de nuit


Reprise en anglais de Cargo De Nuit d'Axel Bauer par le chanteur des Who, Roger Daltrey. English cover of Axel Bauer's Cargo De Nuit ci dessous la version longue. + d'infos ici
.  

OBISPO vs LIONEL RICHIE


L'adaptation du titre D'Obispo par Lionel Richie.

vendredi 9 mai 2014

STEREO TOTAL


Stereo Total est un duo composé de Françoise Cactus (née Françoise Van Hove et ancienne coleader du groupe Les Lolitas) et Brezel Göring (aka Friedrich von Finsterwalde, né Friedrich Ziegler), couple dans la vie et dans la musique.
Fondé à Berlin en 1995, ils ont composé plus d'une soixantaine de morceaux en pas moins de huit albums. Leurs thèmes de prédilection sont l’amour, le sexe, la rébellion et la nostalgie.

mercredi 7 mai 2014

DRIFT AWAY

COMMENT REUSSIR A LA TELEVISION QUAND ON EST PETIT...


En pleine lecture du  livre de Philippe Gildas paru en 2010 sous la plume de Gilles Verlant,
 L'occasion de partager les Archives extraites du "passager" LE LIEN VERS LA SOURCE








mardi 6 mai 2014

INDOCHINE COLLECTOR 1992


+ d'infos ici http://indo-4-ever.pagesperso-orange.fr/indoreprises.htm

lundi 5 mai 2014

GILLES VERLANT par Philippe Carly



Deux photos de Gilles Verlant trouvé par hasard sur le site Wavephotos.com
Auteur des photos : Philippe Carly
lien
http://www.newwavephotos.com/GillesVerlant.htm

En bonus, voici d'ailleurs une interview de Philippe Carly piochée ICI


Si vous ne connaissez pas encore Philippe Carly, cliquez immédiatement sur les photos ci-contre pour avoir un aperçu choisi des images que ce photographe belge de talent a réalisées depuis 1977. Car, coup de chance, depuis que Philippe a décidé d'immortaliser toutes ses rencontres, son chemin a croisé celui de The Cure, Joy Division, Sisters of Mercy, Bauhaus ou encore celui de centaines d'autres "jeunes" artistes de l'époque... Discussion à bâton rompu avec un petit génie de la pellicule.


Peux-tu me raconter ton cursus ? Étais-tu photographe indépendant et proposais-tu tes photos à différents magazines ou bien travaillais-tu avec un magazine spécifique ?

À l'époque, je collaborais avec des magazines spécifiques. J'ai commencé par "Pulsions" (1977) que j'ai quitté pour fonder un magazine avec quelques amis, "Ecoute" (1978), qui n'a malheureusement duré que 6 numéros. C'est au sein de ce magazine que je me suis intéressé au graphisme en plus de la photo. Puis, après la fin de "Ecoute", j'ai rejoint "En Attendant" (1979) et j'ai également commencé à collaborer à la rubrique Rock de Télé Moustique (1982). J'ai ensuite collaboré à deux publications hollandaises : "Vinyl" et "Tresspassers W" (1985). À ce moment je réalisais aussi des photos de presse pour le label Play It Again Sam. Donc, c'était une succession de collaborations plutôt que plusieurs en même temps. Cette année j'ai recommencé à faire de la photo de concerts alors que j'avais complètement arrêté depuis 1986-1987.


La photographie est-elle ton activité professionnelle principale ou est-elle toujours restée un "passe-temps" ?

À l'époque, c'était un hobby "sérieux", depuis que j'ai recommencé c'est une des cordes à mon arc professionnel. Je ne me limite d'ailleurs plus à la photo de concert au sens strict, mais à tout ce qui est reportage d'événements au sens large.


Tu as travaillé pour la presse, mais tu as aussi réalisé quelques pochettes de disques. Comment tes photos de Joy Division se sont-elles retrouvées dans le livret du coffret "Heart and Soul"?

Ces photos de Joy Division sont à la fois un malheur et une bénédiction... En fait, je n'ai jamais vraiment rencontré le groupe, mais j'ai fait parvenir gracieusement un jeu de ces photos à son management, et donc au label. D'après des sources bien informées, il n'était pas très organisé à l'époque et ces photos ont donc été disséminées un peu partout, pour la presse d'abord et pour d'autres choses ensuite, dont même Factory a perdu le contrôle. Je suis donc petit à petit en train d'essayer de faire valoir mes droits, notamment pour ce coffret. Une de mes photos s'est aussi retrouvé en couverture de la réédition du livre de Deborah Curtis "Touching from a Distance", créditée à Kevin Cummins, alors que celui-ci avait signé la photo qui avait été en couverture de la première édition. Apparemment il y a assez peu de photos de Joy Division. Kevin Cummins, photographe quasi officiel du groupe en a lui-même moins de 200 en tout ! Ce dont je suis le plus fier à propos de ces photos, c'est de les avoir vues épinglées au mur de la cuisine de Martin Hannet à l'occasion d'un article qui lui était consacré dans le NME et qui le montrait dans sa cuisine devant ma photo !


Ton site recèle des vrais bijoux, quelles sont de toutes ces rencontres celles qui t'ont le plus marqué ?

Les artistes qui m'ont le plus marqué sont forcement ceux avec lesquels j'ai eu l'occasion de passer un peu de temps : U2, vraiment charmants, Siouxsie qui est loin de mériter la réputation d'"Ice Queen" qu'on lui fait, Eyeless in Gaza qui ont accepté de venir jouer un concert privé pour mon mariage, Cosey Fanni Tutti, un regard noir qui te transperce, Vini Reilly (Durutti Column) un type d'une sensibilité étonnante, mais un vrai oiseau pour le chat, plus récemment Marka qui est un garçon vraiment gentil dans le sens le plus merveilleux du terme... Et tout le monde me parle de mes photos des Sisters of Mercy et surtout celles sans les lunettes ! À l'époque, c'est venu comme ça, ce n'était même pas une requête particulière. Je n'ai pas de souvenir très précis, mais c'étaient de braves gosses tout à fait normaux. Leur embarquement par la police était tout à fait immérité, si l'on excepte qu'ils étaient tout de noir vêtus. Depuis, je crois qu'ils sont devenus un peu "too big for their boots". Je crois qu'ils doivent avoir du mal à fermer leurs cols de chemise.
Quelques jours après avoir vu U2 en concert et après avoir fait leur interview, je me retrouve à l'aéroport de Bruxelles National : mon employeur (dans le domaine de l'ingénierie nucléaire) m'avait fait revenir d'urgence d'Angleterre pour repartir toutes affaires cessantes aux États-Unis pour une durée indéterminée. J'étais donc assez préoccupé : c'était mon premier vol, j'allais partir pour la première fois aux USA, pour un boulot important... bref, je n'étais pas du tout dans le mood rock'n'roll et j'attendais mes valises, absorbé dans mes pensées. Et j'entends vaguement quelqu'un qui m'interpelle "Eh ! Philippe", je me retourne et je vois un type qui vient vers moi, en m'appelant par mon nom avec un grand sourire, suivi bientôt d'un deuxième. Tout à mes problèmes, je me demandais qui étaient ces énergumènes et ce qu'ils me voulaient. Il a bien fallu une bonne minute pour que mon franc tombe : c'étaient Bono et The Edge !
C'est probablement un lieu commun, mais tous ces artistes sont des gens tout à fait normaux une fois sortis de scène, si on les aborde comme tels et pas comme un fan servile, tout se passe admirablement. J'ai toujours eu avec tout le monde une approche assez directe et prosaïque qui semblait porter ses fruits. En général on passait une bonne après-midi basée sur un deal correct : tourisme contre quelques photos. Hélas tout cela a bien changé. Probablement pas les artistes, mais plutôt leur entourage qui les surprotège.


Doit-on voir cette exposition de photos comme un reflet de ton travail ou est-ce le reflet d'une époque ?

C'est le reflet (incomplet) de ce qu’il se passait de plus excitant. De tout ce qui bougeait et bouillonnait. C'est le reflet de "mon" époque, c'est ce que j'ai vu, ce que j'ai entendu, comment j'ai vécu ces années-là.


Pourquoi avoir choisi le terme "new wave" pour regrouper tous tes travaux ?

Pourquoi pas ? C'était une étiquette que la presse avait collée à tout ce qui se passait après le punk, elle me semblait en valoir une autre. De plus, ce nom de domaine sonnait bien et était libre. Et au Scrabble il cartonne : 5 W !!!!


Si tu devais représenter ton travail avec trois photos, ce seraient lesquelles ?

Joker ! La photo de Joy Division ? Comment la renier même si on l'a trop vue ? Peut-on dissocier ce regard du destin tragique de son propriétaire ? Il y a quelques sessions que j'aime bien qui ont été magiques : Lene Lovich et Les Chappel dans les escaliers du backstage, SPK sur scène avec le bidon défoncé après leur concert, Clare Grogan dans les loges de la RTBF et Nina Hagen dans sa chambre d'hôtel avec son boyfriend (qui n'est pas encore sur le site).


Quelle est la situation où tu te sens le plus à l'aise, devant la scène pendant un concert, ou alors préfères-tu les séances où les artistes "posent"... ?

J'aime bien le concert s'il y a une fosse (pas vraiment obligatoire, mais c'est quand même plus facile), un bon light show, une bonne ambiance et qu'on n'est pas limité aux trois premiers morceaux. Alors je prends un pied d'enfer. Je n'aime pas trop les séances posées, je suis assez mal à l'aise pour diriger des poses. Par contre si je peux passer un après-midi à me promener et à bavarder avec le groupe tout en faisant des photos cela donne en général assez bien, et c'est très agréable sur le plan humain.



Comment expliques-tu que certains photographes ne sortent qu'une seule "bonne" photo à l'issue d'une session ou d'un concert alors que toi tu n'hésites pas à en présenter énormément ?

Je crois que l'approche est différente, je ne suis d'ailleurs pas sûr d'en sortir une seule de bonne ! Beaucoup de photographes sont de vrais artistes et ont donc en tant que tels une vision propre assez forte et ils recherchent dans le stock d'images qu'ils shootent la photo qui traduit le mieux leur vision artistique de l'artiste/groupe qu'ils ont photographié. Moi je suis beaucoup plus neutre, plus comme une éponge et j'essaie de "rapporter" le mieux possible ce que j'ai vu, ce que le public a vu, l'image du groupe tel qu'il s'est présenté. Ce n'est donc pas à moi de faire un choix. Je crois que sur toutes les photos d'un concert, des personnes différentes auront des préférences différentes. Au tout début du site, je faisais un choix, je mettais les photos que je jugeais les meilleures, et assez vite les internautes m'ont demandé de mettre "toutes les photos, même les ratées, même les floues". Et j'ai rapidement adhéré à ce point de vue, en effet toutes ces photos aussi ratées soient elles, sont des bribes de "feeling" de ces concerts, événements, entrevues. Je n'ai pas de problème d'ego à montrer que j'ai raté beaucoup de photos pour en sortir quelques-unes de valables. Je reste assez lucide et humble (la, ma femme s'étrangle !) je ne suis pas Kevin Cummins, Anton Corbijn ou Claude Gassian, mais j'ai néanmoins photographié un tas de groupes au bon moment ce qui confère à ce site et aux photos quelque intérêt. En plus, toutes ces photos sont ma "Madeleine de Proust" et me font revivre des moments formidables, des rencontres fabuleuses.


Y en a-t-il beaucoup qui sont ratées et que tu ne développes pas ?

Pour les anciennes, très peu depuis qu'on m'a demandé de les mettre toutes. Pour les récentes (depuis 2003), comme le numérique permet de faire beaucoup plus de photos, j'ai plus de matière de base et je sélectionne donc un peu plus.


Retouches-tu tes photos, ou les publies-tu telles que tu les as développées ?

Sur le site, les photos anciennes (couleur et noir & blanc) sont des scans bruts en basse définition. Par contre lorsqu'on m'achète des tirages, il y a un nouveau scan en haute définition et tout un travail de restauration de l'image. Mais la retouche se limite toujours à la restauration. Je n'enlève pas un micro qui traîne, je n'enlève pas un vilain bouton dans la figure. C'est du reportage, pas du photomontage.


Tu n'es donc pas tenté par la retouche logiciel ?

Je le fais pour des pochettes ou des affiches. Mais sinon je pense que les internautes viennent voir des photos de concert, ils ne viennent pas admirer mes prouesses en Photoshop. Je n'ai pas de vision personnelle à faire passer et je n'ai donc pas à altérer les prises de vues qui sont déjà de toute manière le reflet de choix que je suis obligé de faire en fonction du cadrage ou de la lumière.


Utilises-tu encore l'argentique ou bien t'es-tu mis uniquement au numérique ?

Sans hésiter et exclusivement au numérique. Et dès qu'on invente la machine à remonter le temps, je retourne shooter tous ces fabuleux concerts en numérique. Le numérique est tellement supérieur ! Les photographes qui prétendent le contraire sont 1) intimidés par l'informatique 2) trop feignants pour assumer le surcroît de travail que le numérique représente et qui était assumé par les labos. J'assume et je signe.


Préfères-tu travailler en noir et blanc ou en couleur ?

Au départ la question ne se posait pas vraiment : les journaux pour lesquels je travaillais publiaient exclusivement du noir & blanc, qui en plus était moins cher et me permettait de le développer / tirer moi-même. La question se pose maintenant pour le numérique : celui-ci donne de tellement belles couleurs en combinaisons avec les lights shows qui ont tellement évolué que je n'essaie même pas de voir ce que donneraient ces photos en noir & blanc. Et pourtant, je trouve que souvent le noir & blanc a un pouvoir évocateur tellement plus fort.


Qu'est-ce qui t'a motivé à mettre toutes tes photos sur ton site, est-ce pour leur donner une sorte de "deuxième vie" ?

C'est pour les partager avec les internautes : à quoi bon les laisser dormir dans des boîtes ? C'est vrai que le site me sert aussi de carte de visite, mais le but premier était de les partager. Je surfais pour des raisons professionnelles depuis longtemps et je ne m'étais pas rendu compte qu'il y avait un tel engouement pour cette époque musicale. Quand j'ai commencé le site, j'ai honnêtement cru qu'il n'intéresserait que quelques vieux combattants comme moi. J'étais à cent lieues d'imaginer que des gamins (pardon, des jeunes gens) de 20 ans seraient si passionnés par Joy Division, The Cure et consorts. L'enthousiasme des internautes me redonne le moral (et un coup de pied au cul) quand parfois je suis découragé par l'ampleur de la tâche. C'est vraiment gratifiant et cela me permet de correspondre avec des gens vraiment sympa, quelques fêlés aussi, mais bon, on ne fait pas d'omelette sans casser d'œufs.


Comment choisis-tu les photos que tu publies sur ton site, est-ce uniquement en fonction des demandes des internautes ?

Non, j'essaie de ne pas tenir compte de leurs demandes. Parfois je fais des recherches quand on veut m'acheter des photos de tel ou tel groupe pour un livre ou un autre projet. Sinon c'est au hasard. Par exemple, il y a un mois j'étais dans l'année 1976 que j'ai abandonnée pour passer à... 1984 et 1985. Il ne faut pas chercher de logique, il faut prendre ça comme ça vient. Je me doute que le fan du groupe "x" est impatient de le voir, mais c'est vrai pour tous les autres, alors je ne m'en fais pas et je me laisse porter par mon inspiration. Sorry, no requests !


Combien t'en reste-t-il encore à scanner ?

En gros, je dirais que je suis plus ou moins à la moitié. Mais c'est très difficile à dire. Quand j'ai classé les négatifs et les diapos à l'époque, j'étais loin de penser que j'entreprendrais une telle aventure 15-20 ans plus tard. Mon classement est donc incomplet, imparfait et j'essaie de recouper plusieurs sources d'information comme mes agendas, mes notes, les listes de concerts de ma femme, nos tickets, les archives de Télé-Moustique... Je redécouvre des photos que j'avais totalement oubliées. Certaines diapos ont été irrémédiablement endommagées par de l'humidité dans mon grenier. Je découvre donc en progressant, tout comme les visiteurs du site. Ce n'est pas de la mauvaise volonté, ni de la coquetterie, je ne sais vraiment pas combien il y en a encore. Je préfère passer du temps à faire avancer le site qu'à dresser un état des lieux.


Sur ton site, il y a un grand "trou" avant 2003, pourquoi ?

J'ai arrêté après une dizaine d'années quand j'ai réalisé que même des petits groupes encore méconnus se pointaient pour un premier concert en Belgique et interdisaient les photos. Cela a coïncidé avec d'autres éléments comme une certaine lassitude (il n'y a pas 200 façons de photographier un guitariste), la naissance de mes enfants, le changement de la presse musicale en Belgique, le changement de la musique aussi.... De même, un faisceau de raisons convergentes m'a donné envie de recommencer : l'avènement de la photo digitale, le succès inattendu (pour moi) de mon site et les réactions positives des visiteurs, l'émergence d'une scène musicale intéressante et indépendante.


Envisages-tu d'en réunir une sélection et de les publier dans un" beau livre" ou sur un CD ou un DVD ?

Oui, c'est un projet plus que vague. J'ai reçu des propositions récentes que j'étudie.


Musicalement, qu'écoutes-tu aujourd'hui ?

Je suis pour le moment dans un trip surf, original et revival : Dick Dale, Fathoms, Nebulas, à part cela j'aime beaucoup Shania Twain, j'adore Marka sur scène ainsi que Vincent Venet qu'il faut à tout prix éviter de classer comme chanteur à minettes à cause de sa belle gueule : sur scène il met réellement le feu. Dingue ! Et je réécoute inlassablement mes groupes préférés X-Mal Deutschland, Skeletal Family, Siouxsie & the Banshees, Yello, Transvision Vamp, Stranglers, Front 242, Cocteau Twins, Pet Shop Boys... Et pour des choses plus récentes, les Corrs, Mylene Farmer, Cranberries, Offspring. 

samedi 3 mai 2014

MICHAEL JACKSON inédits et albums

bonus

MICHAEL JACKSON vs JOHNNY MATHIS Love Never Felt So Good


Johnny Mathis - Love Never Felt So Good - 1984 Song written by Michael with Paul Anka and Kathy Wakefield. It was recorded by Johnny Manthis for his 1984 album, A Special Part Of Me.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...