Toutes les vidéos et images incluses sur ce blogs sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs. Elles peuvent être retirées du blog à tout moment par simple demande d'un ayant-droit. Tous les articles dont la source est mentionnée peuvent aussi être retirés par simple demande de l’auteur.

mercredi 24 décembre 2014

COLETTE MAGNY, la chanteuse de blues made in France



Colette Magny, née le 31 octobre 1926 à Paris et décédée le 12 juin 1997 était une chanteuse et auteur-compositeur-interprète française.
.
 Par son allure, son style, ses textes rebelles et ses engagements, Colette Magny est un personnage singulier de la chanson contemporaine. Souvent délaissée par les médias, elle a trouvé la notoriété, dans les années 1960, avec un répertoire souvent inspiré par le blues et surtout grâce à sa chanson à succès, Melocoton (1963). Appuyant sa voix grave sur des textes d'extrême gauche, elle s'est préoccupée des problèmes de ce monde : album Vietnam 67 d'une période contestataire, Kevork, en 1991, où elle dénonce les injustices, les inhumanités et le péril écologique.
.

Colette Magny est aussi familière avec la langue américaine que Maurice Fanon. Et pour cause : elle est une des rares chanteurses françaises qui a un répertoire bilingue. Tous ses disques comportent autant de titres américains que de français. — Vous êtes, Colette, peut-être la seule Européenne qui soit capable de chanter les blues comme les grandes dames de jazz américain. — Quand j'étais fonctionnaire (il n'y a encore que deux ans), je m'ennuyais. Et pour me délasser, j'écoutais du jazz. Ce que je préférais, c'était le jazz première époque : les blues du répertoire Bessie Smith, les chants de travail, les négro spirituals. Puis je les ai chantés moi-même. Tout le monde me disait : « C'est bon, mais pas intéressant, trop « dépassé ». Mois, j'y croyais. Alors pour prouver que j'avais raison, j'ai donné ma démission et je me suis lancé dans la chanson. J'en ai composé dix titres en français. Bessie Smith et mes compositions : voilà le seul bagage que j'ai eu à mes débuts. Et tous les tours de chant que je fais sont bilingues. » Je dois dire que le public accueille avec autant de faveur mes propres chansons : « Melocoton », « La Rose de Rilke », « Dents de lait, dents de loup », que des blues tels que « Nobodv knows you well...» Ou alors il ne m'aime pas et sifflera tout sans exceptlon ! » 




 Au mois de septembre je sortirai un 30 cm : quatre titres américains et sept poèmes que j'ai mis en musique. Des poèmes de Victor Hugo, d'Aragon, de Machado, de Rilke, de Rimbaud.» Jean-Michel Rivat, lui, possède la même foi en lui-même et en son métier que Colette et Fanon. Il aime la vie avec passion et toutes ses chansons sont de petites tranches d'existence qu'il a observées chez les autres et en lui. Mais bien avant de chanter, il composait pour les autres. Des autres qui ont pour nom : Brigitte Bardot, Jean-Claude Pascal, Johnny Hallyday. 




 — Quand je présentais mes chansons aux interprètes et aux directeurs artistiques, il fallait bien que je les leur chante pour qu'ils se rendent compte de ce que c'était. Alors, tout naturellement, on a fini par me demander pourquoi je ne les interpréterai pas moi-même. J'ai donc fait un premier disque : « Plus il est différent », « Hep, hep, ouvre-moi », « Oublie-moi ». Et maintenant, j'en prépare un second, qui sortira en septembre : « Moi je crois », « Tu vas tomber dans mes bras », « Bravo, yep, bravo ». » Mon but dans la vie ? Comme Colette et Maurice, servir mon métier comme un bon soldat, faire le moins de concessions possibles... si je ne réussis pas, alors je crois je me ferai clochard ! http://colette-magny.over-blog.com/article-fanon-rivat-et-colette-magny-trois-irred-113668239.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...