Toutes les vidéos et images incluses sur ce blogs sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs. Elles peuvent être retirées du blog à tout moment par simple demande d'un ayant-droit. Tous les articles dont la source est mentionnée peuvent aussi être retirés par simple demande de l’auteur.

jeudi 31 octobre 2013

RICHIE SAMBORA, encore un nouveau titre



In honor of the victims’, families, and heroes of 9/11, Richie got together with songwriter and friend Bernie Taupin to write and record Engine 19, a song dedicated to the first responders that keep us safe around the country. On this important day of reflection and remembrance, Richie is honored to release this tribute to their hard work and dedication.

source
http://richiesambora.com/

samedi 26 octobre 2013

Quand le rock pille les standards de la grande variété américaine

tous les week end, on s'écoute la scandaleuse histoire du rock ! hommage à Gilles Verlant.


Certains vétérans du rock se prennent depuis quelques années pour des crooners en pillant sans vergogne les standards de la grande variété américaine.

jeudi 24 octobre 2013

TELEPHONE : Dure Limite (English version)



"Dure Limite" est le quatrième album du groupe "Téléphone", sorti en juin 1982. Premier album signé chez Virgin, vendu à plus de 700 000 exemplaires et salué par la critique.
 
Ici, à l'écoute la version intégrale anglaise, le "mini-LP in english - Dure Limit" Dans le deal avec Virgin, une adaptation de l'album en anglais pour le marché anglophone était prévue et c'est à Lou Reed que Bob Ezin demande de faire la traduction des textes.
 
Jean-Louis Aubert finira par adapter en parti lui-même ses textes. De là est né un mini-LP chanté avec un accent frenchy avec alternance de paroles en anglais et en français. Il sortira en Angleterre et en Allemagne mais ne verra jamais le jour aux USA. Trois titres sont exclus de mini-LP : "Cendrillon", "Ex-Robin des bois" et "Juste un autre genre".

LES DUOS INEDITS DE FREDDIE MERCURY ET MICHAEL JACKSON



"L'un est le Roi de la pop, artiste le plus populaire de tous les temps. L'autre est l'inoubliable leader de Queen. En 1983, Freddie Mercury profite d'un voyage aux États-Unis pour rencontrer son homologue américain, Michael Jackson. Les deux figures mythiques de la pop allient leur talent et enregistrent quelques titres en duo. Ces morceaux n'ont jamais vu le jour au grand dam des fans.

La mort de Freddie Mercury (1991) et celle de Jackson (2009) semblaient avoir enterré tout projet de diffusion. C'était sans compter la volonté de Brian May et Roger Taylor, anciens membres de Queen, qui ont souhaité faire revivre la voix de ces deux légendes. 

«Il y aura quelque chose à écouter» dans les deux prochains mois, ont laissé entendre May et Taylor lors d'une interview au quotidien anglais The Times. Le guitariste et le batteur de l'ancien groupe britannique se chargeront de dépoussiérer ces duos dans les prochains jours.



  Un défi «excitant, émotionnellement difficile. Mais cool», selon Brian May. Ce dernier n'a pas indiqué le nombre de titres qui figureront sur l'album.


 Trois morceaux sont toutefois très attendus par les fans: Victory, State of Shock, There Must Be More to Life Than This, enregistrés lors d'une session de six heures dans les studios de Michael Jackson, en Californie."

LE TOP 5 DES CHANTEURS MORTS


Mort en 2009, Michael JACKSON continue de faire fructifier l'argent. La star américaine a regagné le titre de la «célébrité décédée qui rapporte le plus», d'après un classement établi par Forbes.


Michael Jackson, célébrité qui rapporte le plus en 2013». C'est cette étonnante information qu'a partagé le magazine américain Forbes , qui établit de multiples classements pour évaluer les personnes les plus riches dans le monde entier et dans tous les domaines. 

Détrôné l'année dernière par l'actrice Elisabeth Taylor, le musicien a repris cette année la tête de cette liste au caractère un rien morbide. 

Il est suivi par Elvis Presley, tandis qu'Elisabeth Taylor occupe cette fois la quatrième place. 

La troisième place est quant à elle attribuée à Charles Schulz, le créateur des Peanuts.

Le King of the Pop est ainsi loin devant Elvis Presley, qui a permis à ses héritiers de remporter 55 millions de dollars. Charles Schulz, quant à lui, a rapporté 37 millions de dollars. Alors qu'elle était à la première place l'année dernière avec 210 millions de dollars remportés notamment grâce à des ventes aux enchères lucratives, Elisabeth Taylor est cette fois tombée à la quatrième place avec 25 millions de dollars. Bob Marley figure également dans le classement. La star du reggae est en cinquième position avec 18 millions de dollars. Le chanteur, mort d'un cancer à l'âge de 36 ans en 1981, a vendu plus de 75 millions d'albums ces 20 dernières années, selon Forbes

l'intégralité de l'article est ici :


lundi 21 octobre 2013

CHAGRIN D'AMOUR version américaine

Quand un tube made in France veut absolument conquérir le marché américain, on en fait une adaptation !



voici la version originale, culte et intemporelle.

 la version originale

CALIFORNIA DREAMIN, la version française


la version originale

 

 California Dreamin' est une chanson du groupe The Mamas & the Papas, commercialisée en single en décembre 1965 ; une version enregistrée précédemment avec Barry McGuire cette même année figure sur son album This Precious Time paru en janvier 1966. 

On la retrouve également dans les films : La Colline a des yeux, Comme des rois, Forrest Gump, Fish Tank ou encore dans le film homonyme California Dreamin'.

vendredi 18 octobre 2013

Je t'appartiens" de Gilbert Bécaud à la sauce américaine



"Je t'appartiens" une chanson de Gilbert Bécaud, scandaleusement reprise par des rockers de tout poil mais lesquels ?

Elles ne sont pas nombreuses les chansons françaises devenues des standards de la variété internationale. On connaît les différentes reprises de Comme d'Habitude de Claude François, La vie en rose d'Edith Piaf, La mer de Charles Trenet, Je l'aime à mourir de Francis Cabrel ou encore de Ne me quitte pas de Jacques Brel mais qui se souvient des nombreuses versions de Je t'appartiens de Gilbert Bécaud ?

jeudi 17 octobre 2013

JON BONJOVI au mariage d'une de ses fans



A force de harcèlement, elle a fini par réaliser son rêve. Branka Delic, une fan australienne du chanteur Jon Bon Jovi, n'avait qu'une seule idée en tête : inviter à son mariage à Las Vegas son idole pour qu'il l'accompagne jusqu'à l'autel de la chapelle. Et après de longs efforts pour convaincre la star, son rêve est finalement devenu réalité ce samedi 12 octobre. La vedette, qui était en concert dans un stade de la ville le même jour, a en profité pour faire un saut à son mariage et s'afficher aux côtés des deux époux. Le plus beau jour de sa vie. 

 Mais pour parvenir à ses fins, Branka Delic a dû déployer les grands moyens. D'abord en passant son message dans un petit journal local australien, "Le Hornsby Advocate", puis en créant un site internet spécialement dédié et une page Facebook, qui réunit plus de 2.400 fans.

UN INEDIT DE GAINSBOURG REFAIT SURFACE



Le titre posthume L'homme de l'ombre, ainsi que des objets personnels du célèbre artiste seront mis en vente à Nantes, le 31 octobre prochain

 Les fans du défunt Serge Gainsbourg seront bientôt aux anges. Un enregistrement inédit de la dernière chanson du chanteur-compositeur, Unknown producer*, ainsi que des agendas, des notes et d'autres objets personnels seront mis aux enchères à Nantes le 31 octobre.


Sur la minicassette, estimée entre 10.000 et 12.000 euros, Gainsbourg joue la musique au piano tandis que Jane Birkin chante, précise Nantes Enchères Talma. Également appelé L'Homme de l'ombre, le titre rendait hommage au directeur artistique du musicien, Philippe Lerichomme, qui fut à l'origine du polémique Aux armes et cætera (La Marseillaise, 1979) et d'autres mélodies reggae de l'époque Gainsbarre. Ce dernier encadre actuellement la tournée Arabesque de Jane Birkin. La chanson a été jouée une seule fois, à la télévision, le 12 octobre 1990, lors de l'une des dernières apparitions du chanteur, quelques mois avant son décès le 2 mars 1991. Le bracelet que portait Serge Gainsbourg ce jour-là sera également mis en vente, ainsi que quatre agendas semestriels de 1980 et 1985. D'autres enregistrements de conversations ou de musiques seront également proposés lors de ces enchères, ainsi qu'un projet de film inédit et un télégramme adressé à son grand amour à la fin des années 1960.

 http://www.lefigaro.fr/culture/encheres/2013/10/17/03016-20131017ARTFIG00348-serge-gainsbourg-sa-derniere-chanson-aux-encheres.php


Juste une précision au sujet de l'enregistrement inédit, est ce qu'il s'agit de la maquette de travail du titre, en tous les cas, la chanson est bien connue des fans de Gainsbourg puisque l'enregistrement audio de l'émission télé figurait sur un des premiers cd "pirates" de Gainsbourg au début des années 90, on pouvait aussi retrouver sa version des playboys, de Mr William et j'en oublie... 

mardi 15 octobre 2013

GOLDFINGERS, le premier disque du groupe GOLD



Petite incursion dans les années 70 pour cette rareté : le premier disque du chanteur Emile ( d'Emile et Images , de Gold ) avec son groupe d'alors ,les"GOLDFINGERS". Au départ , une grande formation de bals populaires , puis plus tard , les GOLD et l'histoire que l'on sait. Deuxième 45 tours en 1975


Love is here par f1030800677

MANOU (le chanteur d'ELMER FOOD BEAT) en concert à POITIERS - Janvier 2002

Le nouvel album d'ELMER FOOT BEAT sortira à la fin du mois d'octobre, et c'est l'occasion de se replonger dans l'unique tournée solo de Manou (le chanteur) pour son album photomaton sortie en septembre 2001.


Souvenir d'un mini concert de Manu dans un bar de POITIERS (le pince oreille), en janvier 2002... voici quelques photos de mes archives.


Manou a interprété que les titres de son nouvel album solo.

Accompagné d'un gutariste, d'un clavier et d'un batteur, 1 heure de show bien rock n roll.





samedi 12 octobre 2013

Solomon Burke The legendary King of Rock

Tous les  week end, le mur du son rend hommage à Gilles Verlant,  ré-écoutez un épisode de la scandaleuse histoire du Rock ,  grâce au  podcast de France Info.



The legendary King of Rock

 Soul Solomon Burke est né en 1940, auteur-interprète de "Everybody needs somebody to love". Cette chanson de "The king of Rock n'Soul", comme on le surnomme, a été reprise par les Rolling Stones ou encore The Blues Brothers. Solomon Burke, un homme de poids né en 1940 à Philadelphie. A sept ans, il est déjà prêcheur puis devient archevêque de son église, il flirte avec les succès musicaux jusqu'à la première moitié des années 60. Sa peur de manquer d'argent fait qu'il diversifie très tôt ses activités "lucratives". Sur la pente descendante des Hit-parades, il vit aussi de ses nombreux droits d'auteur. A sa mort en 2010, il se rendait à un concert. Il laisse quand même 21 enfants, 90 petits-enfants, 19 arrière-petits-enfants.

vendredi 11 octobre 2013

THEO SARAPO le dernier mari d'Edith PIAF



Théo Sarapo est un chanteur et acteur d'origine grecque, il  fut le second et dernier mari d'Edith PIAF. Il avait 26 ans quand il a épousé Piaf qui en avait 46, un an avant la mort de cette dernière.

Theophánis Lamboukas était le fils d'un couple d'origine grecque orthodoxe. Son père, coiffeur, s'était établi près de Paris, à La Frette-sur-Seine (Seine-et-Oise, aujourd'hui dans le Val-d'Oise). Le jeune Theophánis commença à chanter de bonne heure et participa à dix-huit ans à un concours de chant. Il fréquenta une école de commerce et travaillait dans le salon de coiffure de son père. 



En 1956, son service militaire l'amena à partir pendant trente-trois mois en Algérie. Revenu à Paris, il passait ses soirées à Saint-Germain-des-Prés, où un ami le fit connaître à Édith Piaf, qui le prit rapidement comme secrétaire. La grande chanteuse, divorcée depuis 1956 de son premier mari, fut séduite par la voix remarquable du jeune homme ; elle l'encouragea à suivre des cours de chant professionnels et lui donna comme nom de scène Théo Sarapo. Sarapo est la prononciation francisée de σ’αγαπώ (s'agapó, « Je t'aime » en grec.) Le 9 octobre 1962, Théo Sarapo, âgé de 26 ans, épousa Édith Piaf à Paris à la mairie du 16e arrondissement ; elle était gravement malade et avait vingt ans de plus que lui. Le mariage religieux eut lieu à l'église orthodoxe grecque. Après le mariage, il chanta en duo avec Édith Piaf. 



Le couple obtint un succès mondial, en particulier grâce à la chanson écrite par Michel Emer À quoi ça sert l'amour. D'autres projets de tournées en commun ne purent se réaliser qu'en partie en raison de l'état de santé d'Édith Piaf. Sarapo loua une villa au Cap Ferrat puis à Grasse, dans le quartier de Plascassier, et se consacra à soigner sa femme jusqu'à la mort de cette dernière, survenue le 10 octobre 1963. 

Il ne se remaria pas et ce n'est qu'après une longue période de deuil qu'il recommença à jouer et à chanter pour, entre autres, payer les dettes d'Edith Piaf. 

 Le 28 août 1970 sur la RD 941 à la sortie de Panazol, en direction de Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne), sa voiture, une Citroën ID 19 bleue, après un écart de trajectoire, quitte la route et percute un platane à vive allure à la hauteur approximative du Château de la Rue. Désincarcéré et transporté d'urgence à l'hôpital de Limoges, il meurt, à l'âge de 34 ans, des suites de ses blessures. 

Il repose à Paris au cimetière du Père-Lachaise aux côtés d'Édith Piaf. Il est évoqué dans le 327e des 480 souvenirs cités par Georges Perec dans Je me souviens. Sa sœur se lance dans la chanson (style yéyé) sous le nom de Christie Laume après le mariage de Théo et Édith. Elle fera la première partie d'Édith Piaf.

Un livre vient de sortir racontant l'histoire de Theo  Sarapo et Edith Piaf, il est écrit par la soeur de Théo SARAPO, Christie LAUME





CHRISTIE LAUME 
la soeur de Théo Sarapo


extrait de son site internet

"Apres le mariage de mon frère avec Edith Piaf, J’ai eu la surprise et la joie d’être invitée de vivre avec eux. Sans le réaliser sur le moment, ce changement a complètement change ma vie. Très vite a cause d’eux, je vivais la vie d’une célébrité sans en être une.

Edith voulut entendre ma voix et me demanda si je voulais chanter. Edith me proposa de chanter en ouverture de ses galas, puis la présenter au public. 




Elle choisit mon nom d’artiste Christie Laume. J’ai commence a vivre la vie d’une chanteuse professionnelle, avec les répétitions, les tournées et les enregistrements.

Apres la mort d’Edith Piaf, j’ai continue de chanter et d’enregistrer avec l’encouragement et les conseils de mon frère, Théo Sarapo".

http://www.christielaume.com/fr_musique.html  



jeudi 10 octobre 2013

Les tout débuts de Gilles Verlant à la télévision


TEMPO - 1972/1977

 C'est l'émission «Tempo» un bimensuel qui a occupé les antennes entre 1972 et 1977, réalisé par Verlant père. Une émission ouverte à des thèmes et des tonalités extrêmement variées. Cette rétrospective propose un curieux mélange dans lequel Gilles affûte ses premières armes dans une émission dont les rubriques sont concoctées par Isaïe Disenhaus, Michel Gheude, Claude Delacroix ou encore le très regretté Marc Moulin. Une émission qui part à la rencontre des chanteurs et se paie le luxe de réunir dans la même demi heure le «commercial» Claude François et «l'engagé» Dick Annegarn, auteur et interprète de la fameuse chanson «Bruxelles». 

Cargo spécial " New York aux trousses " 1986
En 86, une équipe commando de "Cargo de Nuit" débarque pour huit jours à New York. De jour et de nuit, ils vont humer les ambiances, pister les personnalités, vivre au rythme trépidant de la ville qui ne dort jamais. C'était au temps où les deux tours dominaient encore la ville.
Un document visionnaire et toujours d'actualité, même si certains interviewés ont depuis disparu (W. Burroughs, Keith Haring...). Mais tous, plus ou moins "allumés", disent leur fascination pour la Grosse Pomme, la véritable capitale du monde !!!

Un film réalisé par Gilles Verlant en 1986.

http://www.rtbf.be/tv/thematique/documentaire/detail_hommage-a-gilles-verlant?id=8094677

http://www.sonuma.be/dossier/carte-blanche-%C3%A0-gilles-verlant

vendredi 4 octobre 2013

LES OBSEQUES DE GILLES VERLANT


Décédé le 20 septembre dernier, Gilles Verlant était un critique rock respecté et aimé de nombreuses stars.


ses amis se sont déplacés aujourd'hui vendredi 4 octobre au cimetière du père Lachaise pour lui dire un dernier au revoir.



Jérôme Bonaldi au premier plan et Stéphane Deschamps, son ami et complice de la radio en arrière plan. / Philippe Gildas.

Au cimetière du Père Lachaise, la bande de Nulle Part ailleurs était au rendez vous.
Chantal Lauby et Bruno Gaccio étaient présents.
 Naguiet, Chantal Lauby, Michel Drucker, qui avait travaillé avec lui en 2012.
Le milieu de la musique a rendu hommage au célèbre biographe de Gainsbourg.
Dick Rivers, Thomas Dutronc, Plastic Bertrand, Richard Gotainer et Alain Chamfort sont également venus faire leurs adieux.



source de l'info  et photos
http://photo.voici.fr/obseques-de-gilles-verlant-antoine-de-caunes-nagui-michel-drucker-presents-3334/jerome-bonaldi-51543#title

SERGE GAINSBOURG et GILLES VERLANT


GILLES VERLANT Starway to heaven





Hommage à Gilles VERLANT (LE SOIR)


article extrait du journal LE SOIR édition du 21 septembre 2013

mercredi 2 octobre 2013

LES ADIEUX A GILLES VERLANT



"La cérémonie d'adieu se déroulera le vendredi 4 octobre à 10h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris."


La famille ne souhaite ni fleurs ni couronne, seulement une rose si on le souhaite.

Et si vous avez tout simplement envie de témoigner votre sympathie aux proches de Gilles, il suffit d'envoyer un message à l'adresse suivante: sesouvenirde@gillesverlant.com.
  

mardi 1 octobre 2013

STEPHANE DESCHAMPS parle de son ami GILLES VERLANT

 

Stéphane Deschamps : "Gilles était scandaleusement humain"


Gilles Verlant est mort. Un accident à la con. Non, ça n'était pas une blague. Malheureusement... Putain d'escalier... J'ai appris la nouvelle via un post sur un célèbre réseau social. "Je suis très très triste j'aimais tant Gilles Verlant ♥ RIP Gilles". Un petit mot signé Chantal Lauby, le 20 septembre, à 13h48. Quelques heures... "après". Internet est capable du pire comme du meilleur, chacun le sait. Dans ces cas-là, ces cas dont on se passerait bien, c'est souvent le meilleur qui ressort. Les messages exprimant la tristesse, parfois même la détresse de celles et ceux qui appréciaient, qui aimaient le défunt. Il y en a eu, de ces messages, ce jour-là, et ceux qui ont suivi... Des messages de personnalités de la musique, de la radio, de la télé. Des messages d'anonymes, surtout. Sur Facebook, sur Twitter, sur les forums... Certains ont été repris dans les articles d'actu. J'en ai lu pas mal, de ces messages. Tous venaient du coeur, tous étaient touchants. Ceux de CharlElie Couture, de Éric Laforge, d'Antoine de Caunes, pour n'en citer que trois. J'ai contacté tel ou tel commentateur pour lui dire que j'avais été touché par son hommage. Quelques uns m'ont remercié en retour, explicitant leurs sentiments du moment. Jean Passanger m'a dit qu'il ne réalisait "pas encore", qu'il le connaissait "depuis des années" et qu'ils avaient toujours "échangé et partagé la musique". Dominique Douay qu'il trouvait "réconfortant de se dire qu'il peut exister des personnages comme Gilles dans les médias". Renaud Bernal gardera l'image d'un "grand pro accessible", avec "les bons mots pour vous encourager"Frédéric DuBus estime que c'est "une partie de [son] adolescence qui est tombée dans les escaliers". Jean-Pierre Morales lui avait demandé s'il était envisageable qu'il vienne à Bruxelles pour donner une conférence sur Gainsbourg : Gilles Verlant le lui avait promis, à condition que son interlocuteur s'occupe de trouver une salle... Amaury De Laporte, quant à lui, émet ce joli souhait : "Comme l'on dit, la mort n'est que la suite de la vie. Espérons que cette suite soit belle pour lui...". Espérons...
Stephane à Gauche avec Gilles au centre
Au départ, j'ai voulu lui rendre "hommage". Et puis je me suis dit que le terme n'était pas forcément approprié. Un peu trop guindé, pas assez rock pour une personnalité aussi solaire que Gilles Verlant. Voici donc un "clin d'oeil", au pluriel. Stéphane Deschamps est le directeur de l'atelier de création qui réalisait ses productions, dont "La scandaleuse histoire du rock". Ils avaient travaillé ensemble à l'écriture de la bio définitive de Gainsbourg et étaient des amis de longue date. Serge Poezevara, directeur de l'antenne nationale de France Bleu, celle des dernières amours de Gilles, chérissait son amitié, qui était "un bonheur". Ensemble, ils ont animé l'émission spéciale que France Bleu lui a consacré, le soir de sa mort. Ils ont tous deux accepté de répondre à mes questions. Je les en remercie. Merci, Gilles... Pour nos quelques échanges. Pour votre humanité. Ma culture musicale reste à parfaire, pour ne pas dire à faire : j'aurai plaisir à vous écouter, à vous lire, encore et encore. Comme d'autres, beaucoup d'autres personnes, aujourd'hui, demain, et même après-demain. Votre oeuvre, votre esprit ne s'éteindront pas de sitôt... ;-) Une exclusivité Paroles d'Actu. Par Nicolas Roche, alias Phil Defer.  CLINS D'YEUX

Paroles d'Actu : Bonjour Stéphane Deschamps. Les messages de sympathie, les témoignages ne cessent d'affluer depuis que la nouvelle, la triste nouvelle, est tombée : Gilles Verlant est mort... Pas mal de personnalités évoluant dans les mondes de la musique, des médias. Énormément d'anonymes, surtout... Que retiendrez-vous de tous ces messages, de l'émission spéciale que vous avez co-dirigée le soir de sa disparition ?
Stéphane Deschamps : Gilles accordait beaucoup d'importance aux relations humaines, aux autres. Il prenait du temps avec les gens. Il était disponible et généreux. Qu'il recoive une telle tempête d'amitiés ne me surprend absolument pas. Les témoignages de Thomas Dutronc, Charlélie Couture, Philippe Manoeuvre, Dave à l'occasion de cette émission furent particulièrement touchants.



PdA : Vous souvenez-vous de votre première rencontre avec Gilles Verlant ?

S.D. : C'était il y a 20 ans, dans son bureau à Canal+.  À cette époque, j'écrivais une série d'émissions pour la radio sur Gainsbourg. Mon livre de chevet était la première biographie de Gilles consacrée à Serge.  Je devais donc rencontrer le biographe officiel pour qu'il me raconte l'histoire de l'homme à tête de chou ! Quelques mois après cette belle rencontre, Gilles me rappelait pour me proposer d'écrire à ses côtés la biographie définitive. J'étais comme un gosse qui vivait un rêve éveillé. Nous avons travaillé près de cinq années sur cet ouvrage.
PdA : Comment vous y étiez-vous pris pour ce travail devenu ouvrage de référence ?
S.D. : Comme je l'ai dit à l'instant, nous avons travaillé près de cinq ans sur cette biographie. Gilles s'est entretenu avec Serge à de nombreuses reprises. Nous avons accumulé énormément de témoignages, retrouvé des documents inédits, exceptionnels, comme par exemple le journal intime de Serge lorsqu'il avait 16 ans et qu'il était caché au sein d'un lycée dans le Limousin pour échapper aux rafles des nazis. Nous nous sommes donc retrouvés avec un "matériel" énorme et c'est Gilles qui a tout mis en musique et rédigé cet ouvrage.



PdA : Abordons maintenant un autre chapitre de votre collaboration féconde, je pense évidemment à la radio. Les auditeurs retrouvaient avec bonheur les chroniques passionnées qu'il livrait sur les antennes du réseau France Bleu : "La scandaleuse histoire du rock", bien sûr, aventure dont vous étiez, et, depuis la rentrée, "Pop Machine". Deux émissions très appréciées par les amateurs de musiques, celles d'hier et d'aujourd'hui... 

S.D. : La culture musicale de Gilles est pharaonique. Il avait cette facilité et ce don de la partager très simplement, sans se prendre au sérieux. Une approche d'auteur de bande dessinée. Gilles était d'ailleurs un personnage de bande dessinée. Ces émissions sonnaient comme une récréation pour nous comme pour nos auditeurs. On racontait l'histoire du rock et de nos héros de la manière la plus ludique et souriante. Et sous la plume de Gilles, c'était juste du caviar.
PdA : Sa culture, son enthousiasme sont salués par tous... Il donnait aussi une impression de bienveillance en toute circonstance, l'impression d'une authentique bonté. Il était comme cela, lors de vos collaborations ? Dans la vie ?
S.D. : Affirmatif. Gilles est issu de cette génération de critiques rock qui prenait le temps de rencontrer les artistes pour mieux comprendre leur vie, leur univers... Dans les années 70 et 80, c'était plus facile car la communication était moins immédiate, moins speed qu'aujourd'hui. Et Gilles n'a pas changé sa démarche vis-à-vis des autres. Toujours disponible. Je ne l'ai jamais vu refuser une interview.


PdA :
 Avez-vous à l'esprit quelques anecdotes, quelques "moments" le concernant et dont vous souhaiteriez nous faire part ?


S.D. : Je me souviens de son émotion suite à la publication de sa biographie définitive sur Gainsbourg à New York et Los Angeles. C'était l'année dernière, en juillet 2012. Biographie traduite en anglais par le traducteur des oeuvres de Boris Vian (Paul Knobloch, ndlr). Gilles était fier de son bébé franco-américain !
PdA : Le parcours de ce touche-à-tout aura véritablement été exceptionnel. Quelles sont les séquences qui vous viennent en tête, lorsque vous considérez ce joli petit bout de chemin, malheureusement bien trop vite interrompu ? 
S.D. : Gilles aura contribué à populariser la cuture rock au sens large du terme et à la rendre accessible aux oreilles du grand public. Il a été un guide, un modèle pour bon nombre d'auteurs qui ont écrit sur la musique.
PdA : Quelle image garderez-vous de Gilles Verlant ?
S.D. : Un garnement érudit, drôle, punk, et scandaleusement humain... 
PdA : Souhaiteriez-vous ajouter quelque chose ?
S.D. : Un de ses aphorismes gainsbouriens préférés : "Etre ou ne pas être... Question, réponse" (le message du répondeur téléphonique de Serge Gainsbourg)
PdA : Merci infiniment...


http://parolesdactu.canalblog.com/archives/2013/09/27/28088183.html

JANE BIRKIN A LA FNAC DE POITIERS : 30 minutes chronos

Samedi dernier, Jane Birkin était invitée à la FNAC de POITIERS pour une rencontre avec son public. malheureusement, cette rencontre a été écourtée, non pas qu'il y avait peu de monde, bien au contraire, mais à cause d'un emploi du temps bien chargé pour la muse de Gainsbourg. A priori, ceux qui ont fait le déplacement aux cordeliers pour  obtenir un autographe samedi apres midi ont été bien déçus.  Voici le témoignage ci dessous qu'on pouvait lire dans la Nouvelle République.

Dominique et son mari, Christian, ont fait la route depuis les Deux-Sèvres pour rencontrer leur idole, hier après-midi, à la Fnac de Poitiers. « On est arrivés de Niort ce matin, explique Dominique. Et on est à la Fnac depuis 14 h 15 pour attendre Jane. »
Jane Birkin était en effet de passage à Poitiers pour une série de deux concerts au Tap, dont le dernier avait lieu hier soir, juste après une rencontre avec des cinéphiles et la réalisatrice Agnès Varda. Un agenda bien chargé, donc, qui a obligé la chanteuse à expédier cette séance de dédicace en une petite demi-heure. Plutôt frustrant pour les quelques dizaines de fans rassemblées dans le forum de l'enseigne culturelle des Cordeliers.
 
 
 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...