Toutes les vidéos et images incluses sur ce blogs sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs. Elles peuvent être retirées du blog à tout moment par simple demande d'un ayant-droit. Tous les articles dont la source est mentionnée peuvent aussi être retirés par simple demande de l’auteur.

jeudi 30 mai 2013

ILS L'ONT DIT



Les Beatles


La toute première chanson contenant un message subliminal inversé fut écrite par JOHN LENNON qui se laissait influencer par divers gourous orientaux et d'autres provenances.

L'un d'eux et de loin son favori était ALEISTER CROWLEY.

Crowley est considéré comme le parrain du satanisme moderne et du rock 'n roll.

Il a avoué au journaliste John Coleman en 1962 :

« Je sais que les Beatles connaîtront le succès comme aucun groupe

ne l’a encore connu. Je le sais très bien, car pour ce succès, j’ai vendu mon

âme au diable. »

(Coleman, Lennon, pg.256)


Sting
Membre du groupe archi populaire THE POLICE, il n’a jamais caché avoir une fascination pour Aleister Crowley. Aussi certaines de ses chansons sont directement inspirées des enseignements du mage noir. La magie, le monde spirituel et les notions d’occultisme sont la base de certaines de ses chansons.

Au sujet de la chanson « Every Breath You Take » il a dit :

« Je pense que cette chanson est obscure, mauvaise et insidieuse. Le fait qu’elle soit arrivée au sommet des ventes prouve à quel point les gens ne savent pas ce qu’ils entendent ! (…) Cette chanson est du poison ! »

(Interview, Sting, janvier 1984)

David BOWIE

DAVID BOWIE dans Rolling Stone magazine, a choqué le monde de la musique en affirmant :


« Le Rock a toujours été la musique du Diable…

Je crois que le rock’n roll est dangereux… je sens que nous ne faisons que

proclamer QUELQUE CHOSE DE PLUS TÉNÉBREUX QUE NOUS MÊME ».

(Rolling Stone, 12 févr. 1976)

Dans sa chanson « Quicksand », dans l'album Hunky Dory, il interprète la confession suivante :


« Je suis plus proche de la GOLDEN DAWN, immergé dans l'uniforme

de Crowley et son imagination ».



Jon Bon Jovi

 
« Je tuerai ma mère pour le rock’n roll, JE VENDRAI MÊME MON AME »
(Smash Hits magazine)


Geezer Butler



Le bassiste du groupe Black Sabbath et compagnon d’Ozzy Osbourne se vanta :


« J’ai installé des croix inversés sur le mur et des photos de Satan

de partout. J’ai peint mon appartement en noir. Je me suis réellement engagé

et toutes ces choses horribles ont commencé à me toucher ».

(Seconds Magazine, Issure 39, 1996, pg.64)


Ozzy Osbourne


Icône de la chaîne de télévision musicale MTV, revendique le titre de "Prince des ténèbres", il représente le culte de Satan dans toutes ses formes.

Il chante en solo "Mister Crowley" dans l'album Blizzard of Ozz. Prêchant ainsi ses croyances et pratiques des ténèbres (vous pouvez regarder et écouter cette chanson dans le chapitre "les signes et symboles").



« Aleister Crowley était prodigieux pour son époque. »

(Circus, 26 août 1980)



Little Richard


« J'étais dirigé et commandé par un pouvoir étranger.

Le pouvoir des ténèbres... dont beaucoup de personnes ignore l'existence.

Le pouvoir du Diable. Satan. »

(Charles White, The Life and Times of Little Richard, pg. 205-206)



http://www.lesubliminal.fr/citations_d_artistes_041.htm





Daft Punk N°1 AUX USA

Le dernier album du groupe français de musique électro Daft Punk s'est directement installé en tête des ventes aux Etats-Unis, avec 339.000 exemplaires écoulés une semaine après sa sortie, selon les statistiques publiées mercredi par Nielsen Soundscan. "Random Access Memories" est le quatrième album studio du duo formé par Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo et le premier depuis 2005.



En 1987, Thomas Bangalter rencontre Guy-Manuel de Homem-Christo au Lycée Carnot, à Paris. Ensemble et avec Laurent Brancowitz, futur guitariste du groupe Phoenix, ils formeront le groupe de rock Darlin' en 1992, puis Daft Punk en 1993. Daft Punk est un groupe français de musique électronique, originaire de Paris. Actifs depuis 1992, Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo, les deux membres, ont allié à leurs sons electro, house et techno des tonalités rock, groove et disco. Une des originalités des Daft Punk est la culture de leur notoriété d'artistes indépendants anonymes, à l'aide de casques et de costumes. Bangalter et Homem-Christo étaient à l'origine les membres du groupe musical Darlin', qui s'est dissout peu de temps après, ce qui leur a donné l'opportunité de composer leurs propres musiques. Le duo devient alors Daft Punk, et sortira son premier album intitulé Homework en 1997, qui est particulièrement bien accueilli par les critiques. Leur second album commercialisé en 2001 intitulé Discovery fait également succès et est composé de hits tels que One More Time, Digital Love et Harder, Better, Faster, Stronger. Le duo a également composé la bande son du film Tron : L'Héritage. En janvier 2013, Daft Punk quitte EMI Records pour signer avec le label Columbia Records et sortir un album intitulé Random Access Memories le 20 mai 2013.



mercredi 29 mai 2013

LES INEDITS que BREL ne voulait pas sortir




L'album LES MARQUISES de Jacques BREL est disponible depuis le 15 mai en bluray audio pure, le nouveau format qui doit succéder au CD audio.

Pour info, vous trouverez sur le bluray audio l'album mais aussi des bonus, les inédits de Brel qui étaient déjà disponible dans l'intégrale BREL en 2003.


Retour sur l'histoire de ces inédits.

"En 1977, quand Jacques est reparti après avoir fait 'Les Marquises', il m'avait dit 'je vais donner des instructions pour qu'on ne les sortent pas maintenant'. Il pensait pouvoir revenir et faire un autre disque complet", a raconté de son côté Michelle Brel, la veuve du chanteur.




Pascal Nègre a expliqué  en 2003 que la décision de publier cinq inédits de Jacques Brel avait été prise après "une longue réflexion de la part des héritiers" et avec "l'accord de l'ensemble des ayants droit".

"La famille souhaitait sortir ces inédits, donc nous les sortons", a expliqué sur France-2 Pascal Nègre, président d'Universal Music France, sur France-2.

Dans les colonnes du Figaro, Eddie Barclay, qui avait à l'époque enregistré le disque avec Brel, a ainsi exprimé sa désapprobation affirmant qu'à son avis l'artiste "aurait été furieux de ce genre d'exhumation".

Pascal Nègre a confirmé l'existence d'"une lettre de Brel envoyée à Eddie Barclay" dans laquelle "il disait 'tu ne sors rien avant que moi je te donne l'autorisation' ". "Mais l'artiste est mort entre temps. Que fait-on à ce moment là? On demande à ses héritiers ce qu'ils en pensent", a expliqué le PDG d'Universal France.

"Ces héritiers ont dit qu'ils aillaient réfléchir. Il y a eu une longue maturation, une longue réflexion de (leur) part. Ils ont pris leur décision, et on les a suivi", a-t-il ajouté.  "Nous n'avons pas pris des titres qu'il avait fait dans sa chambre. Il était en studio, en train de travailler dessus. Je pense que je fais mon travail dans le sens de faire connaître un patrimoine", a encore déclaré Pascal Nègre.


Intitulées "Mai 40",
https://www.youtube.com/watch?v=awaXFdaNQKA

"La cathédrale",
https://www.youtube.com/watch?v=ClKR-XWvvDA

"Sans exigences",
https://www.youtube.com/watch?v=ztcHCtT0o84


"Avec élégance" et "L'amour est mort", ces compositions figurent sur l'intégrale en 15 albums consacrée au chanteur, ainsi que sur la compilation regroupant 40 de ses chansons les plus connues.

Les co-signataires de l'album, François Rauber et Gérard Jouannest, déclarent qu'ils voulaient, avec le chanteur, "remanier " ces titres, et que c'est la raison pour laquelle, ils n'ont pas été publiés. Pourquoi ont-ils donné leur autorisation, vingt-cinq ans après ? Peut-être parce que ces inédits étaient diffusés sur les ondes belges et lors de l'exposition "Brel, le droit de rêver", à la Fondation Brel de Bruxelles, et que le diffusion ne pouvait par conséquent pas être stoppée.

Les textes de ces chansons avaient été publiés il y a plusieurs années sur "Tout Brel", recueil des paroles des compositions de Brel paru chez Robert Laffont, réédité au format de poche chez 10/18. Les aficionados du "Grand Jacques" pouvaient les écouter également depuis plusieurs années à la Fondation Jacques Brel à Bruxelles.

Les cinq thèmes avaient été enregistrés par Brel à partir de septembre 1977 lorsqu'il entra en studio pour travailler sur ce qui devait être son dernier album. Deux d'entre elles ("Avec élégance", "Sans exigences") ont été composées par le musicien et arrangeur François Rauber. Une autre ("L'amour est mort") l'a été par un autre fidèle collaborateur de Brel, le pianiste Gérard Jouannest. Les deux dernières ("Mai 40" et "La cathédrale"), deux monologues, sont de Brel seul.

A l'origine, le chanteur avait le projet d'enregistrer un double album. Entre le 5 septembre et la fin octobre 1977, il grave ainsi 17 thèmes, c'est à dire trop pour un seul disque, mais pas assez pour justifier un double album. Brel prendra la décision de retenir 12 chansons au final, éliminant ces cinq titres qui n'en étaient encore qu'à l'état de maquettes.

source et auteurs
Polémique après la sortie de cinq inédits Créé le 26-09-2003http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20030923.OBS6895/polemique-apres-la-sortiede-cinq-inedits.html



Vingt-cinq ans durant, la volonté de Jacques Brel aura été respectée. À sa famille, à ses compositeur, arrangeur et producteur, le chanteur avait demandé de ne jamais publier les cinq chansons constituant, avec deux textes parlés, ses ultimes enregistrements.


Si les monologues «Le Docteur» et «Histoire française» demeurent inédits, les chansons «Mai 40», «Avec élégance», «Sans exigences», «L'Amour est mort» et «La Cathédrale» paraissent aujourd'hui officiellement sur une double compilation.


Composées pour son dernier disque, ces chansons n'avaient pas été jugées dignes de figurer sur un projet conçu à l'origine comme un «double album». Publié mi-novembre 1977, ce disque dont Brel n'aimait pas la pochette, inscrivant les quatre lettres de son nom sur un fond bleu de ciel nuageux, fut malgré tout un des plus gros succès réalisés par l'industrie du disque française. Chez Barclay, on parlait à l'époque de ventes extraordinaires: un million d'exemplaires en quelques semaines. Que le chiffre fût ou non exagéré, dans un contexte moins favorable qu'aujourd'hui aux déploiements marketing, il a dû être atteint depuis par ce qui constitue un juteux mystère à double entrée.

Sorti sans aucune promotion (pas d'interview, pas d'envoi radio avant la mise en vente), «Brel», rebaptisé depuis par l'usage «Les Marquises», suscite alors une curiosité alimentée par le retour d'un artiste qui s'était retiré dix ans plus tôt de la scène, en pleine gloire, et par la rumeur qui court: Jacques Brel a un cancer.Pisté lors de ses venues en France par les paparazzi, l'exilé polynésien répète à Paris ses dernières chansons, rue de Verneuil (la rue de Gainsbourg), chez Juliette Gréco.



Planqué dans un hôtel près de la place de l'Etoile, Jacques Brel se rend à quelques mètres de là chez son arrangeur, François Rauber, pour lui présenter ses nouvelles chansons. Le non moins fidèle pianiste et compositeur Gérard Jouannest assiste à ces réunions de travail. À Paris, Brel garde son rythme polynésien. En septembre, les séances de studio commenceront dès 8 heures du matin, avenue Hoche, dans les studios Barclay. Au studio B. Un demi-poumon en moins, le second irradié, le chanteur n'enregistre guère plus de deux chansons par séance mais selon un rituel immuable: une prise, en direct, avec l'orchestre. Douzième titre de l'album, «Les Marquises» correspond également à la dernière séance de Jacques Brel. Durant vingt-cinq ans, l'album s'achèvera sur cette note magnifique, évoquant la pluie et le végétal d'une sérénité contemplative et crépusculaire: «Veux-tu que je te dise / Gémir n'est pas de mise / Aux Marquises...»



«Les titres suivants, Avec élégance, Sans exigences, L'Amour est mort, sont des chansons non abouties que Jacques Brel et nous-mêmes désirions remanier, raison pour laquelle elles n'ont pas été divulguées», préviennent en notes de livret les cosignataires de ces oeuvres, François Rauber et Gérard Jouannest, à l'occasion de la publication d'inédits rompant le silence nécessaire après «Les Marquises».



Pourquoi, dans ce cas, ont-ils donné leur autorisation après avoir résisté un quart de siècle? Peut-être parce que, depuis quelque temps déjà, notamment depuis l'exposition «Brel, le droit de rêver» cette année à Bruxelles, la fondation Brel ainsi que certaines radios belges donnaient à entendre ces inédits. Dès lors, comment stopper leur diffusion?
.../....
La seule chose que nous révèlent finalement ces inédits, c'est le recul immédiat d'un artiste qui projetait ses exigences, justement, jusque dans son oeuvre posthume.


source et auteurs  Cinq chansons inédites de Brel   -
LUDOVIC PERRIN   Mis en ligne le 23/09/2003
L'intégralité de l'article




mardi 28 mai 2013

RICHIE SAMBORA , une question d'égo ?




info piochée sur http://fr.canoe.ca 

Rien ne garantit que Richie Sambora reviendra afin de poursuivre la tournée avec Bon Jovi.

Le départ abrupt du guitariste remonte déjà au mois dernier. Tout semble n'être qu'une question d'ego dans cette situation déplaisante.

Selon les dernières allégations du chanteur, la «situation d'ordre personnel» qu'a citée Sambora en partant serait une fois de plus liée à un problème d'alcool. On se rappelle qu'en 2011, le guitariste avait manqué 13 spectacles pendant une tournée afin d'être pris en charge par un centre de désintoxication.

Cette fois cependant, Sambora est hors de lui à la suite de ces spéculations. Il n'a pas hésité à se confier à MailOnline, en réponse à son vieil ami: «Je n'ai aucun problème majeur dans ma vie en ce moment, j'adore mes fans et je regrette qu'ils doivent en payer le prix. Point à la ligne».

Citation à laquelle il a ajouté, à l'attention de Jon Bon Jovi: «Qu'il cesse de me salir sur la place publique. À mon avis, Jon veut voir s'il peut remplir les stades à lui seul. Je voulais y retourner, mais il me rend la tâche vraiment difficile».

La vérité, selon Richie Sambora, c'est qu'il doit travailler très fort pour aller de l'avant avec sa marque privée, Nikki Rich. Il n'y a rien d'autre, selon ses dires, qui l'a fait quitter momentanément le groupe

info piochée sur http://fr.canoe.ca/divertissement/musique/nouvelles/2013/05/23/20843171-bum.html


lundi 27 mai 2013

WOW !





Le 15 août 1977, le grand radio télescope de l'Université de l'Ohio a capté un signal trente fois plus fort que le bruit électromagnétique environnant. Le son a duré 72 secondes, et n'a jamais été à nouveau entendu en dépit de tentatives répétées. Le premier scientifique à avoir observé l’étonnant signal, Jerry Ehman, a été tellement surpris qu’il entoura le code en rouge et de noter "Wow!" en marge des résultats (photo ci-dessus). Annotation qui donna son nom au signal.




plus d'infos vers le lien ICI

BLURAY PURE AUDIO et autres supports déjà has been

Pascal Nègre se confie au journaliste du Monde :

“Pour la première fois on va entendre ce que l’artiste a entendu, quand il a crée son oeuvre en studio”.



L’arrivée de ce nouveau format procède d’abord d’une innovation technologique. Pour ce Blu-Ray Pure Audio on annonce une qualité proche du vinyle, rondeur et pureté du son sans les frottements


+ d'infos ici http://www.konbini.com/fr/music/universal-lance-le-blu-ray-pure-audio/      

Si j'ai bonne mémoire, on nous refait le coup du dvd audio 10 ans plus tard, maintenant que nous sommes passés au bluray, petit rappel


Un DVD-Audio (communément appelé DVD-A) est un format numérique qui permet de stocker un contenu audio de très haute fidélité sur un DVD. DVD-Audio n'est pas conçu pour être un format vidéo, et ne doit pas être confondu avec le DVD-Vidéo qui sert de support pour les concerts ou des vidéoclips. Les premiers DVD-A ont fait leur apparition en 2000.


Le DVD-Audio et le Super Audio CD (SACD), un autre format audio haute-fidélité, se font mutuellement concurrence. En 2009, aucun des deux formats ne s'est imposé sur le marché, bien qu'en quantité le SACD reste majoritaire. Étant donné que certains lecteurs permettent la lecture des deux formats, ceux-ci semblent cependant destinés à coexister encore longtemps.



le SACD    

Le Super Audio CD est un support sonore numérique de type disque optique en lecture seule, considéré comme faisant partie de l'audio haut de gamme. Sa résolution sonore est 64 fois supérieure à celle de son prédécesseur encore commercialisé, le Compact Disc. Il est disponible en format stéréo et/ou multicanal (jusqu'à 6 canaux 5.1).

Bien que ce format reprenne la galette CD, il a une capacité de stockage égale à celle du DVD, ainsi qu'une possibilité de combiner à sa technologie haute définition celle du CD classique.

Le Super Audio CD est notamment reconnu dans le monde audiophile pour son échec commercial, bien que beaucoup l'estiment être une réussite technique.

+ d'infos ici
https://fr.wikipedia.org/wiki/Super_Audio_CD



La cassette numérique ? qui s'en souvient à part moi ? à peine sorti déjà dépassé (par la mini disc)
Support d'enregistrement numérique audio inventé par Philips et Matsushita en 1992. Il se présente extérieurement sous le même format que l'ancienne minik7. On l'appelait communément cassette compacte digitale ou DCC.

La cassette compacte digitale fut lancée dans le but de succéder à la minicassette analogique standard et de concurrencer le minidisque (MD) et le DAT. Malheureusement elle n'est jamais parvenue à s'imposer auprès du grand public.


La cassette DCC, bien qu'ayant le même format que la minicassette, se présentait plutôt sous la forme d'une cartouche : une trappe en métal protégeait les noyaux et la bande et il n'y avait qu'un seul sens pour l'introduire. L'auto-reverse permettait dans ce cas d'avoir accès aux 2 "faces" de la cassette.

Elle présentait donc l'avantage indéniable de partager le même format que les cassettes analogiques, et les enregistreurs de DCC pouvaient lire indifféremment l'un ou l'autre type de cassette. Cette compatibilité ascendante devait permettre à ses utilisateurs d'adopter l'enregistrement numérique sans rendre obsolète leur collection de minicassettes. Les cassettes analogiques pouvaient uniquement être lues, généralement avec les réductions de souffle Dolby B ou C si besoin.

À la différence du DAT ou du magnétoscope qui utilisent une tête rotative, l'enregistreur DCC utilisait une tête fixe multipiste. L'enregistrement était donc linéaire. Pour permettre une densité d'enregistrement numérique suffisante, l'écriture se faisait sur 9 pistes parallèles, 8 pistes de données et 1 piste de synchronisation.

En outre un codage de compression audio, appelé PASC (Precision Adaptive Sub-band Coding), (rapport 4:1 semblable au MPEG-1) était utilisé pour assurer une durée raisonnable (sans compression, la cassette DCC n'aurait permis que 12 minutes d'enregistrement PCM par face). Bien que le PASC donnât une meilleure qualité audio que le codage ATRAC (utilisé dans le MD original), il n'était pas aussi bon que le DAT, qui utilise le PCM non comprimé.


La production de DCC a été abandonnée en novembre 1996 après que Philips ait admis qu'il avait réalisé très peu de ventes.

Rétrospectivement il est clair que les bandes magnétiques à enregistrement linéaire étaient déjà complètement dépassées en 1992, n'étant pas d'utilisation aussi souple et pratique que le minidisque


Le support qui avait tout pour être le numéro 1 si le prix n'avait pas été aussi exorbitant.

LE MINI DISC DE SONY

possibilité d'enregistrer sur mini disque les cd, la radio, possiblité de pouvoir indexer, chapitrer les morceaux si besoin. moins fragile qu'un cd audio, et qu'une k7.... un jeu d'enfant !


Le MiniDisc, minidisque ou MD est un support magnéto-optique d'enregistrement et de reproduction numérique qui a été lancé par Sony en 1992.

Avec les premiers modèles, l'enregistrement sur les minidisques se faisait exclusivement via les entrées analogique ou numérique. La compression en format ATRAC permettait d'atteindre 80 minutes en stéréo et le double en mono.
Les minidisques ont connu un réel succès au japon mais sont restés plus confidentiels en occident (en raison principalement de leur coût en 1998 et l'apparition des baladeurs mp3)




LA K7 AUDIO
Le support qui a mis une claque au marché du disque dans les années 70 et 80.

Elle connut un très grand succès et fut la norme d'enregistrement audio domestique jusqu'à l'apparition des disques compacts enregistrables.

Les enregistrements commerciaux étaient, jusqu'à 1983 et (l'apparition du disque compact audio) diffusés sous forme de disques microsillon et de cassettes dites musicassettes.  La musicassette a perduré bien au-delà de l'apparition du CD, en particulier aux USA.

À partir de 1983 les ventes de musicassettes ont largement dépassé celles des disques vinyles[2] car la cassette conservait des domaines d'utilisation privilégiés avec les appareils portables et l'autoradio. La cassette fut aussi à la base du succès mondial du Walkman (baladeur), le lecteur de cassette ultra-portable commercialisé en 1979 par Sony.

Déjà en perte de vitesse depuis la commercialisation du CD audio, la grande popularité des baladeurs numériques depuis le début des années 2000, fait perdre à la cassette audio un des derniers marchés où elle conservait un avantage sur le CD : les appareils portatifs soumis à des chocs ou vibrations (sport tel que le jogging par exemple).

Vers le milieu des années 2000, à l'instar des VHS, on ne retrouve plus en vente que des cassettes audio vierges

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cassette_audio


samedi 25 mai 2013

PATRICK BRUEL LES CONCERTS A POITIERS (revue de presse 1991 et 1994)

Actuellement en tournée dans toute la France, mercredi dernier à Tours, début mai à la Rochelle mais cette fois pas de date à POITIERS.

voici deux articles extraits de mes archives pour rappeler à Patriiiiick qu'il était passé deux fois en concert à POITIERS en 1991 et 1994 si j'ai bonne mémoire et il avait du monde.

Les artistes ont tendances depuis une dizaine d'année (pour ne pas dire 15 ans) à passer à Tours, Limoges, La Rochelle, mais POITIERS, c'est pas possiiiiiiiiiiiible !!!! y a pas de Zenith ?

 




vendredi 24 mai 2013

CLAUDETTE UN JOUR, CLAUDETTE TOUJOURS



Un collectif de douze anciennes Claudettes réclame 16 000 euros par danseuse à Société de perception et de distribution des droits des artistes-interprètes (Spedidam). Cette somme représente les indemnités de droits à l'image qu’elles n’ont jamais perçues depuis la mort de Claude François


+ d'infos ici auteur Jérémy Pastor
http://www.planet.fr/actualites-claude-francois-les-claudettes-contre-attaquent.356527.1464.html


SERGE GAINSBOURG et la grande sauterelle

jeudi 23 mai 2013

MOUSTAKI 1934-2013


"Le chanteur et compositeur Georges Moustaki est mort jeudi matin à l’âge de 79 ans.

Georges Moustaki, de son vrai nom Giuseppe Mustacchi, était né le 3 mai 1934 à Alexandrie, de parents juifs grecs immigrés en Egypte. Il s’est installé à Paris en 1951 et y a fait une rencontre déterminante, celle de Georges Brassens qui l’a intronisé dans les nuits de Saint-Germain-des-Prés. C’est en son hommage qu’il a adopté le prénom Georges.

Il a écrit quelque 300 chansons pour les plus grands interprètes, Piaf, Montand, Barbara, Gréco, Reggiani, avant de les chanter lui même avec succès. Ses chansons les plus célèbres restent Milord (1958), écrite pour Edith Piaf et traduite dans le monde entier, puis Le Métèque (1969), d’abord chantée par Pia Colombo et dont le refrain a fait le tour de la planète.

Plusieurs autres sont devenues des classiques, comme celles interprétées en 1966 par Reggiani , Sarah, Ma liberté, Ma solitude, Votre fille a vingt ans, mais aussi La Dame Brune (Barbara, 1968), ou encore Joseph, La Marche de Sacco et Vanzetti. Polyglotte, artiste peintre, il vivait depuis plus de quarante ans sur l’île Saint-Louis à Paris."

source de l'info

http://next.liberation.fr/musique/2013/05/23/le-chanteur-georges-moustaki-est-mort_905049


mercredi 22 mai 2013

LES ROIS DU BORD DE MER (ELMER FOOD BEAT)

ELMER FOOD BEAT le nouvel album 14 octobre 2013
source info : facebook

mardi 21 mai 2013

LA MACHINE A REMONTER LE TEMPS - MAI 1971

Que s'est il passé le 21 mai 1971 ?


Elvis Presley Studio 'B', Nashville May 21, 1971



les autres évenements de mai 1971 en quelques photos




Bianca Jagger rencontre Mick Jagger en septembre 70  lors d'une fête après un concert des Rolling Stones. le mariage est célébré le 12 mai 1971 à Saint-Tropez, alors qu'elle est enceinte de quatre mois. Bianca Jagger est la première épouse de Mick Jagger. Jade Jagger naît le 21 octobre 1971 à Paris. Son mariage avec Mick Jagger fait d'elle une figure de premier plan de la jet-set des années 1970, mais aussi une « actrice » sensible au droit des femmes.






 le 17 mai 71, John Lennon était au festival de Cannes,
 Projection lors du festival de Cannes de 2 films de John et Yoko "Apotheosis (Balloon)" et "Fly



•17 Mai 1971 : Publication de l'abum "Ram" de Paul et Linda McCartney.



les autres 21 mai

1952 - Naissance de l'acteur et sportif Mr T. de l'"Agence tous risques"


1956 - Explosion de la première bombe à hydrogène américaine.

1979 - Naisance de Gaspard Augé, musicien français, membre du groupe Justice.

1985 - Naissance de la chanteuse Amel Bent

1991 - Assassinat de Rajiv Gandhi, premier ministre de l'Inde.

1996 - Assassinat des moines de Tibhirine.



et autres infos
http://fr.wikipedia.org/wiki/21_mai



RAY MANZAREK, une porte se ferme




Ray Manzarek, l’un des membres fondateurs de The Doors en 1965, s’est éteint lundi à l’âge de 74 ans à Rosenheim (Allemagne), après avoir mené un long combat contre un cancer. Sa disparition a été annoncée sur la page Facebook du groupe.

Le claviériste a marqué l’histoire de la musique avec ce groupe mythique formé en compagnie notamment de Jim Morrison, poète rencontré sur Venice Beach à Los Angeles (Etats-Unis), disparu en 1971 à l’âge de 27 ans.


Depuis 2002, Manzarek, accompagné de Robby Krieger, le guitariste du groupe, reprenait les chansons de la formation rock. En juillet 2011, les deux comparses s'étaient produits au Bataclan à Paris, pour le quarantième anniversaire de la mort de Jim Morrison.

http://www.leparisien.fr/loisirs-et-spectacles/videos-musique-ray-manzarek-clavieriste-de-the-doors-est-mort-21-05-2013-2819257.php

mardi 14 mai 2013

DES NOUVELLES DE SAMBORA ?


«Merci pour vos messages et soutiens. Je vais bien. C’est un problème personnel et sachez que j’aime le groupe et vous les fans »



Sambora toujours absent de la tournée de Bon Jovi

Alors que Bon Jovi poursuit la portion européenne de sa tournée mondiale Because We Can, le guitariste étoile Richie Sambora brille toujours par son absence.

C’est ce que rapporte notamment le Metro (UK), qui publie également les commentaires de Sambora.

Ce dernier a commenté, sur son compte Twitter, les récents événements: «Salut tout le monde... Je veux juste vous dire que je vais bien... Merci pour les ondes positives».

Bien que le guitariste ait invoqué des raisons personnelles pour justifier son départ précipité du groupe et de la tournée, les détails se font rares, et les vraies raisons sont encore inconnues.

Plusieurs allèguent une dispute entre Sambora et Jon Bon Jovi, qui aurait mené au départ du musicien. Cependant, le chanteur du groupe déclarait récemment à Ellen DeGeneres:

«Je peux dire honnêtement que c’est une affaire personnelle, mais on l’aime vraiment beaucoup. Il est encore un membre du groupe».

http://fr.canoe.ca/divertissement/musique/nouvelles/2013/05/01/20784186-bum.html

photo
source bonjovi France

lundi 13 mai 2013

FLASHBACK sur STAND BY

Rien ne se perd sur le mur du son, voici un article de la N.R. de septembre 1991, pour la promo du 45T de STAND BY..  et en bonus, voici la vidéo, diffusée sur FRANCE 3 à l'époque avec JLK FOULQUIER

mardi 7 mai 2013

BONJOVI PARIS Zenith, 20 ans jour pour jour; j'y étais !


  
20 ans jour pour jour, j'étais à Paris, au Zenith , pour voir BONJOVI en live sur la tournée Keep the faith !

pour fêter ça, Voici quelques photos (les plus belles ? les plus potables ?)  du concert,



A part une ou deux, elles ne sont pas terribles mais c'est mieux que rien.




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...