Toutes les vidéos et images incluses sur ce blogs sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs. Elles peuvent être retirées du blog à tout moment par simple demande d'un ayant-droit. Tous les articles dont la source est mentionnée peuvent aussi être retirés par simple demande de l’auteur.

mercredi 29 mai 2013

LES INEDITS que BREL ne voulait pas sortir




L'album LES MARQUISES de Jacques BREL est disponible depuis le 15 mai en bluray audio pure, le nouveau format qui doit succéder au CD audio.

Pour info, vous trouverez sur le bluray audio l'album mais aussi des bonus, les inédits de Brel qui étaient déjà disponible dans l'intégrale BREL en 2003.


Retour sur l'histoire de ces inédits.

"En 1977, quand Jacques est reparti après avoir fait 'Les Marquises', il m'avait dit 'je vais donner des instructions pour qu'on ne les sortent pas maintenant'. Il pensait pouvoir revenir et faire un autre disque complet", a raconté de son côté Michelle Brel, la veuve du chanteur.




Pascal Nègre a expliqué  en 2003 que la décision de publier cinq inédits de Jacques Brel avait été prise après "une longue réflexion de la part des héritiers" et avec "l'accord de l'ensemble des ayants droit".

"La famille souhaitait sortir ces inédits, donc nous les sortons", a expliqué sur France-2 Pascal Nègre, président d'Universal Music France, sur France-2.

Dans les colonnes du Figaro, Eddie Barclay, qui avait à l'époque enregistré le disque avec Brel, a ainsi exprimé sa désapprobation affirmant qu'à son avis l'artiste "aurait été furieux de ce genre d'exhumation".

Pascal Nègre a confirmé l'existence d'"une lettre de Brel envoyée à Eddie Barclay" dans laquelle "il disait 'tu ne sors rien avant que moi je te donne l'autorisation' ". "Mais l'artiste est mort entre temps. Que fait-on à ce moment là? On demande à ses héritiers ce qu'ils en pensent", a expliqué le PDG d'Universal France.

"Ces héritiers ont dit qu'ils aillaient réfléchir. Il y a eu une longue maturation, une longue réflexion de (leur) part. Ils ont pris leur décision, et on les a suivi", a-t-il ajouté.  "Nous n'avons pas pris des titres qu'il avait fait dans sa chambre. Il était en studio, en train de travailler dessus. Je pense que je fais mon travail dans le sens de faire connaître un patrimoine", a encore déclaré Pascal Nègre.


Intitulées "Mai 40",
https://www.youtube.com/watch?v=awaXFdaNQKA

"La cathédrale",
https://www.youtube.com/watch?v=ClKR-XWvvDA

"Sans exigences",
https://www.youtube.com/watch?v=ztcHCtT0o84


"Avec élégance" et "L'amour est mort", ces compositions figurent sur l'intégrale en 15 albums consacrée au chanteur, ainsi que sur la compilation regroupant 40 de ses chansons les plus connues.

Les co-signataires de l'album, François Rauber et Gérard Jouannest, déclarent qu'ils voulaient, avec le chanteur, "remanier " ces titres, et que c'est la raison pour laquelle, ils n'ont pas été publiés. Pourquoi ont-ils donné leur autorisation, vingt-cinq ans après ? Peut-être parce que ces inédits étaient diffusés sur les ondes belges et lors de l'exposition "Brel, le droit de rêver", à la Fondation Brel de Bruxelles, et que le diffusion ne pouvait par conséquent pas être stoppée.

Les textes de ces chansons avaient été publiés il y a plusieurs années sur "Tout Brel", recueil des paroles des compositions de Brel paru chez Robert Laffont, réédité au format de poche chez 10/18. Les aficionados du "Grand Jacques" pouvaient les écouter également depuis plusieurs années à la Fondation Jacques Brel à Bruxelles.

Les cinq thèmes avaient été enregistrés par Brel à partir de septembre 1977 lorsqu'il entra en studio pour travailler sur ce qui devait être son dernier album. Deux d'entre elles ("Avec élégance", "Sans exigences") ont été composées par le musicien et arrangeur François Rauber. Une autre ("L'amour est mort") l'a été par un autre fidèle collaborateur de Brel, le pianiste Gérard Jouannest. Les deux dernières ("Mai 40" et "La cathédrale"), deux monologues, sont de Brel seul.

A l'origine, le chanteur avait le projet d'enregistrer un double album. Entre le 5 septembre et la fin octobre 1977, il grave ainsi 17 thèmes, c'est à dire trop pour un seul disque, mais pas assez pour justifier un double album. Brel prendra la décision de retenir 12 chansons au final, éliminant ces cinq titres qui n'en étaient encore qu'à l'état de maquettes.

source et auteurs
Polémique après la sortie de cinq inédits Créé le 26-09-2003http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20030923.OBS6895/polemique-apres-la-sortiede-cinq-inedits.html



Vingt-cinq ans durant, la volonté de Jacques Brel aura été respectée. À sa famille, à ses compositeur, arrangeur et producteur, le chanteur avait demandé de ne jamais publier les cinq chansons constituant, avec deux textes parlés, ses ultimes enregistrements.


Si les monologues «Le Docteur» et «Histoire française» demeurent inédits, les chansons «Mai 40», «Avec élégance», «Sans exigences», «L'Amour est mort» et «La Cathédrale» paraissent aujourd'hui officiellement sur une double compilation.


Composées pour son dernier disque, ces chansons n'avaient pas été jugées dignes de figurer sur un projet conçu à l'origine comme un «double album». Publié mi-novembre 1977, ce disque dont Brel n'aimait pas la pochette, inscrivant les quatre lettres de son nom sur un fond bleu de ciel nuageux, fut malgré tout un des plus gros succès réalisés par l'industrie du disque française. Chez Barclay, on parlait à l'époque de ventes extraordinaires: un million d'exemplaires en quelques semaines. Que le chiffre fût ou non exagéré, dans un contexte moins favorable qu'aujourd'hui aux déploiements marketing, il a dû être atteint depuis par ce qui constitue un juteux mystère à double entrée.

Sorti sans aucune promotion (pas d'interview, pas d'envoi radio avant la mise en vente), «Brel», rebaptisé depuis par l'usage «Les Marquises», suscite alors une curiosité alimentée par le retour d'un artiste qui s'était retiré dix ans plus tôt de la scène, en pleine gloire, et par la rumeur qui court: Jacques Brel a un cancer.Pisté lors de ses venues en France par les paparazzi, l'exilé polynésien répète à Paris ses dernières chansons, rue de Verneuil (la rue de Gainsbourg), chez Juliette Gréco.



Planqué dans un hôtel près de la place de l'Etoile, Jacques Brel se rend à quelques mètres de là chez son arrangeur, François Rauber, pour lui présenter ses nouvelles chansons. Le non moins fidèle pianiste et compositeur Gérard Jouannest assiste à ces réunions de travail. À Paris, Brel garde son rythme polynésien. En septembre, les séances de studio commenceront dès 8 heures du matin, avenue Hoche, dans les studios Barclay. Au studio B. Un demi-poumon en moins, le second irradié, le chanteur n'enregistre guère plus de deux chansons par séance mais selon un rituel immuable: une prise, en direct, avec l'orchestre. Douzième titre de l'album, «Les Marquises» correspond également à la dernière séance de Jacques Brel. Durant vingt-cinq ans, l'album s'achèvera sur cette note magnifique, évoquant la pluie et le végétal d'une sérénité contemplative et crépusculaire: «Veux-tu que je te dise / Gémir n'est pas de mise / Aux Marquises...»



«Les titres suivants, Avec élégance, Sans exigences, L'Amour est mort, sont des chansons non abouties que Jacques Brel et nous-mêmes désirions remanier, raison pour laquelle elles n'ont pas été divulguées», préviennent en notes de livret les cosignataires de ces oeuvres, François Rauber et Gérard Jouannest, à l'occasion de la publication d'inédits rompant le silence nécessaire après «Les Marquises».



Pourquoi, dans ce cas, ont-ils donné leur autorisation après avoir résisté un quart de siècle? Peut-être parce que, depuis quelque temps déjà, notamment depuis l'exposition «Brel, le droit de rêver» cette année à Bruxelles, la fondation Brel ainsi que certaines radios belges donnaient à entendre ces inédits. Dès lors, comment stopper leur diffusion?
.../....
La seule chose que nous révèlent finalement ces inédits, c'est le recul immédiat d'un artiste qui projetait ses exigences, justement, jusque dans son oeuvre posthume.


source et auteurs  Cinq chansons inédites de Brel   -
LUDOVIC PERRIN   Mis en ligne le 23/09/2003
L'intégralité de l'article




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...