Toutes les vidéos et images incluses sur ce blogs sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs. Elles peuvent être retirées du blog à tout moment par simple demande d'un ayant-droit. Tous les articles dont la source est mentionnée peuvent aussi être retirés par simple demande de l’auteur.

lundi 19 novembre 2012

LED IT BE.... ZEPPELIN

 
Le groupe britannique clôture sa carrière avec le DVD de son superbe concert londonien de 2007. En 1977, la scène punk prétendait avoir la peau des dinosaures du rock. Clash, Sex Pistols, Buzzcocks et autres Damned n'avaient alors qu'une idée en tête: rayer les mastodontes issus de la décennie précédente de la carte. Mettre fin à la domination de Pink Floyd, des Who ou de Led Zeppelin. Ayant acquis le statut de semi-divinités auprès de leur public, ils étaient considérés comme les symboles de l'embourgeoisement d'une musique qui aurait perdu l'urgence et la spontanéité des origines. Trente-cinq ans après, force est de constater que les «dinosaures » ont plutôt mieux résisté aux ravages des années que leurs opposants punks. Non seulement leur règne n'a pas été compromis par les impétrants, mais leur pérennité est assurée, à mesure que chaque génération découvre leur legs colossal. Il n'était certes pas prévu au programme que Led Zeppelin fasse l'actualité en 2012, quelque quarante-quatre années après sa formation. Non seulement parce qu'ils ont cessé de produire de la musique dès 1980, mais aussi parce qu'ils avaient juré ne jamais se réunir. La mort accidentelle de leur batteur, John Bonham, les avait déterminés à clore une aventure qui les avait menés au firmament du succès pendant toute une décennie. La domination exercée par le quatuor dans les années 1970, aussi bien en terme de ventes de disques que de tournées gigantesques n'a pas eu d'égal aux États-Unis. La dignité les a encouragés à ne pas remplacer leur camarade, une décision, hélas, que n'ont prise les Who, qui ont tôt fait de remplacer Keith Moon pour repartir avec un nouveau batteur, et enchaîner les mauvais disques trop longtemps. Led Zeppelin a ainsi résisté aux offres délirantes de promoteurs de les voir se réunir, ne rompant ce pacte qu'à quelques reprises: en 1985 dans le cadre du Live Aid (avec Phil Collins à la place du mort), puis en 1988 à l'occasion des 40 ans de leur label, avec Jason Bonham remplaçant son père. C'est logiquement dans cette formation qu'ils ont honoré la mémoire d'Ahmet Ertegun, fondateur d'Atlantic, lors d'une soirée spéciale en son hommage, en décembre 2007. Cinq ans après, le concert est enfin disponible en disque et en film sous le titre Celebration Day.
 
auteur : Olivier NUC

 source de l'article ICI

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...