Toutes les vidéos et images incluses sur ce blogs sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs. Elles peuvent être retirées du blog à tout moment par simple demande d'un ayant-droit. Tous les articles dont la source est mentionnée peuvent aussi être retirés par simple demande de l’auteur.

jeudi 31 mars 2011

JANE BIRKIN & SERGE GAINSBOURG

Voici une de mes chansons préférées de Jane Birkin avec Serge Gainsbourg en featuring ! (on ne peut pas parler vraiment de duo !)


Jane Birkin - Raccrochez c'est une horreur (1976) par couleurdefrance2007

Serge Gainsbourg & the Revolutionaries - Aux Armes Dub



Serge Gainsbourg & the Revolutionaries feat. Soljie Hamilton and Bruno Blum - Aux Armes Dub

GAINSBOURG LIVE AU PALACE

.
Édité en 2006, ce double album est le troisième fruit d'un travail de remixage important de toute la période reggae de l'artiste. Ce projet, conçu et réalisé par le musicien français Bruno Blum, consiste en un nouveau mixage et une remasterisation complète des enregistrements, restituant du même coup une partie du concert qui avait été ôtée de l'édition de 1980.

En effet, la première version de l'Enregistrement public au Théâtre Le Palace, sortie au début de cette année sur un double album vinyle cumulait plusieurs défauts : l'ordre des titres interprétés n'avait pas été respecté, certains n'ont jamais été publiés faute de place, et la qualité du mixage n'était pas pleinement appropriée au style reggae. La deuxième édition, réalisée pour tenir sur une édition simple CD, s'était vue retirer la moitié des morceaux et n'a bénéficié d'aucune amélioration sonore par rapport à la précédente.



Alors que les autres concerts enregistrés de Serge Gainsbourg étaient reparus sous diverses formes, nouveaux pressages, remasterisation, éditions de luxe, celui de 1979 qui avait pourtant vu le retour sur scène de l'auteur-compositeur-interprète après quinze années d'absence, avec des musiciens exceptionnels, n'avaient pas été restaurés.


Proposé sur un double CD 26 années après son enregistrement, l'intégralité du récital est désormais disponible, mixé à partir des bandes magnétiques d'origine. Il restitue notamment des versions inédites des titres Elle est Si, Harley Davidson, Relax Baby Be Cool, Lola Rastaquouère et Aux Armes et Cætera. Dirigé par Bruno Blum, le nouveau mixage est assuré par l'ingénieur du son français Thierry Bertomeu aux studios Nova Pista et Le Garage à Paris.



Un entretien avec Serge Gainsbourg interrogé par Gérard Bar-David termine chaque disque : « J'aime Bien Les Noirs » où l'artiste relate brièvement son expérience jamaïcaine, et La Marseillaise célèbre anecdote où Serge explique la naissance de la chanson Aux Armes et Cætera et où il associe le chant révolutionnaire à l'aspect contestataire du mouvement reggae jamaïcain. C'est de ce dernier entretien qu'est extrait ce rappel des faits de violence commis sur deux artistes jamaïcains :



« Peter Tosh est mort, il s'est fait flinguer... Et quant à Bob Marley, il a reçu une bastos aussi... Hein ? »

Rédigé par Gilles Verlant et Bruno Blum, le livret de l'album contient quantité d'informations, de documents et de photographies inédits, tout comme ceux des deux albums de la série Gainsbourg Dub Style : Aux Armes et Cætera - Dub Style et Mauvaises Nouvelles Des Étoiles - Dub Style, également revisités par Bruno Blum.

mercredi 30 mars 2011

AUX ARMES ETC....


En 1979, Serge Gainsbourg traverse une passe difficile suite à l’insuccès de ses œuvres poétiques et a contrario de l’engouement du public pour la chanson disco Sea, Sex and Sun qu’il a bâclée. Il a raconté qu’il avait ouvert son Grand Larousse encyclopédique à la page Marseillaise découvrant qu’à partir du deuxième refrain il était marqué Aux armes, et cætera, ce qui lui donna alors l’idée d’un titre pour une nouvelle chanson






Quelques années plus tard, il acheta le manuscrit original signé Rouget de Lisle « Aux armes… et cætera » y est calligraphié au niveau des refrains.



Au printemps 1979, la chanson titre devient un tube si important qu’elle provoque une vive réaction des militaires et de certains conservateurs. La polémique est lancée par le futur académicien Michel Droit, qui rédige une violente diatribe contre ce qu’il nomme « l’odieuse chienlit […] une profanation pure et simple de ce que nous avons de plus sacré. » Le texte paraît le 1er juin 1979 dans le Figaro Magazine : « Quand je vois apparaître Serge Gainsbourg je me sens devenir écologiste. Comprenez par là que je me trouve aussitôt en état de défense contre une sorte de pollution ambiante qui me semble émaner spontanément de sa personne et de son œuvre, comme de certains tuyaux d’échappement… »



L’éditorialiste, révolté par cette version de l’hymne national, s’emporte jusqu’à la limite de l’antisémitisme, allant jusqu’à insinuer que Gainsbourg fait du tort aux autres Juifs



Il reproche à Gainsbourg d’ouvrir la porte à un regain d’antisémitisme, en déformant la version originale de La Marseillaise. La controverse devient rapidement phénoménale, ce qui apporte aussi une certaine notoriété au chanteur. L’album devient d’ailleurs disque de platine en quelques mois.





Serge Gainsbourg répond deux semaines plus tard par un article intitulé « On n’a pas le con d’être droit » paru dans Le Matin-Dimanche :

« Peut-être Droit, journaliste, homme de lettres, de cinq dirons-nous, […] croisé de guerre 39-45 et croix de la Légion d’honneur dite étoile des braves, apprécierait-il que je mette à nouveau celle de David que l’on me somma d’arborer en juin 1942 noir sur jaune et ainsi, après avoir été relégué dans mon ghetto par la milice, devrais-je y retourner, poussé cette fois par un ancien néo-combattant ? »






Le 4 janvier 1980, alors que Serge Gainsbourg doit se produire à Strasbourg, la salle de concert est investie par des militaires parachutistes, qui désapprouvent la version de la Marseillaise chantée par Gainsbourg et distribuent des tracts. La situation est tendue, et Gainsbourg fait le choix de se présenter seul sur le devant de la scène. Il entonne a cappella le premier couplet de La Marseillaise dans sa version originale, un poing levé, et les paras se mettent tous au garde à vous pour l’hymne national. Il termine en leur adressant un bras d'honneur avant de se retirer.

Cet évènement relaté par les médias participe à l’envolée des ventes de son album, et Aux armes et cætera devient le premier disque d’or de sa carrière. En quelques mois, l’album est vendu à 300 000 exemplaires3. Il entame alors une tournée triomphale avec Sly & Robbie et accompagnés des choristes de Bob Marley, les I Threes.

Gainsbourg déclare à propos de cette chanson : « Je suis un insoumis qui a redonné à La Marseillaise son sens initial. » Quelques années plus tard, il achète le manuscrit original de La Marseillaise de Rouget de Lisle à la salle des ventes de Versailles, pour la somme de 135 000 francs de l’époque (soit environ 14 000 euros).

JE T'AIME MOI NON PLUS

Je t'aime, moi non plus est le premier film écrit et réalisé par Serge Gainsbourg. Suivront Equateur en 1983, Charlotte for ever en 1986 et Stan the Flasher en 1990.


Gainsbourg compositeur

Réalisateur du film mais aussi compositeur, Serge Gainsbourg a commencé à écrire des musiques pour le cinéma en 1960 pour L' Eau à la bouche. Outre les autres films qu'il réalisa (Equateur, Charlotte for ever et Stan the Flasher), il composa pour Le Pacha (1967), Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine (1977), Les Bronzés (1978) ou encore Tenue de soirée (1986).

Une odeur de soufre

Le côté scandaleux et sulfureux du film le fit échapper de peu au classement X en France. Il sortit seulement en 1984 en Belgique mais jamais aux Etats-Unis, et fut projeté en Grande-Bretagne uniquement dans un cinéma gay londonien.


La voix française de Joe Dallesandro est celle de Francis Huster.


La chanson est écrite et enregistrée pour la petite amie de Gainsbourg, Brigitte Bardot à l'hiver 1967. Bardot lui demande d'écrire la plus belle histoire d'amour qu'il puisse imaginer. Il se met à l'ouvrage et lui écrit en une seule nuit "Je t'aime moi non plus" et "Bonnie and Clyde". Ils enregistrent un arrangement du titre un studio de Paris en une session de deux heures. L'ingénieur du son William Flageollet, déclara l'enregistrement comme excellent. Cependant, la nouvelle de l'enregistrement se répandit dans la presse et le mari de Bardot, le businessman allemand Gunter Sachs, était en colère et appela pour que le single soit annulé. Bardot supplia Gainsbourg de ne pas le sortir, et bien qu'il protesta en expliquant : "La musique est très pure et pour la première fois de ma vie que j'écris une chanson d'amour, ça le fait mal.", il se plia au supplique de son aimé.

En 1968, Gainsbourg tombe amoureux de Jane Birkin, une actrice anglaise, sur le tournage du film Slogan. Après le tournage, il lui a demandé d'enregistrer la chanson avec lui. Bikin avait entendu la version de Bardot et la considérait comme "très hot". A ce sujet, elle déclare : « Je ne l'ai chanté que parce que je ne voulais pas que quelqu'un d'autre la chante». Jaloux à l'idée de partarger un studio d'enregistrement avec quelqu'un d'autre que Bardot, Gainsbourg demande à Birkin de chanter une octave plus haut que Bardot, "tu auras donc l'air d'un petit garçon", lui dit-il. Le morceaux a été enregistré par l'arrangeur Arthur Greenslade dans un studio à Marble Arch à Londres. Birkin explique " à un moment donné, j'avais la respiration un peu trop lourde - si bien, en fait, que l'on m'a dit de me calmer, à tel point que j'ai cessé de respirer complètement. Alors si vous écoutez maintenant l'enregistrement, vous pouvez entendre cette lacune". Les médias spéculérent sur le fait, que comme la version avec Bardot, elle est été enregistrée durant un ébas amoureux . À cette question Gainsbourg/Birkin répondirent : "Dieux merci, ce n'était pas le cas, sinon j'aurais espéré le morceau dure un peu plus longtemps". Cette version fut publiée en février 1969. Sur la couverture ordinaire était mentionnée « Interdit aux moins de 21 ans ». La couverture fut changée du passage du label Philips à Fontana.

Lorsque le titre sort en 1969, un journaliste demande :

— « Quel est le meilleur agent de publicité ? »

— Gainsbourg répond : « Sans conteste le Vatican ».

Il a suffi que l'L'Osservatore Romano qualifie d'obscène la chanson. Suite à cela les radios italiennes l'interdisent sur leurs ondes le 25 août 1969, puis les suédoises le 10 septembre et, enfin, les espagnoles le 13 septembre. La maison de disque Philips bloque les stocks et met aux enchères les matrices du disque alors troisième au hit-parade anglais pour être finalement retiré de la vente1.

L'objet du scandale : un duo en râles mineurs. Jane Birkin n'a que vingt ans. Très choqué, le quotidien Il Giornale d'Italia écrit dans ses colonnes : « En l'espace de trois ou quatre minutes, Gainsbourg et Jane Birkin émettent autant de soupirs, de plaintes et de grognements qu'un troupeau d'éléphants en train de s'accoupler ». Ce qui n'empêche pas le succès de la chanson dont les ventes dépassent les 750 000 exemplaires1.

• Le duo Bourvil / Jacqueline Maillan a enregistré, en 1970, une parodie : Ça (Je t’aime… moi non plus), paroles Serge Gainsbourg / Marcel Mithois et musique de Serge Gainsbourg.



• Je t’aime moi non plus est également le titre d’un film réalisé en 1976 par Serge Gainsbourg et interprété par Jane Birkin et Joe Dallesandro.



• L'idée du titre vient d'une phrase de l'artiste Salvador Dalí à qui on demandait ce qui le différenciait de Picasso. Il répondit « Picasso est Espagnol, moi aussi. Picasso est un génie, moi aussi. Picasso est communiste, moi non plus. »



• La chanson des Charlots, Sois érotique, est également inspirée de cette chanson dont elle reprend le rythme et détourne l'orchestration.

mardi 29 mars 2011

The serge gainsbourg experience

The serge gainsbourg experience


L'HOMME A TETE DE CHOU


L'Homme à tête de chou est le quatrième concept-album de Serge Gainsbourg après Histoire de Melody Nelson en 1971, qui ne remporte pas tout de suite le succès mérité, Vu de l'extérieur en 1973 et Rock Around the Bunker en 1975, qui sont accueillis dans la quasi indifférence, malgré le succès de Je suis venu te dire que je m'en vais en single pour le premier, et le thème assez difficile de la Seconde Guerre mondiale, tourné en dérision et qui provoque un esclandre, pour le second.


L'histoire de cet album-concept est celle d'un quadragénaire qui tombe amoureux d'une shampouineuse délurée. Le narrateur rencontre la jeune fille dans le salon où elle travaille (Chez Max coiffeur pour hommes), l'album décrit les sentiments des amoureux (Ma Lou Marilou) et leurs jeux érotiques (Variations sur Marilou) pour se terminer sur l'assassinat de Marilou par son amant jaloux (Meurtre à l’extincteur, Marilou sous la neige) et la folie de ce dernier qui s'en suit (Lunatic Asylum). Malgré d'excellents titres, les plus connus de l'album, L'homme à tête de chou, Marilou Reggae, Marilou sous la neige et Variations sur Marilou, l'album ne connaîtra pas le succès escompté à l'époque et attendra quelques années plus tard pour être réhabilité en étant considéré comme une œuvre influente du paysage musical français et redécouvert par un public plus jeune.



Marilou Reggae est le premier titre reggae interprété par Gainsbourg, qu'il reprendra en 1979 sur l'album Aux armes et cætera.


La chanson Ma Lou Marilou s'inspire du premier mouvement de la sonate pour piano n° 23 en fa mineur, op. 57, dite l' « Appassionata » composée par Ludwig van Beethoven entre 1804 et 1805.



L'album tire son titre d'une sculpture de Claude Lalanne, épouse de François-Xavier Lalanne acquise par Gainsbourg.

lundi 28 mars 2011

GILLES VERLANT parle de GAINSBOURG

JANE BIRKIN


Une de mes chansons préférées de Jane Birkin, à défaut d'une vidéo, voici au moins les paroles.

les langues de chat.
(Serge Gainsbourg/Jean-Claude Vannier)


Je cherche un p'tit papa gâteau qui m'ferait des langues de chat

Afin qu'mes nuits s'éclairent au chocolat

J'aimerais bien un p'tit biscuit Lu dans le courrier du

Cœur de palmier qui devant moi serait baba



Je cherche un p'tit papa gâteau qui m'ferait des langues de chat

Afin qu'mes nuits s'éclairent au chocolat

Je n'ai que faire d'un diplomate à galette, d'une pâte

Brisée qui devant moi serait baba



Je cherche un p'tit papa gâteau qui m'ferait des langues de chat

Afin qu'mes nuits s'éclairent au chocolat

Hier, j'avais un nègre en chemise, un délice

Antillais qui de mon amour parfait se moqua



Je cherche un p'tit papa gâteau qui m'ferait des langues de chat

Afin qu'mes nuits s'éclairent au chocolat

Il faisait que m'balancer des tartes, des gaufres, des beignets

J'en restais sur le flanc, j'étais baba



Je cherche un p'tit papa gâteau qui m'ferait des langues de chat

Afin qu'mes nuits s'éclairent au chocolat


Je voudrais bien d'un puits d'amour qui viendrait entre mes bras

Et sous lequel je serais baba.
 
 

ROCK AROUND THE BUNKER

Dans ce disque, Serge Gainsbourg traite de l'Allemagne nazie. Le chanteur fut contraint de porter l'étoile jaune en 1942.

Sur le plan musical, l'artiste revient à un rock « à l'ancienne » qui détonne avec son goût pour l'avant-garde. Sur le plan du texte, tous les titres évoquent le nazisme. Ainsi Nazi Rock évoque la Nuit des Longs Couteaux, Tata teutonne, Zig-zig avec toi, Est-ce est ce si bon et SS in Uruguay, dépeignent de façon grotesque des personnages de Nazis, tandis que J'entends des voix off traite d'Hitler lui-même. Enfin deux étonnants titres consacrés à Eva Braun : Eva, et une interprétation de Smoke Gets In Your Eyes dont il est question dans Eva.


Il y joue comme d'habitude avec les mots et leurs sonorités, y compris au sujet des camps de la mort :

Sont-ce qu'insensés assassins ?
Est-ce ainsi qu'assassins s'associent ?
Il eût fallu en plus qu'en Prusse
Ces processus se sussent !


Gainsbourg révèlera plus tard qu'il avait écrit pour cet album une chanson intitulée Le silence du pape, mais qu'il se refusa à l'éditer, se méfiant d'éventuelles réactions hostiles des milieux catholiques similaires à celles ayant accompagné la sortie de Je t'aime... moi non plus.



Nazi Rock 3:10

2. Tata teutonne 2:48

3. J'entends des voix off 2:05

4. Eva 3:13

5. Smoke Gets in Your Eyes Harbach, Kern 3:28



6. Zig-zig avec toi 3:39




7. Est-ce est-ce si bon ? (SS si bon ?) 3:16




8. Yellow Star 1:40

9. Rock Around the Bunker 3:25




10. SS in Uruguay

vendredi 25 mars 2011

LULU GAINSBOURG LIVE

GAINSBOURG : VU DE L'EXTERIEUR


Nous sommes en 1973. Serge Gainsbourg a 45 ans lorsqu'il enregistre ce nouvel album, deux ans après l'album-concept Histoire de Melody Nelson. Mais au moment de la préparation à l'enregistrement de l'album, il fait une crise cardiaque. Après sa convalescence, il continue d'écrire, une chanson qu'il venait de commencer à écrire avant son accident cardiaque, ce qui va devenir l'un de ses tubes et l'un de ses classiques : Je suis venu te dire que je m'en vais.


Vu de l'extérieur n'est pas considéré par tous comme faisant partie des quatre albums-concept que Gainsbourg compose dans les années 70. Pourtant, si l'album n'est pas un roman chanté comme le sont Histoire de Melody Nelson et L'Homme à tête de chou, il se rapproche de ce que l'on pourrait appeler un thème chanté, tout comme Rock around the bunker, voire You're under arrest. En effet, la récurrence de certains thèmes comme la séduction, l'amour charnel et sensuel (voire même érotique), puis l'éloignement qui s'en suit, ainsi que le langage parfois enfantin et presque scatologique de la plupart des titres, abondent en ce sens.

De cet album (le disque ne s'est vendu qu'à 20 000 exemplaires à l'époque de sa sortie)[3], dont certains titres ont été jugés scatologiques à cause de leur noms comme Panpan Cucul et Des vents, des pets, des poums , on peut retenir que les arrangements musicaux ont été confiés à Alan Hawkshaw et Alan Parker qui apporte un son nouveau et des titres comme la chanson-titre.

Je suis venu te dire que je m'en vais 3:20


2. Vu de l'extérieur 3:38

3. Panpan cucul 2:40
4. Par hasard et pas rasé 2:26


5. Des vents des pets des poums 2:53

6. Titicaca 2:57

7. Pamela Popo 2:23

8. La poupée qui fait 2:59

9. L'hippopodame 1:44

10. Sensuelle et sans suite.

jeudi 24 mars 2011

ANNA KARINA

Anna Karina a mené une carrière de chanteuse. En 1967, elle rencontre un grand succès avec Sous le soleil exactement et Roller Girl.



Ces titres sont extraits de la comédie musicale Anna de Serge Gainsbourg. Elle y chante sept morceaux aux côtés de Serge Gainsbourg et de Jean-Claude Brialy.


Elle se produit au Palace dans les années 80. En 1999, elle a enregistré avec Philippe Katerine un album intitulé Une histoire d'amour.

 Le disque sort en 2000 et sera suivi d’une tournée dans les principaux festivals en France et à l'étranger. Anna Karina s'est produite également sur la scène du Printemps de Bourges 2006 pour un hommage à Serge Gainsbourg.

mercredi 23 mars 2011

L'HISTOIRE DE MELODY NELSON


L'Histoire de Melody Nelson est un pan à part de l'œuvre de Gainsbourg, pouvant se rapprocher musicalement de L'Homme à tête de chou, son second album concept, paru cinq années plus tard. Rendant hommage à la littérature et aux ouvrages de Vladimir Nabokov, Gainsbourg construit cet album autour d'un récit, et d'une femme, sa muse, Jane Birkin, qui prête succinctement son image et sa voix au personnage éponyme, ne donnant que son « nom », et n'émettant que quelques sons équivoques dans Melody, En Melody et Ballade de Melody Nelson.




L’histoire, semi-autobiographique, raconte la collision entre Serge Gainsbourg entre deux âges heurtant involontairement de sa Rolls Royce Silver Ghost 1910 26 chevaux la nymphette adolescente Melody Nelson (Melody). La séduction et une romance s'ensuivent (L'hôtel particulier), puis, dans un parti subjectif et émotionnel, l'auteur dévoile les sentiments et les doutes du narrateur (notamment dans Ah Melody et Valse de Melody) jusqu'à la perte de la jeune fille, dont l'avion de retour s'écrase (Cargo Culte, référence au culte du cargo).




Gainsbourg abandonne globalement le chant pour une narration où son ton et l'orchestration millimétrée transcendent les textes pour y plonger l'auditeur. Les harmonies ne sont pas sans rappeler Bonnie & Clyde que Gainsbourg a composé en une nuit pour une autre de ses muses, Brigitte Bardot. La basse et la batterie, notamment sur En Melody, sont résolument funk.




Les thèmes s'enchevêtrent et se répondent, les saillies mélodiques (notamment les chœurs et les violons) sont saupoudrées au fil de l'album (discrets motifs de Melody que l'on retrouve dans L'hôtel particulier...). L'opus peut d'ailleurs s'écouter en boucle parfaite. Ces thèmes créent une unité de corps, et à la fois un enchaînement de surprises.

Boudé par le public à sa sortie, Melody Nelson est reconnu aujourd'hui comme un album important et influent pour d'autres musiciens. Son influence dépasse aussi largement le cadre national, avec outre le groupe français Air, David Holmes, Placebo,






Lenny Kravitz, Jarvis Cocker du groupe Pulp, Portishead et Beck, qui dans son album de 2002 « Sea Change » signe un titre, « Paper Tiger » comportant des parties instrumentales du morceau Melody.



JAY JAY JOHANSON Tell Me When the Party's Over


 
Jay-Jay Johanson, de son vrai nom Jäje Johanson, est un auteur-compositeur-interprète suédois. On peut le définir comme étant un crooner, un dandy musical. Sa musique est difficilement classifiable, elle évolue entre jazz, trip hop et dance, notamment sur son album Rush. Beaucoup d'arrangements utilisent des sons électroniques, en particulier les parties rythmiques. Sa voix particulière, aiguë et caressante, androgyne, envoûtante, met parfaitement en valeur ses textes mélancoliques, d'une tristesse profonde.




 
Ses textes sont en anglais, jamais en suédois. Il fait parfois appel à la langue française dans ses chansons (« Quel Dommage », par exemple), et à plusieurs reprises une jeune femme vient prononcer des paroles dans un français parfait, comme sur les chansons « Jay Jay Johanson » ou « Déja-vu ».

En 2006, sur son album The Long Term Physical Effects Are Not Yet Known, Jay-Jay Johanson interprète Tell Me When the Party's Over, qui sample le Requiem4

GAINSBOURG : REQUIEM POUR UN CON


Requiem pour un con est une chanson écrite, composée et interprétée par Serge Gainsbourg. Elle est notamment interprétée dans le film Le Pacha (1968), de Georges Lautner, dans lequel Serge Gainsbourg joue son propre rôle dans un studio d'enregistrement.


REQUIEM POUR UN CON (extrait du film LE PACHA)



FFF : Requiem pour un con :


PLACEBO : REQUIEM FOR A JERK


GAINSBOURG LES REMIX

LE REMIX DE 1991



un autre remix

mardi 22 mars 2011

JANE B


JANE B, un des premiers titres  de Jane signé Gainsbourg





"Les bons artistes volent, les grands artistes s'approprient", aurait dit Picasso, Gainsbourg s'est donc beaucoup approprié :

Frédéric Chopin - Prelude in E-Minor (op.28 no. 4)







Plusieurs thèmes de titres ont été écrits à partir de thèmes existants de musique classique :

Initials B.B. (sur la Symphonie (n°9) du Nouveau-Monde, 1er mouvement, de Dvořák)

Lemon Incest (sur l'étude n°3 en mi majeur Opus 10, de Frédéric Chopin)

Jane B (sur le Prélude en mi mineur Opus 28 n°4, de Frédéric Chopin)

Baby alone in Babylone (sur le thème du 3e mouvement de la 3e symphonie, de Brahms)

My Lady Heroïne (sur Sur un marché persan, de Albert Ketèlbey)

Ma Lou Marilou (sur la sonate Appassionata Opus 57, 1er mouvement, de Beethoven)

Marilou sous la neige (sur un thème de Pomp and circumstances Opus 39 n°1, de Elgar)

Poupée de cire, poupée de son (sur la quatrième mouvement (prestissimo) de la Sonate pour piano no 1 en fa mineur op.2-1 de Beethoven).

JANE BIRKIN et SERGE GAINSBOURG


A vingt ans, Jane se fait remarquer dans Blow-up, le film scandale d'Antonioni consacré à Cannes. En France, Pierre Grimblat est sur le tournage de Slogan. Il cherche une anglaise pour donner la réplique à Serge Gainsbourg. L'artiste est déjà célèbre en marge du courant yéyé, mais l'homme vit difficilement sa rupture avec Brigitte Bardot. Jane débarque pour un bout d'essai ; elle parle à peine français, ignore tout de son partenaire et fait les frais de son dépit amoureux. Lui, plus bourru que jamais, malmène la jeune effarouchée, et la fait fondre en larmes devant la caméra. Ainsi commence leur mythique histoire d'amour dans le Paris de 1969. Ils ne se quittent plus et créent la légende dans les bars "underground" où souffle le vent libertaire post soixante-huitard. Voix et corps lascivement alanguis, ils enregistrent Je t'aime moi non plus. Jane prête sa candeur à l'érotique rengaine et défraye la chronique.



On retrouve le morceau sulfureux dans l'album Jane Birkin Serge Gainsbourg, sorti en 1969. Jane y interprète quatre titres seule, d'autres en duo avec Serge, dont l'indémodable 69 année érotique.



La censure se déchaîne, le disque se vend à un million d'exemplaires en quelques mois. Le couple fait la "une" des magazines, suscite les émois médiatiques, et s'en amuse. Leur fille Charlotte naît en 1971.



source :
http://www.janebirkin.net/fr/biography.html

lundi 21 mars 2011

GAINSBOURG & BIRKIN : SLOGAN


Serge Gainsbourg et Jane Birkin se rencontrent sur le film SLOGAN.

Serge Faberger, jeune surdoué de la publicité, vient de gagner le prix du meilleur film publicitaire à Venise. Il s'éprend d'une jeune anglaise, Evelyne, qu'il a rencontrée place Saint-Marc, et vit avec elle une passion démesurée. Négligeant son épouse Françoise et leur petite fille qui vient de naître, Serge ne parvient plus à quitter sa maîtresse. D'autant que cette dernière sait se montrer aussi insatiable que possessive.






Ensemble, ils voyagent et réussissent à mêler travail et plaisir. Mais Serge n'arrive pas à se décider de divorcer. Il continue à assurer une vie matérielle à sa femme et à son bébé qu'il voit de temps à autre. Mais Evelyne, trop exclusive, se lasse et le quitte pour un Venitien mais ils se retrouvent un an plus tard.





SERGE GAINSBOURG Interview avec Denise GLASER

vendredi 18 mars 2011

BONNIE & CLYDE : SAMPLE

Bonnie and Clyde est le neuvième album de Gainsbourg.





bonus :

INITIAL BB : REMIX


LES REMIX


INITIAL BB by GOLDMEMBER



INITIAL BB Lord Sonah




LUKE CAGE INITIAL BB

INITIAL BB SAMPLE & MASHUP


Gainsbourg demeure une présence influente et importante de la chanson française, sa musique sera fréquemment échantillonnée et réutilisée par des artistes aussi bien français qu'internationaux



MC SOLAAR :



50 cent vs Serge Gainsbourg




INITIAL Beasty boys




INITIAL BB vs TEARS FOR FEARS



BRIGITTE BARDOT : 3 chansons cultes de Gainsbourg


Serge Gainsbourg a composé quelques titres emblématiques pour BARDOT:

"Une nuit de 1967, Serge Gainsbourg compose ses trois plus belles chansons"

 Harley Davidson,
Bonnie and Clyde,
Je t'aime... moi non plus















ce dernier titre enregistré avec elle en duo en 1967 en version symphonique fut rendu célèbre l'année suivante par Jane Birkin (la version originale, d'abord gardée secrète par Serge Gainsbourg à la demande de Brigitte Bardot, ne sortira qu'en 1986 : elle sera elle aussi un tube).

SERGE GAINSBOURG et BRIGITTE BARDOT : INITIAL BB




Fin 1967, il vit ensuite une passion courte, mais torride avec Brigitte Bardot à qui il dédie la chanson Initials B.B.


La création de la chanson et l'enregistrement



La chanson originale



sur la photo, ci dessous, leur premiere rencontre, sur le tournage du film "voulez vous danser avec moi ?" de Michel BOISROND (1959).

jeudi 17 mars 2011

COULEUR CAFE

FRANCOISE HARDY, ces petits riens





bonus :


GAINSBOURG PERCUSSIONS


















Gainsbourg Percussions est le sixième album studio de Serge Gainsbourg.

« L’art abstrait a fait éclater la peinture : quand en musique on fait éclater les formes, il ne reste que les percussions, au désavantage de l’harmonie. […] Pour réaliser ce disque, j’ai emprunté des rythmes africains et si je les utilise de manière abondante, ce n’est pas une concession à notre époque. Il faut une forme qui lui corresponde et le rythme la caractérise. »

1. Joanna 1:59

2. Là-bas c'est naturel 2:28

3. Pauvre Lola 2:26


4. Quand mon 6,35 me fait les yeux doux 1:50


5. Machins choses 3:15

6. Les Sambassadeurs 2:01


7. New York U.S.A. 2:17



8. Couleur café 2:12


9. Marabout 2:08


10. Ces petits riens 2:00


mardi 15 mars 2011

GAINSBOURG et REGINE


Laisses-En Un Peu Pour Les Autres
(avec Serge Gainsbourg)


Texte :

{Elle:}


Frôlant le parquet tout en dansant


L' touriste parcourt mes sous-vêtements


Laissant au parking mes sentiments


J' me répète par cœur c't air dix-neuf cent

{Lui:}


Qu'est-ce qu'elle raconte celle-là ?

{Refrain:}


{Elle:}


Laisses-en un peu pour les autres


Me prends pas tout !


Est-ce ainsi que l'on se vautre ?


Dis, t'es pas fou ?


Laisses-en un peu pour Étienne


Pour Jojo et pour Loulou


Je n' serai plus jamais tienne


'Spèce de voyou !

Arrivent par cars, d'autres régiments


Qu'attendent parqués comme des harengs


Va savoir par quoi qu'ils m'attirent tant ?


Composé par qui c't air dix-neuf cent ?



{Lui:}


Wah ! Quelle importance ?

{au Refrain}



Ils m' délivrent par caisses leurs beaux serments


Multiplient par quatre leurs attouchements


Moi, en fin d' parcours, les embrassant


J'leur murmure par cœur c't air dix-neuf cent

{Lui:}


Dis, tu vas pas remettre ça, hein ?

{au Refrain, x2}


Régine à propos de la spéciale Gainsbourg sur France 2 début mars.

Avant son départ aux États-Unis pour la comédie musicale Follies et son retour tropézien cet été, Régine, l’interprète des Petits papiers, qui n’a pas été conviée au show télé hommage, piloté par Michel Drucker, sort l’artillerie lourde. Pas les petits mouchoirs. Censure

« Drucker, je m’en passe! Serge méritait mieux que cette émission nulle. Je ferai la mienne plus tard. Je n’ai jamais eu ma langue dans ma poche. Dans les années 1960, j’ai été la première à chanter ses titres [une quinzaine, Ndlr], que d’autres n’auraient jamais osé interpréter. Même les radios ne les passaient pas. Je pense à Les Femmes ça fait pédé ou Ouvre la bouche, ferme les yeux, que j’ai repris récemment avec Edouard Baer. »



Boisson

« Serge avait beaucoup de traits communs avec mon père, surtout quand il avait bu. Il devenait alors la proie de tous ces gens… L’homme était tendre et familial, malgré ses allures agressives. Je l’ai connu à travers ses conquêtes. Il voulait que leur beauté ressurgisse sur lui car il se trouvait terriblement laid. Aujourd’hui, c’est difficile pour son fils Lulu de se faire un prénom, mais j’aime beaucoup sa musique. »



Coups durs

« Les Petits papiers est immortel. J’ai eu la chance que Jane Birkin la reprenne avec moi en 2009 sur mon CD de duos. Tous les textes de Serge étaient formidables. L’un des derniers pour moi fut celui des Bleus, sur le drame des femmes battues. Certaines femmes recherchent ces coups. Elles les perçoivent comme une marque d’amour… C’est ce que Serge avait voulu dire. »


Auteur Laurent Amalric
Sources http://www.nicematin.com/REGINE chante Gainsbourg












GAINSBOURG : Inédit : J'ai mal à la tête

VINCENT DELERM & CALI CHANTENT GAINSBOURG

GILLES VERLANT : GAINSBOURG Essais (suite et fin)


Gilles Verlant raconte ....

Exit sa première femme, Serge déclare peut-être sa flamme à Michèle Arnaud. Avec ou sans succès, l'histoire ne le dit pas. “J'ai composé pour elle parce que j'en étais amoureux, très amoureux, se souvenait Gainsbourg, cette jeune femme me fascinait, il n'y avait pas un gramme de vulgarité en elle... On pourrait à son propos citer la phrase de Balzac : "En amour il y en a toujours un qui souffre et l'autre qui s'ennuie"... Elle a été une des chances de ma vie, elle a eu l'intelligence de percevoir en moi un style nouveau.”

Michèle jette effectivement son dévolu sur "Ronsard 58", paroles de Serge Barthélémy, un condensé de misogynie teigneuse, pas très éloigné - par son thème et sa cruauté - de "Si tu t'imagines" de Raymond Queneau qui avait lancé Gréco une dizaine d'années plus tôt :

On peut imaginer comment cette chanson pouvait être reçue par le public du Milord, en particulier par le solide pourcentage d'hommes d'âge posé accompagnés de leurs poules... Michèle Arnaud demande aussitôt à son guitariste de plancher sur de nouvelles chansons dans le même esprit. Le 20 décembre 1957, Serge dépose à la SACEM "La recette de l'amour fou" et "Douze belles dans la peau", qu'elle s'approprie aussitôt :

Le 5 janvier 1958, Francis Claude, patron du Milord l'Arsouille et homme de radio, présente Serge dans l'émission qu'il anime sur Paris-Inter, comme un jeune talent qu'il est fier d'avoir découvert : "Tout à l'heure il jouait du piano, il jouera plus tard de la guitare, à ses moments qui ne sont pas perdus pour tout le monde il fait de la peinture et il trouve le moyen de composer des chansons étranges qu'il défend avec une personnalité bien à lui..." Quelques semaines plus tôt le même Francis Claude l'avait poussé sur la scène du Milord, à moitié mort de trac.


 
En février, la maison de disques Ducretet-Thomson annonce la sortie du nouvel Extended-Play de Michèle Arnaud sur lequel figurent les deux premières chansons signées Gainsbourg gravées dans le vinyle, "Douze belles dans la peau" et "La recette de l’amour fou", une mini-pièce tragi-comique en deux actes et une chute :


A partir du 28 février 1958, Michèle Arnaud se produit à Bobino avec André Dassary (qui s'est refait une santé et à qui l'on a pardonné d'avoir chanté pendant la guerre "Maréchal, nous voilà"). C'est à cette occasion qu'elle crée "La recette de l’amour fou" et que l'on aperçoit pour la première fois le nom de Serge dans la presse. Voici ce qu'on lit dans Combat le 8 mars:


Sa voix naturellement distinguée s'accommode à merveille d'un répertoire choisi (... ) je note l'apparition d'un compositeur original, Serge Gainsbourg, dont nous reparlerons sans doute.

Quelques semaines plus tard, Michèle a fait ses premiers pas à la télévision comme productrice de l’émission Chez vous ce soir, présentée par Jean-Claude Pascal. Parmi les invités, Serge Gainsbourg dont c'est la première apparition à la télé. Au Milord, son trac ne s'améliore pas, comme en témoigne un jeune fantaisiste nommé Bernard Haller qui assiste à ces premiers pas : “Gainsbourg chantait deux chansons dont "Le poinçonneur" ; ce n’était pas un succès triomphal, les gens étaient étonnés par son physique, je me demande si la deuxième chanson ce n’était pas "La jambe de bois" - qu’on n’a plus entendue par la suite et qui était désopilante !”

Drôle d'histoire en effet que celle de cette "Jambe de bois (Friedland)" qui plut aussi énormément à Boris Vian : au bord du suicide, se sentant inutile, une jambe de bois déboule sur un champ de bataille, Français contre Cosaques. Ne voulant pas de moignon moujik, elle demande à un boulet de canon qui passe par là de rebrousser chemin et de lui rendre un petit service :


Mais voilà-t-y pas que le soldat l'aperçoit, se baisse et se la prend en pleine poire... Le 17 février 1958, Serge l'enregistre pour Philips, lors de cette fameuse séance d’essai au Studio Blanqui, dans le plus simple appareil (piano et voix), en même temps que quatre autres titres : "Le poinçonneur des Lilas", "Ronsard 58", "La recette de l’amour fou" et "Douze belles dans la peau".

Chez Philips, le patron de l'artistique se nomme à l'époque Jacques Canetti - sans doute l'homme le plus important du show-business français dans les années 50 : même si c'est déontologiquement douteux, il est à la fois haut responsable dans une maison de disques, patron du théâtre des Trois Baudets, où se produisent toutes les stars du music-hall, et organisateur de tournées partout en France, pour les plus grands noms du métier (Devos, Brel, Brassens, Gréco, Béart, etc.). Parmi les producteurs maison on trouve Denis Bourgeois : “J'ai été voir Serge au Milord, se souvenait ce dernier, et je lui ai immédiatement proposé d'enregistrer une maquette. Quand Canetti a entendu les chansons, il a eu le coup de foudre et la signature du contrat n'a été qu'une question de jours, d'autant qu'il était courtisé par une autre marque de disques. Ma première initiative a été de réunir Serge et Alain Goraguer, l'accompagnateur de Boris Vian.”

Le 3 mai 1958, soit six mois avant la sortie de son premier album 25 cm "Du chant à la une !", Serge a droit à son premier vrai "papier", sur deux colonnes, dans Combat, sous la plume d'Henry Magnan :

source :
http://www.gillesverlant.com/

GAINSBOURG CONFIDENTIEL


Gainsbourg Confidentiel est le cinquième album de Serge Gainsbourg. C'est le chant d'adieu de Gainsbourg au jazz, avec des arrangements minimalistes : seulement deux musiciens l'accompagnent. Dès l'année suivante, il se tourne vers les rythmes afro-cubains avant de se diriger vers la pop. Voici la playlist et quelques extraits.

1 Chez les yé-yé 2:29



2. Sait-on jamais où va une femme quand elle vous quitte 2:02

3. Le talkie-walkie 2:02



4. La fille au rasoir 1:43

5. La saison des pluies 3:27

6. Elaeudanla Téitéia 1:38





7. Scenic Railway 2:32



8. Le temps des yoyos 2:35



9. Amour sans amour 2:02

10. No, No Thank's, No 2:31

11. Maxim's 1:49

12. Negative Blues

POUPEE DE CIRE POUPEE DE SON : les reprises

Poupée de cire poupée de son, chanson signée Gainsbourg pour France Gall a été traduite en japonnais, en allemand ou en italien (voir mes précédents "posts" sur mon blog ), cette chanson a aussi été reprise plus d'une fois, dans tous les syles.




April's version of the 1964 France Gall hit. Released on the 1995 EP, "Chick Habit". April also recorded an English version titled "Chick Habit".











GILLES VERLANT : GAINSBOURG "Essais"

Gilles Verlant raconte :
Gainsbourg "Essais"

A la veille d'enregistrer les séances d'essais que nous vous présentons sur ce mini-album, Serge change de vie. Pour commencer, il divorce de sa première femme, dont il explique qu'elle "ne correspond plus à son idéal esthétique" à Michèle Arnaud, l'élégante interprète qui a le bon goût de mettre à son répertoire quelques chansons signées Gainsbourg. En divorçant, celui-ci fait une croix sur ses années de bohème, de dêche, de passion partagée pour la peinture et la musique. De dix-neuf à vingt-neuf ans, celui que ses parents appellent encore Lucien a lâché ses idéaux : il rêvait de devenir peintre officiel, tenant salon et se compromet désormais dans cet art mineur, la chanson, pour lequel son père a toujours eu tant de mépris.


 
Trop impressionné par les grands maîtres des arts plastiques, le jeune Gainsbourg était timoré face à la toile blanche. Dans la chanson, en revanche, il se laisse aller à toutes les audaces. Comme Boris Vian, qui lui a sans doute montré la voie. Mais, contrairement à ce dernier, il ne s'est pas dit un beau jour un truc du genre "Je vais faire de la chanson pour me marrer et faire de la thune, en leur prouvant que c'est merdique". Au contraire : s'il a des facilités comme mélodiste - son bagage classique va lui servir en toute circonstance - il met plusieurs années à accoucher de textes convenables (contrairement à Boris-le-pigiste qui avait l'habitude de "pisser de la copie" à la commande) et fait appel à quatre paroliers différents entre 1954 et 1957...


Mais ce n’est pas seulement en voyant Boris Vian sur scène que Serge a le déclic, comme je le raconte dans la dernière édition de la biographie que je lui ai consacré * : il vient de passer près de quatre ans, soir après soir, à accompagner les chanteurs qui se succèdent sur la scène du Milord l'Arsouille, ce cabaret de la rue de Beaujolais dont il est devenu un pilier ; quatre ans à jouer de la guitare ou du piano derrière Michèle Arnaud, quatre ans à analyser, à disséquer son répertoire (Mouloudji, Ferré, Brassens, etc.). Plus quatre étés à jouer des nuits entières chez Flavio, au "Club de la Forêt" du Touquet, où il est pianiste d'ambiance saisonnier ! Bref, il a eu le temps de s’apercevoir qu’il est possible de dire des choses intelligentes et dignes en quelques couplets. Tout ceci va ressurgir, magnifiquement mûri et synthétisé, dans les mois qui suivent.
A suivre....

source :
http://www.gillesverlant.com/

CEA SAMPLE GAINSBOURG


En se "promenant" sur la toile, au fil des liens, on découvre que l'univers de Gainsbourg a touché tous les styles de musique. MC Solaar l'avait déjà "samplé" au début des années 90 avec sont tube " le nouveau western", d'autres groupes s'en sont aussi inspirés en puisant dans les trésors de grand Serge pour en retirer toute l'essence ! Bravo ! Gros coup de coeur pour INITIAL BB !

Biographie - CEA C'est l'fun!?

Assurément. Pour les six membres du groupe, le plaisir est un mode de vie. CEA impose la fête avec une chanteuse (Marième), un guitariste DJ multimedia (Wah-Wah-Samson), quatre rappeurs (Bigg Lou, Bob Bouchard, Scoul et Lwazo) ainsi que plusieurs musiciens. Le collectif innove avec un son unique, du jamais entendu sur la scène québécoise, une instrumentation Folkloriko-Funk accompagne des paroles imagées et sensées. Peu importe le sujet, chaque pièce est un divertissement en soi

INITIAL BB




Laisse tomber les filles



source :
http://www.ceamuzik.com/i-frames-cea/cea-biographie.html

lundi 14 mars 2011

MICK HARVEY chante Gainsbourg



Michael John Harvey, connu sous le nom de Mick Harvey, né le 29 août 1958, est un musicien rock australien. À la fois musicien multi-instrumentiste (guitare, basse, clavier et batterie), compositeur, arrangeur, producteur et chanteur, il est surtout célèbre pour sa collaboration avec son compatriote Nick Cave, qu'il a accompagné dans toutes ses aventures musicales, de leur adolescence à janvier 2009, date à laquelle il a décidé de se séparer des Bad Seeds. Il a aussi sorti plusieurs albums en solo, et collaboré à plusieurs bandes originales de films.

Mick Harvey publie en solo, dans les années 1990, deux albums d'adaptations en anglais de chansons de Serge Gainsbourg : Intoxicated Man et Pink Elephants (voir Reprises des chansons de Serge Gainsbourg).










SERGE GAINSBOURG N°4

Serge Gainsbourg N° 4 est, comme son nom l'indique, le quatrième album de Serge Gainsbourg.

Ce dernier 25 cm (avant l'avènement du 30 cm) est une oeuvre de transition. Gainsbourg hésite sur ce disque. Sa « période bleue » (comme il la qualifiera plus tard) n'est pas encore achevée, ainsi le jazz prédomine encore (Quand tu t'y mets, Black Trombone) et la musique classique n'est pas loin (Les Goémons).

Mais les rythmes latinos l'attirent de plus en plus (Baudelaire, Les Cigarillos, Ce Grand Méchant Vous) et le twist également (Requiem pour un Twister et Intoxicated Man, hommage à peine voilé au Je Bois de Boris Vian).

Voici la playlist de l'album avec quelques extraits ! bonne écoute !

1. Les goémons 2:37

2. Black Trombone 2:36



3. Baudelaire Le serpent qui danse de Charles Baudelaire 2:26

4. Intoxicated Man 2:35



5. Quand tu t'y mets 1:50

6. Les cigarillos 1:46

7. Requiem pour un Twister 2:38



8. Ce grand méchant vous



version rare

vendredi 11 mars 2011

DANS L'OEIL DES ENFOIRES

Dans l’œil des enfoirés" : ce soir sur TF1 (la chaîne télé que je regarde qu'une fois par an ! ce soir)


Cette année, les Enfoirés ont 25 ans !

En effet, c’est en 1986 que Coluche décide de rassembler les plus grandes stars françaises de l’époque pour créer une chanson au profit des Restos du Cœur, avec l’aide de Jean-Jacques Goldman. 25 ans plus tard, c’est dans toute la France que les Enfoirés font leur tournée, afin de faire valoir la cause des Restos du Cœur. Du 26 janvier au 31 janvier, la troupe a enflammé l’Aréna de Montpellier avec 6 concerts exceptionnels. Plus de 40 artistes étaient présents, devant une foule de 13 000 spectateurs.


Tous les plus grands artistes sont présents pour le spectacle « Dans l’œil des enfoirés », qui accueille cette année une nouvelle recrue, Zaz, qui fait désormais partie de la bande.

CLAUDE FRANCOIS au pays du soleil levant


Hommage à Claude François, et oui, nous sommes le 11 mars 2011, 33 ans déjà !  Je suis loin d'être un fan de Claude François, mais j'avoue qu'il a marqué la "variété" française, avec des chansons pas si originales que ça puisqu'il puisait surtout dans le répertoire de la "MOTOWN" pour en faire des adaptations.

C'était la grande mode dans les années 60, Johnny hallyday, Sheila, Sylvie Vartant, tout le monde adaptait les standards américains.  

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...