Toutes les vidéos et images incluses sur ce blogs sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs. Elles peuvent être retirées du blog à tout moment par simple demande d'un ayant-droit. Tous les articles dont la source est mentionnée peuvent aussi être retirés par simple demande de l’auteur.

jeudi 13 janvier 2011

FRANCIS CABREL parle de DANIEL BALAVOINE

Francis Cabrel
Paroles et Musique n°25, janvier 1990

J'étais chanteur de bal. Lui, il avait déjà sorti un album en 1975, "De vous à elle en passant par moi". Il y avait une chanson "Couleurs d'automne", que j'adorais et que je chantais dans les soirées. Je ramais parce que ça montait très haut ! .




Ensuite, il avait fait "Vienne la pluie" en pleine période de sécheresse - l'été 1976 - que j'ai mis à mon répertoire. Avant même de le connaître, je l'aimais bien.




Et quand j'ai fait mon premier album en 1977, la FNAC, rue de Rennes, organisait des rencontres entre de jeunes chanteurs et le public. On pouvait inviter quelqu'un. Moi, j'avais dit : "J'aimerais bien que Daniel Balavoine soit là.". A mon grand étonnement, il est venu. Il ne m'avait jamais vu ni entendu. Par la suite, on s'est croisé plusieurs fois, mais toujours trop rapidement. J'aurais aimais le voir davantage, mais bon...



Louis Chedid & Daniel Balavoine




La fois où nous avons pu nous rencontrer plus longuement, c'était au Palais des Congrés. Il enregistrait "Sauver l'amour" au Studio A, et moi, "Photos de voyage", dans celui du fond. J'avais un mal de gorge fou, et il m'a filé plein de médicaments qu'il avait dans un mallette à pharmacie. C'était un grand bavard, nous avons bien rigolé...






Mon admiration pour Daniel Balavoine a connu une évolution croissante. C'est pourquoi j'ai ressenti le besoin, dans mon dernier album, de lui dédier une chanson, "Dormir debout".




Francis Cabrel Dormir debout ( hommage à Daniel Balavoine )





La façon dont il a disparu subitement et cruellement pour tous les gens qui l'aimaient, l'énorme trou que ça laisse dans le paysage musical français, c'est comme si on perdait Jonasz dans un catastrophe.





Il y a une dizaine de gens comme ça qui sont primordiaux. Balavoine était l'un des plus représentatifs de par son don d'invention et les risques qu'il a pris, tant dans son discours que dans sa musique. C'est comme quand on a perdu Jimi Hendrix quand j'avais 17 ans. Il te manque quelqu'un... J'imagine ce que Daniel aurait fait aujourd'hui. Il atteignait sa pleine maturité avec le temps et la sérénité. tout d'un coup, ça l'a fauché...



J'aimais ses coups de gueule. Avec lui et Coluche, les jeunes avaient des mecs qui étaient intelligents, incisifs, moqueurs, insolents... Depuis qu'ils ont disparu, le discours politique n'a plus à se méfier de la satire que faisait Coluche, ni de l'analyse froide et déterminée de Balavoine. C'était vraiment deux points de feu que les politiciens pouvaient craindre. Aujourd'hui, ils ont l'âme plus tranquille pour balancer leurs conneries. Moi, je ne suis pas assez sûr de moi pour les remplacer en quoi que ce soit.



Quand je suis devant un micro, je n'ai qu'une envie, c'est de disparaître dans un trou de souris. Renaud, il ne sait pas trop non plus. Goldman, c'est le mec discret aussi. Il ne reste plus que des mecs discrets. Alors qu'il faudrait malgré tout, quelqu'un qui monte au créneau...

5 commentaires:

  1. je me rappelerais toujour de la façon dont j'ai appris sa mort, ou j'étais, et surtout, qu'au début, j'ai vraiment cru à une mauvaise blague.
    Tout le monde me savait vraiment fan de ce mec, de sa musique, de ces pensées et de ce qu'il representait alors pour la jeunesse française. C'était pour ainsi dire notre porte parole : il disait tout haut, ce qu'on pensait tout bas.
    Mon meilleur hommage : ma fille s'appelle ANGELE !!!

    RépondreSupprimer
  2. oui, moi aussi je me souviens de ce jour comme si c'était hier. L'annecdote, je l'ai appris le mercredi 15 janvier aux infos de midi... j'avais 15 ans, j'écoutais à l'époque Goldman, telephone, Gainsbourg et bien sûr Balavoine et Renaud.
    j'avais bien aimé la chanson "le chanteur" mais c'est surtout le 45T "dieu que c'est beau" et "mon fils ma bataille" qui m'ont fait aimer Balavoine. Une carrière vraiment trop courte (à peine 10 ans).

    Quel bel hommage d'appeler sa fille ANGELE, encore merci pour votre témoignage, A bientôt sur mon blog :=)
    cordialement

    RépondreSupprimer
  3. je l'aimais, je l'aime et je l'aimerai... tout simplement.....
    et ma fille... s'appelle.... également Angèle !!

    RépondreSupprimer
  4. EN NOVEMBRE 2004 J'AI DEPOSE UN QUARTZ ROSE AU MALI EN SA MEMOIRE...
    QUELLES ENERGIES SE DEGAGEAIENT SUR CETTE TERRE.
    JE COMPREND SON AMOUR POUR LA TERRE AFRICAINE.

    NAMASTE BELLE ÂME

    RépondreSupprimer
  5. j'ai decouvert un site trop bien détaillé sur Daniel Balavoine..

    il suffit de marquer "BALAMED" sur le moteur de recherche google...

    c'est pas mal

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...