Toutes les vidéos et images incluses sur ce blogs sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs. Elles peuvent être retirées du blog à tout moment par simple demande d'un ayant-droit. Tous les articles dont la source est mentionnée peuvent aussi être retirés par simple demande de l’auteur.

dimanche 16 janvier 2011

DANIEL BALAVOINE et le FAIRLIGHT



Eté 1985, Daniel BALAVOINE entre en studio et enregistre son dernier album, il le compose sur un Fairlight CM-III.


Influencé par de nouveaux compositeurs comme Jean Michel Jarre qui utilise déjà une multitude d'instruments électroniques, Daniel Balavoine va, lui aussi, s'intéresser et travailler avec des machines comme l'échantillonneur « Fairlight » sur son dernier album "sauver l'amour" et ainsi de mélanger des sons pop, world, rock donnant une spontanéité nouvelle à la musique française du début des année 80.


Voici un très bon article sur le Fairlight extrait de Jeanmicheljarre.unblog.fr
(le lien en bas de l'article).
Le Fairlight CM-I (I pour Series I) est un engin à deux processeurs Motorola 8 bits, avec 8 voix de polyphonie, qui permet d'échantillonner les sons jusqu'à 24 Hz. Une banque de sons est livré sur des disquettes 8 pouces de 512 Ko. Mais les échantillons des utilisateurs s'intégrèrent naturellement au catalogue officiel du produit. Le CMI-I se compose d'un clavier de 73 touches, d'un clavier alphanumérique, ainsi que d'un stylo optique relié à un écran monochrome vert de 12 pouces avec modélisation des sons.


La légende raconte que ce soit l'aboiement d'un chien qui soit le premier échantillon entré dans l'ordinateur. Pour pouvoir passer à une phase industrielle de l'instrument, une activité parallèle de fabrication d'ordinateurs à processeur Qasar (marque déposée) est tenu par une filiale de Fairlight. Les premiers témoins instrumentistes extérieur au projet voient d'un mauvais oeil l'idée de reconstruire des sons acoustiques (certes, avec une qualité sonore médiocre) et donc, potentiellement, de les priver d'emploi.

Le premier acheteur du Fairlight est l'anglais Peter Gabriel (qui sera aussi un fan du Synclavier, autre échantillonneur, quelque temps plus tard), et Richard James Burgess (Kate Bush), qui les intègrent tout de suite dans des disques pop. Beaucoup d'autres suivront : Stevie Wonder, Herbie Hancock, Trevor Horn (de Art of Noise), Brian Eno, etc.
Jean Michel est le premier à l'utiliser en France sur l'album Les chants magnétiques, et l'a amené sur scène dès les concerts en Chine en 1981, jusqu'à la Défense (1990).


Il déclare à ce sujet :
Quand le premier sampler est arrivé, le Fairlight, pour moi ça a été une aubaine, parce que au lieu de travailler avec du Scotch et des ciseaux, d'un seul coup on pouvait échantillonner les sons et jouer le tout sur un clavier, ce qui était totalement révolutionnaire.


Les versions suivantes du Fairlight CM-II (1982, 24 à 32 Hz par échantillon) et surtout CM-III (1985, 16 bits, 50 Hz max) verront des améliorations significatives de la qualité du rendu, ainsi que le confort d'utilisation en mode workstation (car le stylet n'était pas très pratique).


Source :
http://jeanmicheljarre.unblog.fr/2009/02/07/fairlight-cmi-i-1979/

6 commentaires:

  1. Grand fan de synthétiseurs depuis ma tendre enfance en 1968, c'est avec fierté que j'ai eu l'occasion entre 1996 et 2001 de travailler dans le même studio que Daniel Balavoine où tous les albums furent enregistrés et supervisés par Léo Missir (hormis les deux derniers), je parlerais du studio Damiens (propriété de Guy BOYER) à Boulogne-Billancourt , qui fut le studio le mieux équipé en musique électronique dont le fameux MOOG modulaire III P,je peux comprendre ce choix vu l'intérêt de Daniel pour le synthétiseur et toutes ces machines vintage dont le Prophet T10 , Le premier séquenceur numérique EMS (en 1973),minimoog, RMI computer,ARP, mellotron,clavinet, Rhodes, et j'en passe...

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce témoignage, je sais que ce n'est pas le premier commentaire que tu laisses sur mon blog, tu es un habitué !=) C'est un plaisir de te lire à chaque fois !
    cordialement
    william

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    Sic : 'comme le séquenceur « Fairlight »...'.

    Permettez moi de vous rappeler que le "Fairlight" était avant tout un échantillonneur numérique même si en effet un séquenceur était intégré avec la bécane.

    Salutations.

    RépondreSupprimer
  4. merci pour la précision, je corrige de suite.

    RépondreSupprimer
  5. C est un Fairlight CMI 2 ..le 3 n ' apparaitra qu ' après son décès

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour et bravo pour cet historique, savez quel synthé utilise Daniel pour s'accompagner ?

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...