Toutes les vidéos et images incluses sur ce blogs sont la propriété de leurs ayants-droits respectifs. Elles peuvent être retirées du blog à tout moment par simple demande d'un ayant-droit. Tous les articles dont la source est mentionnée peuvent aussi être retirés par simple demande de l’auteur.

lundi 29 mars 2010

VERY DICK


Dick Rivers, de son vrai nom Hervé Forneri, est un chanteur de variétés français, né à Nice (Alpes-Maritimes) le 24 avril 1945 - Admirateur inconditionnel d'Elvis Presley, Vince Taylor, Johnny Cash et Gene Vincent, il est, avec Eddy Mitchell et Johnny Hallyday, un de ceux qui ont introduit le rock'n'roll en France.


Ci dessous, Antoine de Caunes en Didier L'embrouille (Fan de Dick) face à Johnny Hallyday




En 1961, âgé de 15 ans, il monte le groupe Les Chats Sauvages, avec les frères Roboly, dont il sera le premier chanteur vedette, enregistrant près d'une centaine de chansons en 1961 et 1962. Mi-62, il entame une longue et fructueuse carrière solo, réalisant plus de 30 albums (dont 3 en anglais) et de très nombreux 45 T ou singles.



Dick Rivers est un chanteur très complet, à l'aise aussi bien sur tempos lents que rapides, sachant mettre en valeur sa voix en s'entourant d'instrumentistes hors pair, en rock'n'roll, pop, country, rhythm'n'blues, soul et variété.





dimanche 28 mars 2010

ANTHONY KAVANAGH


Anthony Kavanagh, né le 26 septembre 1969 à Greenfield Park est un humoriste canadien.


sa phrase culte :

"Selon les sondages 90 % des francais auraient voté pour un président noir ....

Aux Etats-Unis !"



vendredi 26 mars 2010

QUE SONT ILS DEVENUS ?

Peter Garrett

Chanteurs des années 1980 : que sont-ils devenus ?

Dans les années 1980, ils ont fait la pluie et le beau temps sur la musique. De Jeanne Mas à Boy George, ils ont tous connu la gloire et le succès. Pourtant, peu sont ceux qui ont réussi à durer. Entre reconversion et difficultés financières, que sont devenues les stars des années 1980 ?



Peter Garrett

Leader du groupe de rock Midnight Oil, Peter Garrett enchaîne les succès dans les années 1980 avec Beds are burning, Dreamworld ou Put down that weapon. En 2002, il quitte le groupe pour se consacrer pleinement à la politique. Depuis 2007, il est ministre de l'Environnement australien





jeudi 25 mars 2010

LOVE IS ALL


Qui se cache derrière la célèbre chanson

"Love Is All" ?



Ronnie James Dio possède une grande amplitude vocale lui permettant d'aborder des registres vocaux multiples, allant d'une voix chaude et grave au hurlement suraiguë. Sa voix, pure et puissante, possède une grande expressivité, ce qui la rend reconnaissable et caractéristique.

Chanteur de heavy metal et de hard rock traditionnel, il n'est pas adepte des techniques de chant hurlé guttural qu'utilise un certain nombre de chanteurs de métal actuels, préférant privilégier la force et l'expressivité de sa voix en utilisant un chant pur et distinct. Il est à noter que malgré son âge , sa voix n'a rien perdu de sa puissance et de sa justesse et lui permet encore aujourd'hui d'être actif musicalement.

Ronnie James Dio est né Ronald James Padavona à Portsmouth (New Hampshire) le 10 juillet 1942 mais a grandi à Cortland (État de New York).

Adolescent, RJD apprend la trompette puis la basse et forme, en 1957, en compagnie de son ami Nick Pantas son premier groupe Ronnie and the Red Caps avec lequel il sortira un single en 1958 nommé Conquest. A l'époque RJD joue de la basse mais ne chante pas. Mais cela va changer. En 1958 toujours, le chanteur quitte le groupe et RJD reprend le chant. Au début 1961 sort un second single An Angel Is Missing avec pour la première fois RJD au chant.

En 1961 Ronnie and the Red Caps change de nom et devient Ronnie Dio and the Prophets. Sous ce nom, le groupe sortira pas moins de sept singles et un album live en 1963 Dio at Domino's.

En 1967 RJD dissout Ronnie Dio and the Prophets et forme avec Nick Pantas The Electric Elves qui sera raccourci en The Elves puis finalement en Elf. C'est dans Elf que RJD abandonnera définitivement la basse pour se concentrer sur le chant et qu'il choisira Ronnie James Dio comme nom de scène.

En 1974, Ronnie James Dio participe à l'album The Butterfly Ball and the Grasshopper's Feast de Roger Glover (bassiste de Deep Purple) et enregistre la célèbre chanson Love Is All ainsi que deux autres morceaux.



En 1975, Ritchie Blackmore qui vient de quitter Deep Purple propose à Elf de former avec lui son nouveau groupe Rainbow. RJD met fin à Elf et rejoint, avec trois autres membres du groupe, l'arc-en-ciel de Ritchie Blackmore.

De 1975 à 1978 RJD enregistre quatre albums, dont un live, avec Rainbow


Fin 1978 il quitte le groupe pour entamer une carrière solo mais en 1979 rejoint Black Sabbath qu'Ozzy Osbourne vient de quitter. Après avoir enregistré trois albums, dont un live, avec Black Sabbath (voir article dans Wikipedia) il quitte celui-ci en 1982 pour enfin former son groupe, Dio.

Il est très célèbre pour avoir popularisé le signe des « cornes » utilisé par les fans de heavy metal. C'est avec Black Sabbath qu'il a popularisé ce signe, qui était à l'origine un geste de protection spirituelle utilisé par sa grand-mère italienne contre tout personnage malveillant . Il existe une controverse par rapport à l'origine exacte du signe des cornes: s'il est vrai que Ronnie James Dio l'a popularisé, plusieurs soutiennent que c'est Gene Simmons, bassiste et chanteur de Kiss à la célèbre grande langue, qui inventa ce symbole. C'est en 1977 sur la pochette de l'album Love Gun que Gene Simmons fait les célèbres cornes, alors que Dio commença à faire ce signe quand il rejoignit Black Sabbath, seulement en 1979. Malgré tout, Dio soutient que c'est lui qui a inventé le signe des cornes et que Gene Simmons l'a copié.

Depuis, à part une tentative de reformation avec ses collègues de Black Sabbath, Dehumanizer en 1992, Ronnie James reste fidèle à Dio et continue de sortir régulièrement des albums.

En 2007, Black Sabbath se reforme autour de Ronnie James Dio au chant et sorte le compilation "The Dio Years". Une tournée s'ensuit, sous le nom Heaven And Hell, du nom du premier album enregistré par Black Sabbath avec Dio. Ils sortent le CD/DVD live: Live From Radio City Music Hall.

Il participe au film "Tenacious D and the pick of destiny" dans lequel il joue son propre rôle. Il dicte à Jack Black où aller pour suivre la route du Rock.

Il participe également en 2005 au film documentaire Metal: A Headbanger's Journey de Samuel Dunn, au cours duquel il se prête par deux fois à une interview (titre français : Metal - Voyage au Coeur de la Bête).

Le 25 novembre 2009 sa femme et manager Wendy annonce que «Ronnie a reçu un diagnostic de cancer de l'estomac. La maladie en est à ses premiers stades. Les traitements débuteront immédiatement à la clinique Mayo. Une fois qu'il aura tué ce dragon, Ronnie sera de retour sur scène, là où il doit se trouver, à faire ce qu'il aime le plus: chanter pour ses fans», peut-on lire dans ce communiqué publié sur le site Internet de Dio. «Longue vie au rock and roll, longue vie à Ronnie James Dio», ajoute-t-elle.


LE DERNIER SINGLE DE DIO (merci à Steph pour l'info)

mercredi 24 mars 2010

IAM A POITIERS - 1994

Mars 1994, 16 ans déjà, Iam passait au confort moderne à Poitiers pour la tournée "ombre est lumière"... que de souvenirs.... une rencontre avec le groupe juste après le live (voir la photo ci dessous avec AKHENATON à gauche et SHURIK N) .










mardi 23 mars 2010

lundi 22 mars 2010

ARTHUR SIMMS


Arthur Simms est un chanteur et un acteur américain né en 1953 et décédé en 1987.

Doté d'une voix exceptionnelle et très puissante notamment dans les aigus, il a connu son plus grand succès avec la chanson It's Only Mystery (1985), sur la BO du film Subway, de Luc Besson (1985).


Il joue également dans ce film en interprétant le chanteur de cette chanson. Ensuite, il mettra ses talents de chanteur et d'ingénieur du son au service d'autres artistes.


Il sera (avec son frère John) le duo de choristes qui accompagnera Michel Jonasz. De plus, ils deviendront, Jonasz et lui, très amis.


Michel Jonasz lui écrira une chanson Arthur, qu'il jouera fréquemment sur scène avec beaucoup d'émotion et dont la plus belle phrase sera « On en a passé des nuits blanches à parler, chaque seconde avait le goût de l'éternité, où va l'homme où est l'amour, qu'est-ce que c'est d'aimer ? Maintenant tu as la réponse… ».

Né à Baltimore, en 1953, dans le Maryland (États-Unis), Arthur est issu d'une famille de 14 enfants (neuf garçons et cinq filles). Isaac Oliver Simms, son père était un chanteur local très populaire à la fin des années trente et quarante; son groupe de gospel s'appelait « The Spirituals Chords ». Arthur, était un chanteur né. Promis à une grande carrière de pianiste classique, il donne à 14 ans, sa première leçon de guitare à son frère John. Adolescent, sa voix lui permet déjà d'être le premier coeur au sein d'une chorale de Gospel dans une église catholique. Bien qu'encore très jeunes, les deux frères jouent en compagnie d'un de leur neveux, John à la guitare, Arthur au Piano, et Larry au chant. Plus tard, les "The Softones" sont formés avec Arthur, Vance , Larry and Marvin Brown. John intègrera le groupe peu de temps après.

Durant six ans, Arthur fait le Peabody Conservatory of Music de Baltimore (États-Unis), et détient une bourse d'étude dont l'attribution est basée sur les aptitudes. En 1970, un an avant d'être diplômé Valedictorian du Baltimore City College High School, il reçoit la médaille Renselaer, attribuée pour ses études en science et mathématique.


Arthur était un élève brillant. La même année, il est récompensé : l'Abex Achievement scholarship, pour étudier les langues modernes à Oberlin College. Il obtient le Thomas J Watson Fellowship une bourse d'étude pour faire son doctorat en littérature Franco-Africaine après avoir eu sa licence en 1977; ce qui le pousse à venir s'installer en France pour poursuivre ses études. En parallèle, il travaille à Paris, dans de nombreuses sessions d'enregistrement en studio, pour des têtes d'affiches françaises.


En 1979, Arthur invite son frère Johnny (qui était en Allemagne) à le rejoindre à Paris. A nouveau réunis, ils recommencent à jouer ensemble et se produisent tous les soirs dans le quartier des Halles, et régulièrement dans la boîte tenue par le légendaire bluesman, Memphis Slim, le Memphis Melodie.


Au cours de l'année, leur père tombe gravement malade, ils repartent aux États-Unis. Alec Constandinos reprend contact avec eux et leur propose d'enregistrer un album dans les Studios DawnBreaker situé au sud de la Californie. Isaac Oliver Simms décède avant la fin de l'enregistrement. L'album, "John & Arthur Simms" est chaleureusement accueilli par le magazine Billboard, comme la découverte à suivre, et le disque fut classé n° 36 au top 100.

Arthur (à gauche) et son frère John (à droite)

Arthur décide de retourner à Paris, rejoint quelques temps plus tard par John. Ils retrouvent le Memphis Mélodie et cette fois sont très vite repérés par leur talent. Ils entament alors une carrière de choristes pour un grand nombre d'artistes français.

Au cours de leur carrière ils auront travaillé l’un ou l’autre avec : Dalida, Gabriel Yared, Cerrone, Michel Jonasz, Eric Serra, Jacques Dutronc, Mireille Mathieu, Chagrin d'amour, Catherine Lara, Françoise Hardy, Nana Mouskouri, Yves Simon, Corine Marienneau, Louis Bertignac.

Ils participent également aux films "Le Grand Carnaval" d’Alexandre Arcady," Urgence" de Gilles Béhat ou encore dans "Honeymoon" aux côtés de Nathalie Baye, Paul Ives, Robert Charlebois, Boris Bergman, sans oublier la formidable interprétation d'Arthur dans "Subway", film de Luc Besson, pour le titre "only mystery" dont tout le monde se souvient.



Arthur Simms est décédé en 1987 suivi de son frère John en septembre 2008.

http://www.myspace.com/johnandarthursimms

samedi 20 mars 2010

LE GRAND BLUFF

J'avoue ne pas être fan des émissions de Patrick Sebastien, en clair, c'est pas vraiment ma tasse de thé... mais je me souviens qu'au début des années 90, "le grand bluff "m'avait vraiment bluffé... c'est le cas de le dire..










vendredi 19 mars 2010

QUE SONT-ILS DEVENUS ?


Chanteurs des années 1980 : que sont-ils devenus ?
Dans les années 1980, ils ont fait la pluie et le beau temps sur la musique. De Jeanne Mas à Boy George, ils ont tous connu la gloire et le succès. Pourtant, peu sont ceux qui ont réussi à durer. Entre reconversion et difficultés financières, que sont devenues les stars des années 1980 ?
FOX THE FOX
Groupe de Funk Néerlandais crée en 1981 grâce à ses deux membres dominants: Bert Tamaela (chant et composition) et Sylhoutte Musmin (paroles). Le nom Fox the Fox (essayer de rouler un renard) viendrait du texte de "Shock the monkey" de Peter Gabriel.
Leur seul hit sera "Precious Little Diamond" en 1984. Après deux albums, le groupe se sépare en 1990.


Pour ceux qui ne s'en souviendraient pas, BROS est un des premiers "boys band" made in England qui ont squatté la tête des charts avec plusieurs de leurs singles en 1988.
Composé de Matt, luke et Craig, ce groupe se voient gratifiés sur les deux années qui suivront 8 de leurs titres dans le top10 musical.
lIs ont aussi, comme la plupart des futurs boys band, sombré corps et biens dans un anonymat truffé de problèmes personnels (dettes terribles pour le chanteur haut perché), de déveines (drames personnels) ou de problèmes de santé
.

jeudi 18 mars 2010

DAVID FILS DE....

PAPA MAMAN et
DAVID




David Hallyday, de son vrai nom David Smet, est un chanteur et auteur compositeur français, fils de Sylvie Vartan et de Johnny Hallyday, né le 14 août 1966 à Boulogne-Billancourt.




Très vite, il se passionne pour la musique : la batterie est son 1er instrument, le piano et la guitare suivent rapidement. Malgré un bref passage au conservatoire, c’est seul que David apprend… Il joue à l’oreille les morceaux qui lui plaisent et dès son plus jeune âge, ses véritables héros sont batteurs. En 1979, c’est derrière la batterie qu’il fait ses premiers pas sur scène.



Ses parents divorcés, c’est aux États-Unis que David fait ses premières armes. Outre le groupe de lycée qu’il a monté avec des copains – les Weekenders – et les divers clubs qu’il a pu parcourir, c’est en 1986 que tout débute réellement : David compose un titre, Virage, pour sa mère, ainsi que 3 titres qu’il interprétera pour la bande son d’un film, Lady Beware.






David Hallyday - He's my girl (



Cette même année, il décroche le 1er rôle d’une comédie, He’s my girl, dans laquelle non seulement il joue mais en plus il chante 3 titres et en compose un que sa mère interprète. He’s my girl est le vrai déclencheur de sa carrière puisqu’il atteint le top 30 des charts américains, et que par voie de conséquence, il signe son premier contrat en France. Rapidement, un premier album True Cool, voit le jour et c’est le succès : 5 titres rejoignent la tête du top 50. 2 disques d’or sont décernés : un pour True Cool et un pour High.



En 1988, il compose 2 titres pour son père, Possible en moto et Mirador qui, très rapidement, devient n°1 des ventes et atteint le million d’exemplaires vendus : un véritable phénomène, le premier depuis longtemps ! Initialement prévu pour lui même, ce titre figure malgré tout en anglais sur le 2e album de David Hallyday, Rock’n Heart, sorti en 1992 …Comme le précédent, celui-ci regorge de succès.




David Hallyday - Tear of the Earth





David Hallyday :He's my girl




david hallyday high





David Hallyday - About you






---





En 1999, David Hallyday revient finalement en France avec un titre, Tu ne m’as pas laissé le temps, qui rencontre très vite le succès (1 000 000 d’exemplaires vendus).





Pour ce titre, David reçoit le Prix Vincent Scotto de la SACEM et le NRJ Music Award de l’artiste masculin de l’année. Rapidement, l’album Un Paradis, un Enfer devient disque de platine. Pendant cette même période, David compose et réalise aussi l’album Sang pour Sang de son père. Celui-ci devient disque de diamant en 3 mois et constitue à ce jour sa meilleure vente d’albums. Pour cet album, une victoire de la musique pour le « meilleur album de l’année » a même été remportée. Il compose également le générique de l’émission Jour de Foot de Canal +, 2 titres pour l’album Châtelet les Halles de Florent PAGNY


mercredi 17 mars 2010

mardi 16 mars 2010

FAMILLE JE VOUS AIME !


Y'a pas à dire, Michael Jackson rapporte plus d'argent mort que vivant...
monde de merde.

****

La maison de disques EMI s'apprêterait à verser 250 millions de dollars à la famille de Michael Jackson et à sa concurrente Sony, pour éditer 10 albums du chanteur défunt sur les sept prochaines années, a rapporté hier le Wall Street Journal citant des sources proches du dossier.

L'accord, qualifié par Sony et la famille du chanteur comme le plus lucratif jamais signé dans le secteur, garantirait aux héritiers de Michael Jackson un montant minimum de 200 millions de dollars, a ajouté le quotidien spécialisé. Les dix nouveaux albums prévus seraient composés d'un mélange de chansons déjà publiées et de nouveaux morceaux inédits, précise le journal.

Depuis la mort de Michael Jackson le 25 juin, Sony a vendu 31 millions d'albums dans le monde.


D'ici le 1er anniversaire de sa mort, ses héritiers tablent sur des ventes de 250 millions de dollars de disques, produits associés et tickets pour le concert posthume "This is it", selon le Wall Street Journal. EMI, propriété du fonds d'investissement américain Terra Firma depuis 2007, est le label d'artistes comme Coldplay, Katy Perry, David Guetta, Robbie Williams, Charles Aznavour...

source : jean-marc-morandini.com

lundi 15 mars 2010

JEAN FERRAT


Jean Ferrat est parti ce week end, rejoindre Jacques Brel, Georges Brassens, Serge Reggiani, Claude Nougaro et Serge Gainsbourg.

Jean Ferrat, de son vrai nom Jean Tenenbaum, est un écrivain-parolier, musicien-compositeur et chanteur-interprète français, né le 26 décembre 1930 à Vaucresson (Hauts-de-Seine) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas en Ardèche.



Attiré par la musique et le théâtre, il entre dans une troupe de comédiens au début des années 1950, compose quelques chansons et joue de la guitare dans un orchestre de jazz. Il passe sans grand succès quelques auditions, fait des passages au cabaret sous le nom de Jean Laroche, et, ne se décourageant pas, décide de se consacrer exclusivement à la musique. Le jeune guitariste prend ensuite pour pseudonyme Frank Noël, avant d'opter pour Jean Ferrat (d'après la ville Saint-Jean-Cap-Ferrat).

En 1956, il met en musique Les yeux d'Elsa, poème de Louis Aragon dont il est un admirateur. C'est André Claveau, alors en vogue, qui interprète la chanson et apporte à Jean Ferrat un début de notoriété. Il se produit au cabaret parisien La Colombe de Michel Valette, en première partie de Guy Béart.

En 1958, il sort chez Vogue son premier 45 tours, mais ne rencontre guère de succès. Une jeune chanteuse, Christine Sèvres, reprend quelques-unes de ses chansons. Il l'épouse en 1961. C'est la rencontre en 1959 de Gérard Meys, qui devient son éditeur et son ami, qui lance sa carrière. Il signe chez Decca et, l'année suivante, sort son second 45 tours avec la chanson Ma Môme, son premier succès, et passe sur toutes les ondes. En 1966, le succès étant venu pour Ferrat, Vogue réédite ce 45t sous le label Pop4, label à bon marché destiné à la grande distribution de l'époque, comme Prisunic.



Sa rencontre avec Alain Goraguer, qui signe ses premiers arrangements sous le pseudonyme de Milton Lewis, est décisive. Ce dernier devient l'arrangeur attitré des chansons de Jean Ferrat.

Son premier 33 tours sort en 1961 et reçoit le prix de la SACEM. Commence alors sa longue carrière, émaillée de difficultés avec la censure exercée par les dirigeants de la radio et de la télévision.
En effet, Jean Ferrat a toujours été un chanteur engagé à l'esprit libre. Il écrit ses propres textes et met en musique ceux de ses amis poètes, Henri Gougaud, Georges Coulonges ou Guy Thomas



En 1962, il fait la connaissance d'Isabelle Aubret. Un véritable coup de foudre amical a lieu entre les deux artistes. Ferrat lui écrit Deux enfants au soleil, un des titres majeurs de la chanteuse, et lui propose la première partie de la tournée qu'il commence. Il compose une chanson sur des paroles écrites par Philippe Pauletto qu'il publie en 1970, et qui sera ensuite interprétée aussi par Isabelle Aubret : Tout ce que j'aime.

Il a composé une chanson sur des paroles de Michelle Senlis pour Jacques Boyer et Jean-Louis Stain au début des années 1960 et qui, réécrite partiellement dans les années 1970, devient Mon vieux, interprétée par Daniel Guichard. Son succès n'a jamais cessé.



Jean Ferrat habitait dans la commune d'Antraigues-sur-Volane (près de Vals-les-Bains) en Ardèche, qui lui a inspiré la chanson La montagne. Il était marié à Christine Sèvres (de son vrai nom : Jacqueline Christine Boissonnet) morte en 1981 à l'âge de 50 ans. Ils ont chanté en duo la chanson La Matinée.

samedi 13 mars 2010

DIFFERENT SHADES OF BLACK


-->
http://www.myspace.com/stephanecollin
DIFFERENT SHADES OF BLACK est le nouveau projet musical de Stéphane Collin, chanteur et auteur-compositeur du groupe de Hard-Rock NARCOTIC PRAYER.

L'approche choisie est l'alliance de la simplicité et de l'efficacité. Il en résulte des compos sans surcharges et authentiques.
Cette première démo a été enregistrée pendant l'automne 2009 au Studio MD à Poitiers.
Sur celle-ci Stéphane prend entièrement en charge l'écriture, la composition et l'essentiel de l'interpretation.
En ce qui concerne l'aspect live du projet, un "groupe d'accompagnement" est actuellement en formation.
Stéphane Collin a auparavant participé à de nombreux projets et groupes tels que:
-Out of Season, un groupe hommage aux hard-rock 70's .
-Sendsirk, nommé tout d'abord Circle's End (un titre sur la compilation "Metal Sessions vol.1" puis deux EP).
-Pyro (un album chez Goffanon/Thundering records)... une période que Stéphane souhaite néanmoins oublier du fait de la production désastreuse de l'album réalisé avec ce groupe.
-Molotov, Silent Scream...et diverses autres formations dans lesquelles il a fait ses premières armes.
Ses (p)références(...influences, quel vilain mot!): Black Sabbath, Rainbow, Dio,Iron Maiden,Savatage,Led Zeppelin...et bien d'autres.
Une seule adresse : http://www.myspace.com/stephanecollin

vendredi 12 mars 2010

Monkey Island



Lucas Arts va faire nombre d'heureux. Le studio de développement étasunien a annoncé l'arrivée de The Secret of Monkey Island 2 :. Le jeu, remake d'un classique des années 90, aurait fait l'objet de nombreuses retouches comme une totale refonte graphique. Selon les dires des créateurs, le jeu ne serait pas comme la Special Edition du premier épisode sorti l'année dernière sur ces mêmes plateformes. En effet, de nouveaux bonus et "features" sont au programme. Wait and see



Monkey Island est un point'n'click, c'est-à-dire un pointer-et-cliquer, jeu d'aventure se jouant à la souris et consistant à résoudre des énigmes pour avancer dans l'aventure. Comme les autres jeux du même genre, il faut donc contrôler le personnage en cliquant, et le joueur dispose de diverses commandes variées dans l'interface lui permettant d'accomplir les actions possibles dans le jeu. Il est donc nécessaire de dialoguer, prendre des objets, pour parfois les combiner et en créer d'autres, et utiliser ces objets pour résoudre les énigmes de l'aventure.



L'aventure se déroule au XVIe siècle, dans les Caraïbes, sur l'île de Mêlée. La magie vaudou se mélange à la culture pirate de l'époque. L'humour est omniprésent et constitue la principale source du jeu.



La version originale sur PC en 1990 utilisait le standard graphique EGA (16 couleurs, 4 en mode CGA). La version ST est basée sur cette version mais présente des sons plus riches. Les versions Amiga et Macintosh proposent une qualité graphique et sonore réhaussée (32 couleurs pour la version Amiga).




L'édition spéciale sortie en 2009

jeudi 11 mars 2010

DEPECHE MODE


En 1989, les quatre musiciens rentrent en studio à Milan pour travailler sur les maquettes très épurées de Martin L. Gore. David Bascombe n'étant pas disponible, le groupe fait alors appel au producteur Flood et enregistrent Violator où l’on retrouve les titres Personal Jesus, Policy Of Truth, World In My Eyes, Halo et surtout la chanson qui restera la plus célèbre (avec Just Can't Get Enough) et leur plus gros tube à ce jour : Enjoy the silence. Initialement composé comme une ballade (la démo minimaliste de Martin Gore était composée sur un harmonium), Flood et Alan Wilder y ont tout de suite décelé un fort potentiel : ils ont alors demandé à Gore de composer une ritournelle mélodique supplémentaire à la guitare (qui sera déclinée à différents octaves et jouée également aux claviers), le rythme fut accéléré et un soin tout particulier fut apporté à la production de la chanson (pour preuve, le titre est le seul qui fut mixé par Daniel Miller et Flood et non par le DJ français François Kevorkian qui mixa le reste de l'album).

Quant au premier extrait de l'album, apparu sur les ondes fin août 1989, Personal Jesus détone. Avec une chanson rock construite autour d'un riff de guitare blues (façon John Lee Hooker), Depeche Mode est là où on ne l'attendait pas. Cet inattendu mélange au rythme lourd, à la mélodie simple et marqué d'un slogan – davantage qu'un refrain – « Reach out and touch faith » donne le ton. Ne perdant pas de vue leur champ d'expérimentation électronique, Personal Jesus se conclut par une phrase instrumentale où les programmations semblent livrées à elles-mêmes, percutées par un rythme lourd. Ce titre est une idée de Gore qui, en lisant une biographie d'Elvis, a appris que Priscilla Presley appelait son mari « mon Jésus personnel ». Par ailleurs les couplets, évoquant une conversation téléphonique « lift up the receiver I'll make you a believer », font en fait écho à l'existence aux États-Unis d'une ligne téléphonique où l'on pouvait joindre un prêtre pour se confesser.

Mute n'espérait pas un tel engouement pour Personal Jesus, misant davantage sur la sortie d' Enjoy The silence, prévue stratégiquement au moment de la sortie de l'album. Propulsé par des ventes records de ses singles, Violator devient l'album le plus connu du groupe, écoulé à plus de 8 millions d'exemplaires à ce jour.



Depeche Mode - Enjoy The Silence

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...